Choix de page

FIV en Espagne

Vous souhaitez faire une FIV en Espagne ? La plupart des personnes qui vont en Espagne pour une FIV le font pour un don d’ovocyte, un don de sperme , un don d’embryon, voire une FIV Double Don.

Il existe beaucoup de centres de PMA en Espagne et la majorité est privée. Ces centres sont répartis sur tout le territoire espagnol et de nombreuses compagnies desservent la majorité des grandes villes.

Vous pouvez accéder à une carte afin de situer toutes les cliniqueshttps://www.fiv.fr/cliniques-fiv-espagne/

Pourquoi venir en Espagne ?

drapeau espagnol80% des Françaises ayant recours au don d’ovocytes se rendent sur le territoire espagnol. En 2011, elles seraient près de 1.692 à s’être rendues en Catalogne, près de la frontière française, pour recevoir un don d’ovocytes. Les Français représentent environ 10 % de la clientèle des établissements spécialisés.

Ce choix massif est dû  à une législation espagnole souple, un service médical d’excellence et des délais bien plus courts. En plus des restrictions d’âge, d’orientation sexuelle ou de vie de couple quasi inexistantes pour les receveuses, les dons d’ovocyte en Espagne se comptent par milliers.

Plus fréquent et anonyme , faire don de ses ovocytes peut rapporter près de 1000€ à la donneuse. Cette compensation financière incite donc les donneuses et réduit considérablement les listes d’attentes pour les receveuses. Ce qui contraste fortement avec la pénurie marquée de dons d’ovocytes en France (peu de centres de collecte, conditions contraignantes et don non rémunéré)

Où pratiquer une PMA en Espagne ?

catalogneC’est en Catalogne que la pratique de la PMA est la plus fréquente. Considérée comme l’une des régions les plus dynamiques en matière de PMA, de nombreuses cliniques y sont implantées.

A Madrid, Barcelone, Grenade et Valence, près de 200 établissements privés se disputent les faveurs des nouvelles patientes françaises.

Afin de faciliter le séjour de leurs patients, certains établissements proposent des réductions dans les hôtels environnants. D’autres mettent les candidats en relation avec des agences de voyages barcelonaises capables d’organiser leur périple depuis la France. D’autres encore prennent en charge leurs clients dès l’aéroport, avec transfert jusqu’à l’hôtel.

Quel est le prix d’une PMA en Espagne ? Peut-on être remboursé ? Sous quelles conditions ?

Le coût d’une FIV Don d’ovocyte varie entre 4500€ et 9000€ selon les cliniques en fonction des services et des prestations proposées.

Il existe de nombreuses disparités de tarifs pour le don d’ovocyte entre les cliniques. Les prix d’appel reflètent  rarement le coût total final que le couple aura à payer. Avant de choisir une clinique, il est donc nécessaire de comparer les cliniques entre elles en y intégrant tous les coûts.

Ainsi, il y a souvent certains examens qui doivent être faits avant tout traitement, ce qui a un coût.

De plus, en fonction de votre âge, certains tests peuvent être exigés, comme une mammographie par exemple.

Le sperme est le plus souvent congelé à la première visite de consultation. Des frais de congélation seront alors demandés. Monsieur peut tout à faire demander à ce que la FIV se fasse sur sperme frais, cela vous obligera donc à rester plus longtemps sur place.

Quelques techniques spéciales qui viennent en complément ont un coût :Culture prolongée (Blastocyste),Embryoscope, MACS

Pour réduire leurs prix, certaines cliniques proposent de « partager » les ovocytes des donneuses entre deux receveuses (Tarif diminué de 1000€ en moyenne). Mais le plus souvent c’est une donneuse pour une receveuse.

Comme nous l’avons vu précédemment une FIV DO sur ovocyte vitrifié est moins coûteuse et simplifie grandement la synchronisation avec votre cycle et permet de planifier longtemps à l’avance le voyage.

Si elles correspondent aux conditions de prise en charge de la législation française, les patientes françaises peuvent bénéficier d’une prise en charge des soins par la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) à hauteur de 1.550€, sous conditions.

Il faut avoir demandé au préalable un 100% stérilité (exonération du ticket modérateur) et faire remplir un CERFA par son gynécologue. Une fois la demande renvoyée à la CPAM, celle-ci décidera de valider ou non l’accord de prise en charge. Dans un second temps, une demande de prise en charge des soins à l’étranger doit être formulée auprès de la CPAM avant d’envoyer le dossier complet à la clinique choisie. Certaines mutuelles peuvent également reverser un complément de remboursement.

La FIV Don d’ovocytes en Espagne

don ovocytes espagneIl s’agit de l’essentiel des traitements mis en œuvre par les étrangers qui se rendent en Espagne.

