Sélectionner une page

Don d’ovocytes : vaut-il mieux une donneuse connue ou anonyme ?

En matière de fertilité, chaque Etat dicte ses propres lois. Et sur certaines questions comme le don d’ovocytes, les conséquences peuvent être importantes. On constate en effet que les femmes sont plus enclines à faire don de leurs ovocytes dans les pays où leur anonymat est préservé, ce qui augmente vos chances de trouver une donneuse compatible. Selon les pays, les femmes peuvent même être rétribuées ou non. D’un autre côté, connaître la mère biologique de votre enfant peut s’avérer perturbant psychologiquement.

Quand on connaît la donneuse…

Connaître la femme qui a fait don des ovules qui permettront la naissance de votre bébé tant attendu peut parfois distendre le lien qui vous unit à l’enfant, même si vous l’avez ardemment désiré et vous êtes battue pour le concevoir. Un certain malaise peut s’instaurer car la donneuse devient concrète : vous savez à quoi elle ressemble, et peut-être ne pourrez-vous pas vous empêcher de chercher chez votre enfant des traits qui lui viennent d’elle…

Naturellement, il vous faut garder en tête que c’est l’éducation et votre amour qui feront de votre enfant ce qu’il sera, indépendamment de la couleur de ses yeux ou de la forme de son nez. Cependant, si l’idée de connaître la donneuse vous gêne foncièrement, cherchez une clinique de fertilité parmi les pays où le don d’ovocytes reste anonyme.

Les inconvénients du don anonyme

Lorsqu’on ne connaît pas la donneuse des ovules qui seront fécondés, on n’a aucune prise sur les caractéristiques de son enfant. Son visage vous demeure inconnu, vous ne savez pas si elle a fait des études… Vous ne pouvez donc pas faire le choix d’une donneuse qui vous ressemble un peu ou qui semble faire preuve d’une grande intelligence en espérant transmettre ces attributs à votre enfant.

 

L’anonymat du don d’ovocytes selon les pays

Vous avez repéré une clinique de fertilité aux Etats-Unis qui répond à vos critères de qualité, d’accueil, d’expérience, d’écoute, et qui propose le traitement que vous recherchez en affichant de bons taux de réussite ? Parfois, la législation peut choisir pour vous : aux Etats-Unis, vous êtes obligé de choisir la donneuse…

  • Royaume-Uni : la donneuse reste anonyme pour le couple receveur mais doit accepter de se faire connaître de l’enfant si ce dernier en fait la demande après sa majorité.
  • Belgique : le couple receveur est libre de demander à connaître la donneuse ou non.
  • Suède : la donneuse n’est pas anonyme.
  • France : la donneuse reste anonyme.
  • Suisse, Allemagne, Norvège : le don d’ovocytes est interdit.
  • Autriche : la donneuse reste anonyme pour le couple receveur, sauf cas exceptionnels médicalement justifiés. L’enfant né du don peut toutefois connaître la donneuse à partir de ses 14 ans.
  • Etats-Unis : le couple receveur choisit sa donneuse en toute connaissance de cause et noue souvent des liens étroits avec elle.

Laissez un commentaire !

Share This