Sélectionner une page

Le témoignage d’Emilie : 17 ans d’écart, 1 FIV et 2 enfants

Un désir d’enfants et un début serein

Voilà mon petit parcours, Émilie 32 ans, j’ai commencé le parcours PMA vers 28 ans et j’ai rencontré mon mari à 26 ans. J’ai toujours rêvé d’avoir des enfants 2 enfants exactement alors mon mari et moi avons vite décidé d’essayer d’avoir un enfant.

Donc je rencontre mon mari en Octobre 2012, on emménage ensemble en novembre 2012, je le demande en mariage en décembre 2012, on décide de faire un enfant en décembre 2012 (oui tout va très très vite entre nous) on décide de se marier en avril 2013 mais voilà tout va très vite bah non.

Je m’achète ma robe de mariée en janvier 2013 je précise « j’essaie d’avoir un enfant il faudra peut-être la retoucher » mais voilà les mois passent jusqu’au mariage mais pas enceinte OK, pas grave, ça n’arrive pas toujours rapidement alors pourquoi stresser ?

On emménage dans notre une maison avec 3 chambres pour les enfants mais septembre toujours rien on part en voyage de noces (rien de tel pour faire un bébé), bah non toujours rien. Je me rends compte que ça devient une obsession en décembre 2013 après 1 an d’essais infructueux nous décidons, enfin je décide avec l’accord de mon mari de faire appel à une spécialiste de l’infertilité. Avant ça mon médecin me prescrit tous les examens d’infertilité.

La consultation de ma gynécologue

Arrive mars 2014 et mon premier rdv chez la spécialiste et le verdict tombe :  réserve ovarienne très limitée, les petits soldats de mon mari ne sont pas au top. Bon allez on commence un simple déclenchement ovarien et un essai bébé à faire tel jour à tel moment nous commençons à découvrir l’intimité commandée. Prochain rdv en juin à 2014, en attendant de pouvoir faire tous les tests qu’il manquait nous commençons les inséminations.

Juin 2014 première insémination on croise les doigts mais non toujours rien. J’avoue que à cette époque je n’arrivais plus trop à vivre je me sentais seule, incomprise je broyais du noir (je ne serai jamais maman je ne connaîtrai jamais cette joie), à d’autres moments je retrouvais le moral (allez, d’autre ont réussi, il n’y a pas qu’à moi que ça arrive). Mais voilà après cette insémination infructueuse, ma gynécologue m’informe que nous passons directement à la FIV et oui c’est vraiment trop triste à tous les niveaux, faut pas perdre de temps, surtout que bon ! Moi qui rêvais d’être maman avant 30 ans mon rêve s’éloignait bien loin j’avais à ce moment-là 28 ans en fin d’année 29 …

Le début de parcours de FIV

Septembre 2013 première FIV c’est reparti pour les piqûres (j’en ai une phobie, j’ai toujours aussi peur mais il le faut) la FIV se passe ce n’est pas la folie on ne me retire que 6 ovules valables ensuite on me prévient, il n’y en a que 2 qui ont pris, bon allez pas grave ça peut fonctionner faut y croire … Donc on y croit on attend pour moi c’est difficile je suis entre espoir et désespoir mon entourage ne me reconnais plus j’ai plus trop envie de rigoler.

Mon mari est un amour, il est toujours là pour moi il m’écoute, il est toujours optimiste, après il a déjà eu deux enfants il est plus âgé que moi nous avons 17 ans d’écart (nous nous étions promis que le parcours PMA ne nous séparerait pas, je préférais tout arrêter que de perdre mon mari), il est là à mes côtés même s’il conçoit qu’il n’a pas le même ressenti. Lui connaît la joie d’être Papa depuis déjà bien longtemps.  Alors malgré son soutien et sa présence, je me sens seule il peut ne peut pas comprendre, personne ne le peut à vrai dire. Résultat de la FIV :  échec, un coup dur je m’enfonce un peu plus …

Je retourne voir ma gynécologue avec l’espoir que l’on recommence de suite car nous sommes en novembre mais là elle me dit « on va attendre janvier, on va laisser passer les fêtes, puis qui sait il suffit d’un spermatozoïde pour que ça marche alors essayez entre temps  » là j’ai juste envie de lui dire NONNN ! de lui hurler je veux ma FIV en novembre mais c’est elle le maître de cérémonie, alors on attend.

