Sélectionner une page

Le témoignage d’Hélène : 3 FIV et 2 enfants dont un bébé miracle

Notre désir d’enfant et les premiers examens

Avec mon conjoint, nous nous rencontrons fin 2012.
Février 2015, j’ai 28 ans, mon conjoint 32. J’arrête la pilule, pensant que dans l’année, nous annoncerons une bonne nouvelle. En plus nous venons de construire une maison. La chambre de bébé est là. Timing parfait !

Mais fin d’année toujours rien…nous décidons alors avec mon gynécologue de faire quelques examens de routine (spermogramme, prise de sang et hystérosalpingographie) tout va bien !

Direction la PMA

Mais rien ne se passe…mars 2016, nous tentons une stimulation ovarienne. Je réagis très bien mais cela aboutira à un échec.
Nous ferons 5 stimulations en tout, que des échecs, 0 accroche : 1ère claque.
Nous tentons alors les inséminations, 5 tentatives au total, mêmes résultats, tous négatifs. Encore une claque. En plus question organisation, ce n’est pas facile : nous vivons en Bretagne et mon conjoint travaille sur Paris. Pas évident avec nos emplois du temps de « caser » la PMA.

Nous sommes classés en « infertilité inexpliquée « . Dur à encaisser car nous sommes dans le flou complet, aucun mot à mettre sur notre « cas », pas de pistes, d’autant que nous somme jeunes.

Mais qu’est ce qui cloche ?

Nous commençons à douter…il va falloir passer à la prochaine étape : les FIV.
C’est très dur, d’autant que les annonces de grossesse pleuvent, perso mais aussi au boulot.
Je retiens mes larmes, tous les jours mon corps est meurtri de bleus et de toutes ces piqûres quotidiennes. Je le hais de ne pas pouvoir porter d’enfant.
Notre vie est rythmée, dictée même par la PMA : vacances décalées. Tout est fait en fonction du planning PMA. C’est lourd mais on reste soudés.

La 1ère FIV

2017, 1ère tentative : je réagis encore très bien malgré une légère hyperstimulation.
Au total 6 J5 ! Nous sommes aux anges ! Cette fois-ci ça va marcher !
1er transfert de 1J5…négatif.
Ce n’est pas grave, il nous en reste 5 ! 2ème transfert de 2J5 positif ! Je n’oublierais jamais nos hurlements de joie. Cet instant est gravé dans ma mémoire. Mon conjoint avait même réservé notre restaurant favori car « il savait » !
Tout se passe bien, grossesse évolutive, les taux sont bons.

La fausse couche

Mais à 8SA je perds du sang, on m’annonce froidement que je fais une fausse-couche. Elle arrivera à 9SA chez moi, seule.
Mais ce n’est pas grave. C’est je cite selon la gynécologue remplaçante « très banal et peu douloureux, juste des douleurs de règles ».

Je suis seule et effondrée, mon conjoint travaillant sur Paris me rejoindra le soir. Nous sommes anéantis.

Cette fausse couche a été la pire épreuve de ma vie, j’ai souffert comme pour un accouchement (et je sais de quoi je parle), seule chez moi à me vider de mon sang, à hurler de douleur, mon embryon dans les mains, en pleurs…c’était atroce et si douloureux. Je m’en souviendrai toute ma vie.

Quand j’y repense j’en pleure encore 5 ans plus tard. S‘en suivront 3 autres transferts de blastocystes …tous négatifs.

La 2ème FIV

En route pour FIV 2 : 2 blastocystes…transferts négatifs encore.
Cette 2ème FIV est un échec, nous sommes moroses, découragés.
Rdv au centre pour un bilan d’échec : mon conjoint ne pouvant être là (travail), ma maman assiste avec moi au rdv : j’ai pris 18kg, on me dit que c’est dans ma tête, je dois perdre du poids (mon IMC est normal), il n’y a aucun autre examen à faire, bref, le rdv se passe mal.

Je sors dépitée avec ce sentiment de culpabilité. Nous allons déménager dans quelques mois dans une autre région alors nous tentons une dernière stimulation…sans surprise négative encore.