De ce fait, les cliniques sont équipées pour recevoir une clientèle internationale et le personnel est formé pour la gestion effective à distance de ce traitement. Les plus grandes cliniques disposent ainsi d’un département international dédié. De nombreuses cliniques ont du personnel qui parle français, il n’y a donc pas de barrière de la langue.

En Espagne le don d’ovocytes est anonyme, il y a donc beaucoup de donneuses et pratiquement aucune liste d’attente. Les donneuses sont examinées physiquement et psychologiquement, ces critères de sélection éliment donc une grande partie des candidates.

Certaines cliniques ont directement vitrifié les ovocytes afin de pouvoir synchroniser au mieux le traitement de la receveuse.

Les informations sur la donneuse sont succinctes : âge, taille, couleur des cheveux, couleur des yeux et groupe sanguin. Pour une recherche très spécifique, la recherche peut donc prendre beaucoup plus de temps.

Il est à noter que certaines cliniques acceptent néanmoins certaines demandes exceptionnelles : donneuse qui aime Shakespeare ou donneuse Bac +7…

Le Don d’embryon en Espagne

Certains viennent en Espagne pour faire un don d’embryon, c’est-à-dire adopter un embryon. Ces embryons sont issus de FIV faites par des couples qui ne souhaitent pas transférer les embryons restants et acceptent d’en faire don à d’autres. Ceci est bien sur altruiste et anonyme.

Les taux de réussite est plus bas que pour un don d’ovocyte car ces embryons sont issus de femmes de tout âge et pas uniquement de moins de 35 ans.

Le don d’embryon est davantage demandé que les FIV double don.

La plupart des cliniques propose le don d’embryon.

Il n’existe pas de loi sur la durée de stockage dans le temps des embryons, des frais de conservation annuels sont demandés aux couples. Par contre, si la clinique a essayé de communiquer avec les parents des embryons stockés deux fois sans réponse, il est permis à la clinique de faire don de ces embryons, et ce sans le consentement des parents.

Taux de réussite du d’ovocyte en Espagne

Cela dépend bien évidemment de l’âge de la femme (et donc de l’âge de ses ovocytes !). Pour la FIV, si la femme a 30-35 ans, la probabilité de grossesse par cycle est de 40-50 %. A partir de 40 ans, on doit par contre analyser les embryons par biopsie avant de les implanter pour éviter les anomalies chromosomiques des ovocytes. C’est un diagnostic préimplantatoire qui permet d’augmenter les chances de grossesse, aux alentours de 30-40 %.

Toutefois, l’Agence de la Biomédecine met en garde : “Les chances de grossesse, annoncées par quelques centres étrangers, ne reflètent pas toujours la réalité. Certains taux de succès affichés et particulièrement attractifs ne font pas l’objet d’une validation officielle par les autorités sanitaires compétentes des pays concernés.

Les lois espagnoles en matière de PMA

carte-espagneLes lois espagnoles de 2006 favorisent le « marché » PMA en Espagne, et ce en accord avec les gouvernements régionaux.

Les femmes seules ont droit au traitement.

Il n’existe pas d’âge maximum, mais la grande majorité des cliniques n’acceptera que les femmes qui ont moins de 50 ans.

Comme nous l’avons vu, le don d’ovocyte et de sperme est autorisé, mais seuls six enfants peuvent être nés de la même donneuse.

Le nombre maximum d’embryons transféré à chaque fois est de 3.

La FIV DPI et autorisée quand il y a indication médicale, mais il est interdit de choisir le sexe du bébé par ce biais sauf pour raisons médicales particulières.

La GPA n’est pas reconnue en Espagne.

La loi n° 14 du 26 mai 2006 sur les techniques de reproduction médicalement assistée érige l’anonymat du don de gamètes en principe, mais elle donne aux femmes qui ont bénéficié d’une assistance médicale à la procréation ainsi qu’aux enfants ainsi conçus le droit d’obtenir des renseignements d’ordre général sur les donneurs. Les données relatives à l’identité des donneurs doivent être conservées, dans les conditions de confidentialité les plus strictes qui soient, à la fois dans le fichier national des donneurs et par les établissements recueillant les dons. Ces données sont énumérées par le décret du 1er mars 1996 qui établit les règles que les banques de gamètes doivent respecter. Il s’agit essentiellement de données relatives à l’état civil (nom, prénoms, date de naissance, nationalité, etc.), à l’aspect physique (taille, poids, couleur des yeux, des cheveux et de la peau, etc.), et aux antécédents médicaux personnels et familiaux.

Le principe de l’anonymat s’applique aussi bien aux dons de gamètes qu’aux dons d’embryons.

