Choix de page

Don d’ovocytes : l’importance du groupe sanguin de la donneuse

La sélection des donneuses d’ovocytes doit respecter les critères physiques de la patiente mais également immunologiques, c’est-à-dire prendre en considération le groupe sanguin et rhésus. Nous vous expliquons dans cet article comment se fait la sélection de la donneuse selon le groupe sanguin.

Il n’existe pas d’incompatibilité de groupes sanguins

Pour le don d’ovocytes, la patiente pourrait en fait recevoir les ovocytes d’une donneuse de tout groupe sanguin, car il n’y a pas d’incompatibilité. Une patiente O pourra donc recevoir les ovocytes d’une donneuse B, sans qu’il n’y ait d’incidence sur la réussite du traitement. Il n’y aura pas de rejet de l’embryon.

Mais alors pourquoi prendre en compte le groupe sanguin ?

Le groupe sanguin est surtout important si les parents ne souhaitent pas dire à l’enfant qu’il est issu d’un don de gamètes. L’équipe médicale devra alors sélectionner une donneuse avec le même groupe sanguin que la patiente ou un groupe sanguin qui respecte le schéma d’hérédité pour l’enfant.

Pour cela, nous devons prendre en compte le groupe sanguin de la patiente et de son conjoint, car l’enfant héritera son groupe sanguin de ces deux géniteurs.

Sur le tableau suivant, nous pouvons voir quels sont les possibilités de groupe sanguin suivant les parents :

Pour choisir le groupe sanguin de la donneuse, il faudra donc respecter ce schéma, en sélectionner un groupe sanguin qui donnerait les mêmes possibilités de groupe pour l’enfant.

Exemples : Une patiente A avec un conjoint O, pourra donc recevoir un don d’une jeune femme A ou O.

Une patiente AB avec un conjoint O, pourra recevoir les ovocytes d’une donneuse A, B, AB ou O.

Le rhésus : attention aux rhésus négatif !

 Le rhésus sera important si la patiente receveuse a un rhésus négatif. Si elle porte un enfant de rhésus positif, il peut donc y avoir une incompatibilité de rhésus.

Pour le don d’ovocytes, il faut donc faire particulièrement attention si la patiente est de  rhésus négatif :

  • Si la patiente a un rhésus négatif et son conjoint est négatif également, il faudra alors sélectionner une donneuse de rhésus négatif, pour éviter ce cas d’incompatibilité.
  • Si la patiente a un rhésus négatif et son conjoint est positif, la donneuse pourra être positive ou négative. Le positif l’emportant presque toujours sur le négatif, la patiente aura donc de fortes possibilités d’avoir un enfant positif, et devra donc s’immuniser pendant la grossesse.
  • S’il s’agit d’un double don, il faudra alors choisir une donneuse négative et un donneur négatif pour être sûr que le bébé soit ensuite de rhésus négatif.

Pour les groupes positifs, le rhésus de la donneuse n’aura pas d’importance, car il n’y a pas d’incompatibilité en cas de grossesse. Si la patiente est de rhésus positif, la donneuse pourra donc être de rhésus négatif ou positif sans qu’il y ait de problème pour la suite du processus.

Article écrit par Sophie de Procreatec

Laissez un commentaire !

Share This