Sélectionner une page

Couple : Comment aborder les grandes questions de la conception par don ?

« Non, nous ne voulons pas que notre enfant sache qu’elle a été conçue grâce à un don. Nous voulons que cela reste un secret », expliquent avec sincérité certains couples.

La maman ne veut en effet pas se sentir comme un imposteur et craint qu’en apprenant qu’elle ne lui était pas biologiquement liée, sa fille ne la considère comme une fausse mère. Elle ne veut pas non plus que sa famille soit différente des autres ni ne sait comment parler de tout ça.

Au début, garder le secret sur une conception par don semble à bien des familles plus facile. Les familles doivent être prêtes, avant même le début de la procédure médicale, à se donner du temps pour résoudre les implications psychologiques complexes de la conception par donneur. Cette mère n’était pas prête à révéler à sa fille qu’elle était issue d’un don car elle-même n’était pas complètement à l’aise avec le sujet.

Selon l’American Society for Reproductive Medecine (ASRM), « les experts s’accordent à dire que plus les parents d’accueil assument le fait de fonder une famille à trois, plus ils ont de chances d’être des parents comblés et de prendre les décisions qui vont dans l’intérêt de l’enfant. »

En envisageant la situation du côté de l’enfant aussi bien que de celles des parents, ceux-ci seront mieux préparés pour aborder le sujet.

Cela implique de commencer en osant se poser des questions délicates, comme par exemple : Qu’est-ce qui vous pousse à garder la conception par donneur secrète face à votre enfant ?

Peut-être la maman pas de réponse exacte, mais vous sentez que la question la met mal à l’aise.

La plupart des parents justifient leur choix du secret par des préoccupations de bien-être de l’enfant. Les parents d’accueil sont pleins de bonnes intentions et veulent protéger leur enfant et leur famille de toute conséquence négative.

Au début, la plupart des parents ne saisissent pas les implications qu’auront pour leur enfant, tout au long de sa vie, le fait d’être né par don. Même les parents qui se sont sérieusement et longuement penchés sur le sujet peuvent avoir encore des questions par manque de familiarité avec le concept.

On peut indentifier cinq grandes préoccupations qui empêchent les parents de révéler leurs origines à leur enfant :

  • Le bien-être de l’enfant
  • La crainte de perdre sa légitimité en tant que parent
  • La crainte de l’isolement social
  • La crainte de l’isolement familial
  • La crainte de l’isolement culturel

Ces craintes peuvent être traduites en questions :

  • Mon enfant ne sera-t-il pas bouleversé d’apprendre une telle nouvelle ?
  • Pourrai-je me sentir comme un véritable parent ?
  • Notre différence avec les autres familles sera-t-elle sensible ?
  • Notre famille acceptera-t-elle notre enfant ?
  • Je ne pense pas que ce soit un sujet important/je ne sais pas comment en parler à mon enfant

Si vous n’êtes pas certain de la catégorie à laquelle vous appartenez, reprenez les questions et mettez-leur une note selon que vous adhérez totalement à cette question ou au contraire n’êtes pas du tout d’accord.

Peut-être êtes-vous clairement concerné par une ou deux catégories, ou peut-être l’êtes-vous légèrement par toutes.

Quoi qu’il en soit, c’est normal : rares sont les parents qui ne se retrouvent que dans une seule catégorie.

 

Identifier vos craintes au sujet de la conception par don

Voici un petit exercice à réaliser en couple. Notez chacun séparément chaque phrase ci-dessous sur une échelle de 0 à 10 (0 correspondant à « je ne suis pas du tout d’accord » et 10 à « je suis complètement d’accord »), puis comparez vos résultats.

Le bien-être de l’enfant

– Je pense que notre enfant nous en voudra s’il l’apprend.

– Je pense que notre enfant se sentira différent des autres.

– Je pense que notre enfant sera embêté ou tout au moins traité différemment par ses camarades.

– Je ne veux pas que mon enfant fasse des recherches sur le donneur.

– Je ne veux pas que ce sujet attriste ou révolte mon enfant.

 

L’isolement parental

– J’ai peur de ne pas me sentir père/mère légitime

– Je pense qu’avoir conçu son enfant par un don n’est pas différent d’une conception biologique

– Je ne veux pas me comporter différemment de si j’avais un enfant biologique

– Je ne veux plus penser à tout ça après la naissance de mon enfant

– J’ai peur qu’on ne me considère pas comme sa vraie mère/son vrai père

– Je ne veux pas que mon enfant s’interroge à propos du donneur

 

Les différences sociales

– Je ne veux pas y accorder d’attention

– Je m’inquiète de la façon dont les gens vont réagir

– Je ne veux pas avoir l’impression que ma famille est différente

– Je ne veux pas avoir à tout expliquer aux autres

– Je veux que ma vie redevienne comme avant et ne plus en parler

 

Les différences familiales/culturelles

– Je pense que ma famille ou celle de mon partenaire désapprouvera ce choix.

– Je pense que la famille traitera mon enfant différemment une fois au courant.

– Ma/Notre culture n’accepte pas la conception par don.

 

Ne pas savoir comment s’y prendre

– Je ne sais pas comment répondre aux questions à propos de la conception par don.

– Je ne sais pas comment en parler à mon enfant.

– Je ne sais pas quand en parler à mon enfant.

– Je ne pense pas que ce soit important d’en parler.

Identifiez la catégorie pour laquelle vous avez le score le plus élevé. Concentrez-vous sur cette zone problématique en discutant entre vous ou au besoin avec l’aide d’un psychologue.

Laissez un commentaire !

Share This