Une pause salutaire après l’échec

Je me dis bon allez ça va être les fêtes tu as une FIV prévue en janvier tu arrêtes ton cerveau tu penses plus à tout ça, tu arrêtes de te dire c’est peut-être ce mois-ci : VIS, alors j’ai vécu. J’ai préparé les fêtes, je buvais de l’alcool sans me dire houlala je suis peut-être enceinte, j’ai passé des superbes fêtes (bon ça trotte toujours un peu dans la tête mais je vivais).

Janvier arrive, j’attends les règles pour commencer les piqûres entre temps je vais faire deux IRM prévues depuis longtemps mais repoussées à chaque fois. J’attends mes règles mais toujours rien, je ne m’affole pas mais en décembre j’ai eu 5 jours de retard. Au bout de 5 jours je dis à mon mari après le repas du soir je vais faire un test de grossesse ça va débloquer mon cerveau mes règles vont arriver.

Mes règles n’arrivons pas je sors des toilettes en pleurant ça y est je suis enceinte !!!! Je n’y crois pas j’attends la prise de sang le lendemain à 6h, je suis au labo à 11h j’ai les résultats c’est officiel je suis enceinte !!!

Le 27 septembre 2015 j’accouchais d’un petit garçon né le jour du terme, 1 mois et demi avant mes 30 ans.

Le 12 août 2017 j’accouchais de son petit frère celui pour qui je me disais on verra si j’ai la chance d’avoir un deuxième enfant mais pas de FIV, rien on verra. À peine accouché du premier, étant la maman la plus heureuse du monde j’étais prête à en avoir un deuxième de suite mais je devais attendre, ayant eu une césarienne. J’ai attendu 3 mois avant de réessayer, j’avoue ce n’était pas raisonnable.

J’ai été enceinte en novembre 2016 après 11 mois d’essais, après avoir en octobre fait un test d’ovulation qui ne m’a indiqué aucune ovulation et en novembre je recommence les tests d’ovulation juste pour savoir si j’abandonne l’idée d’en avoir un deuxième j’avais rappelé le centre de PMA pour qu’ils me disent si oui ou non je pouvais encore avoir un enfant rdv en février 2017 ( ma gynécologue m’a clairement dit avant mon premier à 35 ans n’espérez plus avoir d’enfant il sera trop tard ), je ne voulais pas recommencer à ne penser qu’à l’idée d’avoir un enfant.  Je fais donc les tests d’ovulation et là ovulation en vue et en décembre 2016 j’apprenais ma grossesse.

 Je suis aujourd’hui l’heureuse maman de deux garçons le premier 2 ans et 2 mois et le second 3 mois pour moi c’est le clap de fin, j’ai mes deux enfants avec mon mari qui est toujours à mes côtés.

Conclusion

Chaque parcours est différent mais le désir reste le même : avoir un enfant.

Je souhaite beaucoup de bonheur à celles qui essaient qui se battre chaque jours contre eux-mêmes, contre leurs pensées contre les abrutis et leurs phrases préconçues  » Arrête d’y penser  » (plus facile à dire qu’à faire)  » Ca va arriver  » (super mais quand)  » C’est dans ta tête  » (c’est surtout ma main qui va aller dans ta tête)  » Ho moi je suis tombée enceinte en claquant des doigts  » (superrrr mais je m’en fous, ou alors claques des doigts pour moi ) et oui on en entend des conneries.  Battez-vous, préservez-vous, ne vous détruisez pas, vivez et les autres bah on s’en fout !!! Courage.

 

Laissez un commentaire !

Share This