Choix de page

PMA et FIV : Bien choisir sa médecine douce et son thérapeute

L’abondance des médecines douces offre des degrés divers d’aide et d’espoir aux couples souffrant d’un problème de fertilité. Bien qu’il faille demeurer réaliste sur la capacité de ces traitements à vous aider, il y a de bonnes raisons pour les essayer. Mais prenez garde à certains thérapeutes trop enthousiastes qui vous promettent monts et merveilles et vous donnent de faux espoirs.

Choisir une thérapie

Recourir aux médecins douces ne signifie pas renoncer au traitement conventionnel. Il s’agit de thérapies complémentaires, et non d’alternatives thérapeutiques, qui vous aideront à améliorer votre santé générale en favorisant le fonctionnement de tous vos organes vitaux.

Très peu d’études valident les bienfaits des médecines douces, et rares sont les médecins disposés ou aptes à donner des conseils détaillés. Non prouvé ne signifie pas forcément inefficace et il existe de nombreux témoignages pour en attester. Rappelez-vous que chaque cas est unique et rien ne dit que ce qui a fonctionné pour l’un aura un effet positif pour l’autre.

Informez-vous autant que possible sur chaque thérapie que vous envisagez – associations d’entraide, livres, revues, bibliothèque, Internet – avant de choisir. Étudiez la durée du traitement et son historique. Certaines thérapies, comme la phytothérapie et l’acupuncture, existent depuis des millénaires. Fiez-vous à votre instinct si vous vous sentez attirée par une médecine en particulier.

Faites d’abord un check-up complet et n’abandonnez pas la médecine conventionnelle. Tenez votre médecin au courant des traitements complémentaires que vous suivez et dites à votre thérapeute quels sont les médicaments que vous a prescrits votre médecin ou spécialiste de la fertilité. La collaboration est la clé du succès.

 

Bénéfices complémentaires

Les médecines douces, si elles ne résolvent pas les problèmes de la fertilité, feront partie d’un programme de soins qui augmenteront les chances de succès des techniques de reproduction. Les médecines douces offrent tout un éventail de bienfaits :

  • un sentiment de contrôle et d’implication directe dans votre traitement
  • un traitement agréable donnant le sentiment d’être réellement écoutée
  • beaucoup de temps pour poser des questions et discuter ses problèmes en profondeur
  • un traitement global abordant aussi bien l’aspect mental, émotionnel que physique de votre cas
  • un risque très réduit de subir des effets déplaisants ou dangereux
  • un soutien physique et émotionnel pour vous aider à supporter les protocoles de la FIV
  • un encouragement à prendre en main votre propre santé et votre traitement
  • une détente physique et mentale pour vous aider à gérer le stress
  • une opportunité pour votre partenaire de s’impliquer plus, selon la thérapie
  • un conseil nutritionnel et des indications pour changer votre mode de vie au profit du traitement
  • une meilleure santé générale, doublée d’un bien-être accru.

Ayez des attentes réalistes, pas de vains espoirs. Cela est particulièrement vrai si votre folliculostimuline (FSH) est élevée ou si vous êtes plus âgée. Vous ne pouvez vous permettre de vivre dans l’espoir trop longtemps avant d’opter pour une méthode plus interventionniste.

 

Choisir un thérapeute

Comme pour les centres et les spécialistes de la fertilité, rien ne vaut des recherches associées à des conseils personnels. Faites fonctionner le bouche-à-oreille. . Interrogez un thérapeute que vous estimez.

Parlez au thérapeute avant de vous engager dans un traitement particulier : il est important de se sentir en confiance et à l’aise et d’établir un bon rapport. Un bon praticien doit être compréhensif et réceptif aux questions, alors ne vous sentez pas gênée de les lui poser.

Essayer de connaître l’expérience des praticiens en matière de fertilité, leur formation, leurs tarifs, depuis quand ils exercent et s’ils sont affiliés à l’ordre professionnel adéquat. Prenez garde à ceux qui vous feront de folles promesses ou vous demanderont une avance d’argent. Fiez-vous à votre instinct et, si vous vous sentez mal à l’aise, dites-le. Si un praticien ne vous satisfait pas, allez en voir un autre.

Il est important que vous ne vous sentiez pas contrôlée par un praticien et que vous l’appréciiez.

 

Les médecines douces

L’acupuncture

 

Sophrologie PMA et FIV

L’hypnose

L’osteopathie

La chiropraxie en parcours de FIV

Les élixirs floraux en FIV et PMA

La Phytothérapie en PMA et FIV

L’homéopathie en parcours de PMA et de FIV

La réflexologie contre l’infertilité

Le drainage lymphatique pendant une FIV

 

Laissez un commentaire !

Share This