Choix de page

Adénomyose : diagnostic,conséquences et traitement

L’adénomyose utérine représente une affection que l’on associe régulièrement à l’endométriose. Pourtant, il n’est pas rare que ces deux maladies soient individualisées afin de mieux les comprendre et les affronter.

Qu’est-ce que l’adénomyose ?

En règle générale, l’adénomyose est diagnostiquée lorsque les cellules de l’endomètre s’infiltrent en profondeur dans le muscle utérin. Ces dernières sont censées demeurer en superficie du muscle, et non le pénétrer. Ainsi, en effectuant cette action, les cellules favorisent le développement d’îlots d’endomètres au sein du muscle, qui subit donc une hypertrophie. La paroi utérine s’épaissit donc et le volume utérin subit une augmentation homogène de son volume.

Les conséquences de l’adénomyose

L’adénomyose est généralement associée à une endométriose. De ce fait, il n’est pas aisé de définir quelles sont les conséquences exactes de l’adénomyose sur le corps de la femme ainsi que sur sa fertilité.

En revanche, il se pourrait que cette affection altère l’irrigation de l’endomètre, ce qui engendrerait une diminution significative des chances de voir débuter une grossesse. D’autre part, les risques de fausses couches peuvent être augmentés par l’adénomyose. Lorsqu’une grossesse se déclare, il est possible que la maladie rende difficile la croissance l’utérus en raison des altérations produites sur la paroi musculaire. Ainsi, l’enfant en formation a plus de risque d’être expulsé de l’utérus de manière prématurée.

Le diagnostic de l’adénomyose

À l’heure actuelle, la médecine connaît encore peu les causes de l’adénomyose. Il a simplement été observé qu’un taux important de grossesses, de césariennes ou d’interruptions volontaires de grossesse font partie des antécédents des patientes atteintes de la maladie. Ainsi, les principaux symptômes cliniques de l’adénomyose sont la présence de saignements et de douleurs durant les menstruations. Ces dernières sont généralement très abondantes dans ce cas.

Le diagnostic de l’adénomyose est le plus souvent posé après l’analyse d’une biopsie du muscle utérin. Il est donc considéré comme histologique. La maladie présente des signes échographiques qui lui sont généralement propres. De ce fait, un simple examen par échographie suffit le plus souvent à diagnostiquer l’adénomyose.

Le traitement contre l’adénomyose

Le traitement de cette maladie nécessite le blocage des ovaires à l’aide d’un analogue de l’hormone qui libère les gonadotrophines hypophysaires, aussi dénommées GnRH, ou grâce à un progestatif. Ainsi, le traitement n’est le plus souvent pas compatible avec le désir de débuter une grossesse. Différents autres traitements montrent le même constat, comme l’endométrectomie, l’hystérochirurgie avec ablation de l’endomètre, les stérilets à la progestérone, l’embolisation des vaisseaux utérins, et enfin, l’ablation de l’utérus. Ce dernier n’est envisagé qu’en dernier recours et uniquement dans les cas les plus extrêmes liés à l’adénomyose.

D’autre part, une myométrectomie peut également être pratiquée. Il s’agit de la réduction de l’épaisseur du muscle utérin par la chirurgie. Cette solution est assez incertaine : elle a déjà produit des résultats très aléatoires en médecine. Lorsque les femmes atteintes d’adénomyose ou d’endométriose ont le désir de concevoir un enfant, il leur est conseillé de se tourner vers une fécondation in vitro (ou FIV).

Pour conclure

Il existe de nombreux degrés d’influence de la maladie de l’adénomyose. Ainsi, les femmes porteuses de cette affection peuvent recouvrir des formes bénignes qui n’affectent en aucun cas le bon déroulement d’une grossesse. Le diagnostic doit donc faire l’objet de nuances significatives, étant donné les différences qu’il existe entre les différents cas recensés d’adénomyose.

 

Article sur le lien entre adénomyose et infertilité

 

Laissez un commentaire !

Share This