Le principe de l’anonymat est doublé par l’interdiction d’établir un lien de filiation entre le donneur et l’enfant

Les enfants conçus par procréation médicalement assistée – ou leurs représentants légaux – ainsi que les femmes qui ont bénéficié de l’assistance médicale à la procréation ont le droit d’obtenir des informations générales sur les donneurs, mais en aucun cas l’identité de ces derniers.

En outre, le principe de l’anonymat souffre deux exceptions.

L’identité du donneur peut être révélée :

– lorsque la vie ou la santé de l’enfant sont en danger et que la connaissance de l’identité du donneur apparaît nécessaire ;

– lorsque la procédure pénale l’exige.

La loi précise que, dans ces deux cas, la révélation de l’identité du donneur doit être aussi limitée que possible et qu’elle n’a aucune conséquence sur la détermination de la filiation de l’enfant.

Sécurité et qualité des les cliniques espagnoles

plaque madridLes centres de PMA espagnols sont régulièrement inspectés par les gouvernements régionaux.

Les cliniques ont le réel souci d’amélioration de la qualité et des processus et reçoivent parfois des sanctions en cas de défaillance. Il existe différents types d’accréditation pour la sécurité et la qualité mais le plus utilisé est la norme ISO.

L’expérience des clinques espagnoles datant de nombreuses années, les résultats sont parmi les meilleurs d’Europe.

 

 

 

Les questions les plus posées sur la PMA en Espagne

 

1) Les donneuses ne font ça que pour l’argent

FAUX ! L’Espagne autorise en effet à donner une compensation à la donneuse. Le don d’ovocytes n’est pas un parcours facile et ne se fait pas en un jour ! La donneuse doit d’abord passer une série d’examens, attendre souvent plusieurs semaines avant de se voir attribuer une receveuse, suivre une stimulation ovarienne pendant 10 jours et enfin être mise sous anesthésie le jour de la ponction. Elles seront souvent amener à prendre du temps sur leurs horaires de travail ou d’études. Il ne s’agit pas du tout d’ « argent facile et rapide » et c’est un véritable acte de générosité.2-

2) En Espagne, les donneuses sont toutes brunes à la peau mate

FAUX ! Premièrement parce que les donneuses ne sont pas toutes espagnoles et ensuite parce que les espagnoles ne sont pas toutes pareilles ! L’Espagne est un pays cosmopolite et accueille   de nombreuses nationalités. Dans les grandes villes, comme Madrid ou Barcelone, il n’existe pas de phénotype concret et on y retrouve toutes les caractéristiques physiques possibles et imaginables !

3) Les donneuses n’ont pas fait d’études

FAUX ! De nos jours, et dans un pays comme l’Espagne, il est très rare de ne pas faire d’études et d’arrêter son cursus scolaire très jeune. La plupart des donneuses sont étudiantes, ou dans la vie active. Elles sont, de toute façon, soumises à un test et entretien psychologique avant de faire le don. L’avenir de votre enfant dépendra ensuite de l’éducation et l’amour que vous lui donnerez !

4) Les donneuses peuvent donner autant de fois qu’elles le veulent

FAUX ! Le don de gamètes est strictement soumis à la Loi Espagnole de Reproduction Assistée (http://www.boe.es/boe/dias/2006/05/27/pdfs/A19947-19956.pdf). Le texte nous explique que le nombre maximum autorisé d’enfants nés d’un don d’une même personne en Espagne ne doit pas être supérieur à six. Avant chaque don, les jeunes femmes doivent déclarer si elles ont déjà effecteur d’autres dons dans un autre centre.

 5) Les donneuses rechercheront à connaitre l’enfant né de leur don

FAUX ! Le don de gamètes en Espagne est anonyme et strictement contrôlé. Ni la donneuse ni la receveuse ne pourront avoir accès aux données de l’une et l’autre. La loi de Reproduction Assistée précise que seul en cas de circonstances extraordinaires et danger pour la vie de l’enfant, les données médicales indispensables sur la donneuse pourront être révélées, mais en aucun cas son identité.

Avant de faire un don, les donneuses sont bien conscientes de leur acte et les centres autorisés leur expliquent à plusieurs reprises le caractère anonyme du don.

Les cliniques espagnoles que j’ai visitées :

Visite de la clinique de FIV et de don d’ovocytes IVI à Madrid

Visite de la clinique espagnole ProcreaTec

Visite de la clinique espagnole IGIN

Visite de la clinique espagnole Ginemed à Séville

 

Les jours fériés en Espagne

Les jours fériés du pays

jours feries espagne 1

Les jours fériés dans les régions espagnoles

jours feries espagne 2

 

Les articles sur les FIV en Espagne

11 Janvier 2013

http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/01/11/couples-cherchent-ovocytes-desesperement_1815367_3224.html

23 Mai 2014

http://www.20minutes.fr/sante/1382401-20140523-don-ovocytes-parcours-combattant-receveuses-attente

Laissez un commentaire !

Share This