Choix de page

Comment se confier à son entourage pour un parcours de FIV serein ?

Outre le stress engendré par les opérations et examens médicaux, la frustration et l’impatience d’un bébé tant attendu et qui tarde à venir, il faut aussi parfois supporter le poids de la pression de l’entourage, qui ne saisit pas toujours bien ce qu’implique un parcours de FIV et à quel point le manque d’un enfant peut être difficile à vivre… Comment se protéger des questions qui blessent tout en parvenant à se confier ?

Décider à qui en parler

La question de l’infertilité relève très clairement de l’intime. On ne s’en ouvre pas à tout le monde, et c’est bien normal. Cependant, l’entourage peut aussi être une source de soutien lorsque les traitements hormonaux ou les échecs vous font traverser des phases difficiles. Soignez donc le cercle des personnes que vous mettrez au courant : sont-elles capables de comprendre que le jeu des hormones peut vous rendre particulièrement sensible et influencer vos émotions ? Craignez-vous qu’elles puissent vous juger et être à l’origine d’un sentiment de honte ? Il peut s’agir de la famille comme des amis, ce choix reste entièrement personnel et dépend avant tout de la relation que vous entretenez avec chacune d’elles.

Parler de son parcours FIV au travail ?

Le milieu professionnel constitue un environnement un peu à part car on est rarement très proche de ses collègues ou de son employeur. Or, il reste difficile de parvenir à effectuer tous ses examens sans s’absenter et de garder un moral et une efficacité au beau fixe… Rappelez-vous que vous avez droit à des autorisations d’absence rémunérées sur simple présentation d’un justificatif médical. Mais bien sûr, cela implique d’informer votre employeur que vous vous lancez dans une FIV… qui comprendra peut-être mieux vos réactions s’il sait ce que vous traversez ?

Expliquer ce qu’on attend de son entourage

Vous avez décidé de parler de votre parcours de FIV à votre entourage ? Pour éviter les malentendus et les déceptions, approfondissez le sujet avec les personnes choisies en leur expliquant clairement ce que vous attendez d’elles. Peut-être avez-vous choisi de vous ouvrir pour recevoir un soutien moral ? Peut-être souhaitez-vous au contraire que votre entourage vous aide à déstresser et à penser à autre chose en n’évoquant pas la question et en vous permettant de vous divertir ? Ou encore souhaitez-vous peut-être qu’il fasse comme si de rien n’était et se montre d’une appréciable discrétion, en cessant ses questions parfois pénible comme : « Alors, toujours rien ? » ou « Vous avez perdu le mode d’emploi ? » Une fois votre annonce faite, vos proches ne sauront pas nécessairement comment se comporter : n’hésitez pas à les aiguiller, vos relations n’en seront que plus sereines !

 

L’avis de la psychologue

Dois-je en parler ou pas ? À qui ? Quand ? Le couple qui passe par la PMA pour avoir un enfant est souvent partagé entre l’envie et le besoin d’en parler et la honte et la pudeur de révéler ou d’ennuyer son entourage.

Garder le secret uniquement entre partenaires peut être difficile. On se heurte régulièrement aux questions gênantes du type « c’est pour quand le bébé ? », on peut se retrouver à mentir sur son emploi du temps pour cacher ses RDV médicaux et surtout on peut faire face à un grand sentiment d’isolement et de solitude.

Mais choisir de le dire c’est aussi anticiper que :

  • A moins d’être déjà passé par là, il est difficile de bien comprendre toutes les réalités d’un parcours de PMA.
  • Tout le monde a une opinion quand il s’agit de fertilité, et beaucoup iront sans doute de leur petit conseil.
  • Il faudra faire le « service après-vente » et tenir constamment au courant, les personnes informées, de l’évolution de votre traitement. Même s’il s’agit de mauvaises nouvelles…

Tout ceci étant dit, le plus important à comprendre, c’est qu’il n’y a pas de réponse universelle à ces questions. Quand en parler et à qui est un choix très personnel qui va dépendre du caractère et du parcours de chacun. Certains en auront besoin bien avant d’autres !

Notre conseil : Si vous choisissez d’en parler, faites-le bien sûr, en accord avec votre partenaire et n’hésitez pas à exprimer clairement vos attentes (respect de votre intimité, éviter les conseils ou les jugements hâtifs, besoin d’écoute etc…) auprès de vos proches.

Mar Puigmartí, psychologue clinique Eugin

Laissez un commentaire !

Share This