Sélectionner une page

Don d’ovocytes en Espagne : que peut-on savoir de la donneuse ?

D’après la loi espagnole, la donneuse doit avoir entre 18 et 35 ans, ne pas présenter de maladies sexuellement transmissibles et être en bonne santé physique et mentale. De plus, les ovocytes d’une même donneuse ne pourront plus être utilisés après que six enfants (y compris ceux de la donneuse) sont nés avec ce matériel génétique.

Les grandes cliniques espagnoles ont leur propre programme de don d’ovocytes et donc leurs propres donneuses. Les futures donneuses sont soumises à une évaluation psychologique complète, ainsi qu’un examen médical exhaustif afin d’écarter toute altération de l’appareil reproducteur, tout risque de malformation ainsi que la présence de maladies sexuellement transmissibles comme le VIH, l’hépatite, la syphilis. Cet examen médical permettra également de déterminer le groupe sanguin et le Rh, et ainsi la compatibilité avec la donneuse.

C’est la clinique qui choisira la donneuse en fonction de votre phénotype (c’est-à-dire, votre apparence physique) et de la compatibilité du facteur Rh (compatibilité sanguine).

En Espagne comme en France, le don d’ovocytes est anonyme et volontaire.

Les informations dont vous disposerez sur la donneuse sont donc très limitées : au maximum l’âge, la taille, la couleur des cheveux et des yeux (assurant la compatibilité phénotypique) et le groupe sanguin.

La grande différence avec la France est que les donneuses d’ovocytes reçoivent une compensation pour leur don. Le don d’ovocytes ne devra jamais avoir un caractère commercial, il ne s’agit donc pas d’une rémunération mais bien d’une compensation de la pénibilité du processus ainsi que des journées de travail perdues et des frais de déplacement. Cette compensation est, selon les cliniques, d’environ 900-1000€.

Conclusion :

Vous ne saurez de la donneuse que ses caractéristiques physiques générales (qui sont les mêmes que les vôtres) et son groupe sanguin ; et c’est la clinique qui choisira la donneuse en fonction de ces caractéristiques. Il vous faudra donc faire preuve d’un certain lâcher prise, et d’une grande confiance dans la clinique que vous aurez choisie. Un accompagnement émotionnel peut être utile pour ce lâcher prise.

Auteur : Stéphanie Toulemonde

Laissez un commentaire !

Share This