Pause PMA, déménagement, nouveau centre et FIV 3

Nouvelle région, nouveau centre. Je démissionne pour suivi de conjoint, nous prenons la décision de faire une pause professionnellement pour moi afin de « trouver » le souci et refaire les examens et les protocoles car faire une FIV avec un nouveau job et une période d’essai, ce n’est pas l’idéal.

Je tombe alors sur LA gynécologue. Elle me dit que ce n’est pas ma faute, on arrive à avoir des embryons J5. Elle est également très surprise de ce qu’on m’a dit. On refait les examens de base, tout va bien.

Je me suis renseignée de mon côté, je suis persuadée que quelque chose en moi « rejette » l’embryon. On fait la FIV 3, nous avons 2 j5. J’insiste : je veux faire matrice-lab, le test pour la réceptivité utérine. Elle accepte, c’est une bonne idée mais cela rallonge encore les délais (encore 3 mois de plus et c’est l’été). Résultat : suractivité utérine ! Je le savais ! Enfin quelque-chose de trouvé ! Je suis le protocole (ce qui se traduit par la prise d’un Solupred par jour…et c’est tout).

On me transfère 1j5…positif ! Nous sommes si heureux mais restons sur nos gardes. La dernière fois ça nous a échaudés. Les taux évoluent bien, mais à 6sa je perds du sang…ça recommence. Mais à l’échographie tout va bien, nous voyons son petit cœur battre, un des plus beaux moments de notre vie, nous pleurons de joie !

La grossesse et le souhait d’un deuxième enfant

La grossesse se passe très bien, le covid arrive et nous sommes confinés dans notre cocon, un très bon souvenir…j’accouche après le déconfinement d’un magnifique petit garçon, 15 jours avant terme, un super accouchement en 5 heures ! Nous sommes les plus heureux !

J’ai 34 ans, mon conjoint 38, nous souhaitons rapidement donner un petit frère ou sœur à notre fils, nous souhaitons peu d’écart d’âge. Et puis si cela prend encore 5 ans, autant s’y mettre maintenant ! J’attends mon retour de couche (3 mois) et reprend contact avec ma gynécologue.

Pas de contre-indication mais il faut refaire des tests, une grossesse pouvant modifier certaines choses. Le mois suivant on me découvre une hyperplasie polypoïde, ça continue. On me dit que je ne pourrai pas tomber enceinte naturellement sans traitement qui est… la pilule. Un comble !

Nous sommes dépités, va falloir encore se battre pour bébé 2. Je
reconsulte ma gynéco qui me conseille d’essayer naturellement 1 fois car j’ovule spontanément. Ce serait un miracle, ça n’a jamais marché pendant 5 ans alors je n’y crois pas.

Et pourtant, 15 jours plus tard test positif Un miracle, un vrai bébé couette! Et notre fils qui a 5 mois ! Cela a marché au 2eme essai ! Incroyable. Et en plus nous attendons une petite fille ! Le choix du roi.

Je vis une très belle grossesse malgré une MAP sur les 2 derniers mois (grossesses rapprochées) mais un accouchement parfait encore une fois !

Conclusion

Aujourd’hui nos enfants de 20 mois et 6 mois sont en parfaite santé, je reprends mon activité professionnelle, j’ai perdu tous les kilos pris (avec 2 bébés pas besoin de régime !)et nous savourons notre chance.

Mais cela a été le combat de notre vie. Je ne vais pas vous mentir, aujourd’hui encore, je pense tous les jours aux couples en PMA. Je suis marquée au fer rouge, la PMA pendant des années ça laisse des traces indélébiles.

Nous sommes des guerrières/guerriers.
Je souhaite dire à ces femmes /couples de ne rien lâcher, je sais au combien c’est dur, la dernière année d’essai j’avais même des idées très noires (je n’en avais parlé à personne).

Mais accrochez-vous, soutenez-vous, relevez-vous et réessayez !
Courage ! Les miracles arrivent.

On en est la preuve!

1 commentaire

  1. M

    Très beau témoignage qui encourage merci beaucoup et plein de bonheur à vous. Une fivette qui se bat pour avoir un bébé

    Réponse

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This