Sélectionner une page

Le témoignage de Manon, 8 transferts, un matricelab et un bébé

Le désir d’enfant et la PMA

Bonjour à toutes

Pour résumer notre parcours : ensemble depuis 12 ans en 2018 nous nous étions lancés en PMA après plusieurs années d’essai avec mon mari. Ensemble depuis 2006, mariés en 2016, la suite logique se profilait devant nous. Sauf que dès 2015 nous avons essayé d’avoir un enfant mais sans succès. On était jeunes. La gynécologue nous disait de patienter encore un peu. On attend 1 an… Toujours rien.

S’en suit la batterie d’analyses nécessaires (bilans, échographies, hystérosalpingographie, spermogramme, réserve ovarienne et tout le tralala). Tout est OK. On peut penser : »chouette ça s’annonce plutôt bien ». On fait d’abord des inséminations : 4 au total sans succès.

On se lance dans la stimulation en vue d’une ponction et réalisation d’une FIV. Simulation au top : 14 follicules récupérés, 9 fécondés. Le centre de PMA est plutôt confiant. On part du coup si nos premiers transferts d’embryons congelés (TEC dans le jargon). 1,2,3,4,5,6, 7, transferts … Toujours rien. Toujours ces foutus prises de sang négatives, rien ne se passe, rien ne s’accroche et le désespoir commence à s’installer.

Le test Matrice-lab

Le confinement arrive. On fait un break forcé mais qui nous fait du bien (au final de février 2020 à août 2020). Mais entre temps, on nous propose autre chose. La gynécologue de PMA nous dit : ce serait bien de faire un prélèvement matrice-lab. OK mais qu’est-ce que c’est ?

C’est une biopsie de l’endomètre qui nous permettrait de savoir si ma réponse immunitaire est trop ou pas assez importante au niveau utérin. Ce qui pourrait expliquer ces échecs d’implantation.

On part là-dedans. Biopsie réalisée. 3 semaines d’attentes pour les résultats. L’été arrive, on verra quand les résultats seront là.

On reçoit enfin la lettre. Verdict : réponse immunitaire exacerbée de mon côté ce qui empêcherait la nidation de se faire.

Enfin une explication à ces échecs. Tout n’est pas que dans ma tête !!! Je ne suis pas folle.

Suite à ces examens, un traitement précis est prescrit par le centre de PMA et le prochain transfert aura lieu sous traitement. Il nous reste deux embryons….

Le jour fatidique arrive. Transfert réalisé le 31 août 2020. Verdict dans 14 jours.

14 septembre 2020 : aucun signe de grossesse, mais pas de règles. Je pars faire la prise de sang, remplie d’espoir mais échaudée par les échecs successifs. Il est 9h.

12h. Mails reçus du laboratoire : je pense que mon cœur n’a jamais battu aussi vite : j’ouvre le mail, et là, je vois un nombre assez élevé pour un début de grossesse standard. J’ai l’impression de rêver, je suis au boulot. Je pleure, j’appelle mon mari. Et de là tout s’enchaîne….

La grossesse n’a pas été un long fleuve tranquille avec une prééclampsie à 32 semaines, 1 mois d’hospitalisation et un déclenchement à 36 SA mais il est là l’amour de notre vie la plus belle chose qui nous soit arrivé.

Conclusion

Ne perdez jamais espoir, battez-vous, tout n’est pas dans votre tête. Ce n’est pas votre faute, ni la faute de votre conjoint(e). Les épreuves les plus difficiles sont faites pour les plus robustes et c’est un vrai chemin de croix que vous êtes en train de faire. Faites des pauses pensez à vous aller au resto sortez voir des amis. Préservez-vous. Vivez votre vie. C’est très dur quand on a la tête sous l’eau mais ça vous aidera promis.

C’est tellement difficile de se réjouir de l’annonce d’une grossesse quand on désespérée soit même de porter la vie, de sourire alors qu’on n’a qu’une envie c’est d’hurler. Je sais. Mais votre tour arrivera

Vous serez les meilleurs des mamans.

Bon courage à toutes

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This