Sélectionner une page

Don d’ovocytes en Espagne : le choix des donneuses

Voilà un monde inconnu des patientes. Un monde qu’elles aimeraient tellement rencontrer. Les voir, les toucher et surtout les choisir.

En Espagne le don d’ovocytes ou de sperme est totalement anonyme, raison pour laquelle il n’est pas permis à la receveuse d’apporter ou de choisir la donneuse.

L’anonymat permet aussi d’éviter des pressions d’ordre financier ou même psychologique de la part d’une des parties. Les patientes de certains pays où le don n’est pas anonyme, comme par exemple la Suède et le Royaume-Uni, continuent à venir de l’étranger en Espagne pour justement bénéficier d’un don anonyme. Bien qu’il y ait cette curiosité de connaître, de savoir qui est la donneuse, une fois enceinte, l’anonymat facilite l’acceptation du don pour certaines receveuses.

Dans le cadre d’une FIV-DO, le choix de la donneuse d’ovocytes peut être réalisé uniquement par l’équipe médicale qui fait le traitement et devra préserver les conditions d’anonymat du don. En aucun cas la donneuse ne pourra être sélectionnée personnellement à la demande de la réceptrice. Par contre l’équipe médicale correspondante devra essayer de garantir la plus grande similitude en tous points avec la réceptrice.

Il existe seulement deux exceptions qui permettent de révéler l’identité des donneuses, toujours en respectant que cette divulgation est indispensable et quelle est menée avec un caractère restreint :

  • Circonstances extraordinaires de danger pour la vie de l’enfant. (Par exemple dans le cas d’une greffe pour l’enfant.)
  • Si cela est nécessaire selon les Lois des procédures pénales. (Par exemple sur une scène de crime, preuve d’ADN en cas de suspicion.)

Il y a plusieurs profils de donneuses :

-Celles qui veulent rendre « service » à une femme qui ne peut pas ou plus avoir d’enfant.

-Celles qui sont déjà maman et qui veulent aider une autre femme à le devenir,

-Les étudiantes qui ont besoin d’une petite aide financière pour les études mais qui sont bien conscientes du don quelles font.

-Quelques donneuses qui ont réellement besoin de la compensation financière que les cliniques proposent.Certains emploient le terme  compensation et d’autres le mot rémunération.

A l’inverse en Espagne où le don est rémunéré, 83% des donneuses d’ovocytes sont sans enfant.

Il faut savoir que pendant plus de quinze jours ces jeunes femmes vont devoir suivre un traitement de stimulation comme pour une FIV, sous contrôle médical ce qui impliquera plusieurs visites à la clinique pour des échographies et prise de sang pour test d’œstradiol.

Lorsqu’elles viennent à la clinique, elles prennent sur leur temps libre ou de travail (donc souvent pas rémunéré par leur employeur si elles vont chez le médecin). Elles utilisent la voiture ou les transports publics, elles ont des frais, et ensuite, elles devront entrer en salle d’opération pour la ponction. L’intervention dure environ 20 minutes sous sédation mais on sait que chaque fois que l’on entre en salle d’opération il y a un risque. Elles devront être au repos la journée complète donc ne peuvent pas aller au travail ou à leurs cours. Elles font elles aussi un sacrifice durant plus de quinze jours, il est donc bien normal qu’elles reçoivent une compensation pour ce don.

Les donneuses sont choisies avec attention. Elles subissent plusieurs tests sanguins afin de s’assurer qu’il n’y a aucune MST (Maladie Sexuellement Transmissible).

Leur fertilité est aussi testée et les bonnes cliniques font aussi un caryotype à chaque donneuse (le caryotype permet de détecter les maladies génétiques les plus courantes).

Selon la loi espagnole, elles doivent avoir entre 18 et 35 ans. En général le choix se porte sur des donneuses jusqu’à 32 ans.

Le choix de la donneuse pour une patiente sera déterminé par le groupe sanguin afin qu’il soit compatible, ainsi si les parents ne veulent pas dire à l’enfant qu’ils ont eu recours à un don d’ovocytes, l’enfant ne le saura pas même en faisant une prise de sang lorsqu’il sera adulte. Ce qui ne sera pas le cas en cas de test ADN.

Les caractéristiques physiques et morphologiques entrent aussi en compte. Beaucoup de patientes exigent des donneuses ou donneurs avec de hautes études, c’est dommage… ce qui compte c’est le contexte dans lequel le futur enfant sera élevé.

Beaucoup de donneuses aiment savoir si la patiente est tombée enceinte grâce à leur don. Dans certaines cliniques, quelques médecins acceptent de communiquer ce renseignement à la donneuse lorsqu’elle revient pour ses contrôles après avoir eu la ponction.

Laissez un commentaire !

Share This