Choix de page

FIV : Faut il toujours faire un transfert à J5 au stade Blastocyste ?

Blastocyste ; Blasto ;Embryon à J5

Les pour et les contre

Après l’étape de la fertilisation, l’embryon connaît diverses phases d’évolution. Après 5 ou 6 jours, on l’appelle un blastocyste. C’est normalement lors de cette phase que l’embryon quitte les trompes de Fallope pour gagner l’utérus, où il s’implante dans les tissus de la paroi interne.

Lors d’un protocole de FIV, de nombreuses cliniques proposent aux femmes de transférer un blastocyste. Cela signifie que les embryons sont cultivés en laboratoire jusqu’à ce qu’ils atteignent la forme de blastocyste avant d’être transférés dans l’utérus. L’avantage est que l’embryon devrait avoir de meilleures chances de parvenir à s’implanter puisqu’il s’agit du stade de développement lors duquel il migre naturellement vers l’utérus.

Les blastocystes ne sont pas encore la norme

Chez certaines femmes, le transfert d’un blastocyste peut augmenter les chances de tomber enceinte et de donner naissance à un enfant vivant. Les protocoles de FIV conventionnels ont tendance à transférer l’embryon après  trois jours (une étape appelée « le stade de la segmentation »). Comme il est difficile d’estimer à J3 quel embryon a le plus de chances de donner lieu à une grossesse, il n’est pas rare que deux embryons ou plus soient transférés, dans l’espoir qu’au moins l’un deux mènera à la naissance d’un bébé en bonne santé.

Cette pratique entraîne le risque de naissances multiples, augmente les risques médicaux et le coût du traitement, et provoque beaucoup d’inquiétude. Le transfert de blastocystes a pour but d’éviter ces écueils : à taux de réussite égal, moins d’embryons ont besoin d’être transférés. Le nombre de transferts embryonnaires autorisés dépend par contre de la législation de chaque pays.

Il faut savoir que certaines cliniques n’affichent que les taux de succès des transferts de blastocystes. Mieux vaut demander expressément à sa clinique ses taux de réussite au stade de la segmentation pour bien comparer les résultats.

Le transfert d’un blastocyste a donc ses points positifs et ses points négatifs : la décision demande recul et réflexion. Mais c’est le corps médical qui vous aidera à prendre cette décision.

Pourquoi opter pour le transfert d’un blastocyste ?

Parce que pour certains groupes de femmes, les chances de tomber enceintes sont plus élevées que lors d’un transfert d’un embryon de 3 jours.

Ces groupes comprennent les femmes les plus jeunes (essentiellement de moins de 35 ans), dont le médecin pense qu’elles ont de bonnes chances de tomber enceintes grâce à une FIV, et les femmes qui ont produit des embryons de bonne qualité lors de cycles précédents mais dont l’implantation a échoué.

En attendant le cinquième jour de développement des embryons, les médecins peuvent déterminer lesquels ont atteint le stade de blastocyste et choisir les meilleurs pour le transfert. Au contraire, il est impossible de deviner quel embryon à J3 sera capable d’évoluer en blastocyste. Or, les embryons qui ne deviennent pas des blastocystes n’entraînent pas de grossesse.

Pourquoi pourriez vous refuser le transfert d’un blastocyste ?

Parce qu’il peut arriver qu’aucun embryon n’atteigne le stade de blastocyste.

Parce que cette option laisse moins d’embryons à congeler.

Si une patiente produit moins d’ovules sains que la moyenne, cette option pourrait ne pas convenir dans la mesure où elle réduit les chances de développer suffisamment d’embryons de bonne qualité.

Parce que toutes les cliniques ne le proposent pas.

Pour éviter le risque de naissances multiples, on pourrait vous imposer le transfert d’un unique blastocyste (un embryon).

 

 

Le transfert d’un unique blastocyste réduit-il les chances de tomber enceinte ?

En réalité, non. Les études scientifiques montrent qu’il n’en est rien. En Suède, les deux tiers des cycles de FIV se font avec un seul embryon. Le taux de naissance gémellaire est passé de 20 % à 5 % tandis que le taux de succès des FIV est resté stable.

Seuls les embryons de grande qualité atteignent le cinquième jour de développement. Ils ont donc de meilleures chances de réussir leur implantation dans l’utérus.

Laissez un commentaire !

Découvrez le carnet FIV Colibri

Nous vous conseillons ;

Tout savoir sur la PMA

Share This