Sélectionner une page

Le témoignage de Mélanie : 7 ans d’essais, 6 IAC, 7 ponctions, 3 transferts pour deux bébés dont un miracle

Notre désir d’enfant (jeunes)

J’ai toujours voulu un bebe jeune. Quand j’ai rencontré mon mari, nous étions en seconde. Nous sommes sortis ensemble à 16 ans et j’ai arrêté la pilule à 19 ans.

J’ai toujours eu des cycles chaotiques mais ma mère aussi et elle m’avait toujours dit que ce n’était rien. Après 2 ans sans aucune grossesse j’ai donc décidé de consulter.

Malheureusement mon jeune âge n’a pas aidé. Nous avons commencé par 3 cycles de prise de température (pendant environ 5 à 6 mois à cause de mes règles qui ne venaient pas) où il était évident que je n’ovulais pas.

Ensuite, nous avons enchaîné sur 6 mois de stimulations simples. J’espérais tellement ce bébé que je n’osais pas chercher et accepter un travail. A 20 ans j’avais obtenu mon BTS biochimie et je restais à la maison à penser à ce bébé qui n’arrivait pas.

Arrivée à 22 ans, soit 3 ans et demi sans grossesse, on passe un niveau supérieur. Nous commençons les IAC. On s’acharne même si ça ne fonctionne pas. Une, deux, trois, quatre, cinq et enfin six…. Bref c’est épuisant et aucune accroche.

Je décide de trouver du travail. Chose faite et ça fait du bien. Nous sommes mariés depuis 1 an et les questions des proches se font insistantes. J’ai besoin de penser à autres chose.

Direction la PMA et ma 1ère FIV

Le médecin ne veut pas nous faire passer en FIV, nous sommes jeunes mariés depuis 3 ans maintenant et toujours seuls, sans bébés.

Je décide alors de contacter un centre PMA. Le 1er rdv n’est pas top. Après la batterie d’examens, la gynécologue nous annonce que monsieur pourrait tout à fait avoir des enfants mais sûrement avec une autre femme…. Merci pour la délicatesse.
On ne m’a jamais expliqué « mon souci » mais après plusieurs recherches et au vu des centaines d’échographies faites, je sais que je suis SOPK.

J’ai 25 et je commence enfin ma 1ère FIV. Je suis persuadée que l’on va obtenir de beaux embryons. On ne se fait pas d’illusion, ce serait incroyable que ça marche du 1er coup mais sait-on jamais.

Je jongle entre mon travail et le centre qui se trouve à 2 heures de chez moi. Heureusement la stimulation se passe bien et nous avons une bonne récolte d’ovocytes.
J’attends sagement l’appel du centre qui me demande 2 jours plus tard de venir pour le transfert. Je prends ma journée, j’y vais seule mais heureuse d’avancer.

Arrivée dans la salle d’attente je patiente impatiemment ! Le docteur m’appelle je sautille jusqu’à lui. Il me dit de le suivre mais au milieu du couloir il se stoppe, se retourne et m’annonce de but en blanc : « Désolé mais pas de transfert pour vous, les embryons n’ont pas tenu, au revoir »
Me voilà seul au milieu du couloir, retraversant la salle d’attente rapidement pour que personne ne voit que je pleure.

Ma FIV 1 bis

Mon mari et moi, nous ressaisissons et repartons pour la FIV 1 bis mais ICSI cette fois-ci.
En plus le transfert tomberait pour Noël ! Quel beau miracle ça ferait.

La ponction se passe bien, encore une fois, la récolte est bonne. Mais on ne s’emporte pas et attendons sagement l’appel du centre.
Le 24 décembre, nous ne nous couchons pas trop tard, ne faisons pas la fête car le 25, nous partons au centre pour enfin avoir un transfert. Levés à 4h, nous y allons à deux cette fois ci. Un docteur différent nous appelle, la mauvaise nouvelle est annoncée dans le bureau pour changer de la dernière fois.
Nous avons tout de même droit à un petit discours sur le fait que nos embryons sont fragmentés et donc le transfert n’est pas possible. Je sors rapidement du bureau et pars me cacher dans les toilettes du couloir pour pleurer tout ce que je pouvais.

Ma FIV 1ter et FIV 2

On recommence encore. FIV 1 ter, nous avons enfin 2 embryons J2 à me transférer mais pas de qualité optimale… nous tentons mais bien sûr, ça ne fonctionne pas.

On continue ! Je ne me vois pas sans enfants. Impossible !
FIV 2, pas d’embryons à transférer
FIV 2 bis, 2 embryons J2 de qualité moyenne. Malheureusement le test est négatif.

Nous sommes convoqués par la gynécologue pour nous conseiller de faire une pause et de recommencer dans 1an,1 an et demi = fin du 100%. En gros, vous faites baisser nos statistiques, on ne veut plus de vous.

Changement de centre et poursuite des FIV

Nous changeons de centre, à 2 h de chez nous encore.
FIV 3, un J1 de transféré. Nous tentons une nouvelle technique : la FIV IMSI et un transfert plus tôt pour que l’embryon soit dans son milieu naturel.

Résultat : test négatif.

Je n’en peux plus, nous décidons de commencer une procédure d’adoption. Je veux un enfant à tout prix. S’en suivent les rendez-vous avec les assistantes sociales, les psychologues etc.…
Je ne veux même pas tenter la dernière FIV. J’ai fait ce que ma belle-mère avait dit et qui m’avais choquée : « le deuil de l’enfant que je ne porterai jamais ».

Mon mari insiste pour que nous faisions la 4ème FIV et ne pas avoir de regret.
Je lui dois bien ça et en parallèle de l’adoption nous entamons la dernière FIV. La stimulation se passe bien. 9 ovocytes sont ponctionnés mais je n’espère rien du tout et suis tournée vers l’adoption.

 

Pas de transfert mais une surprise de taille

Deux jours après, appel du laboratoire : aucun embryon n’a tenu. Je le savais déjà et ne suis même pas déçue. Seulement, 12 jours après, je ne me sens pas bien, après le travail, je pars à l’hôpital. Résultat mon taux de bêta-HCG est à 70. Je leur dis que c’est impossible. Il n’y a pas eu de transfert.

Je reste 15 jours à l’hôpital. Je suis en hyperstimulation sévère. A ma sortie nous avons le dernier rdv à la Ddidams (Direction départementale des Actions médico-sociales) pour l’adoption ou notre demande est acceptée !

La bêta double bien toutes les 48h mais je ne réalise pas et je ne comprends pas comment ce serait possible ?! Il est vrai que le soir de la ponction, nous avions eu un rapport mais plus rien depuis. C’était impossible.

Ponction et rapport le 27 août 2012. Lena est née le 26 mai 2013 à terme, le jour de la fête des mères et 3 jours avant le mien.

Un vrai miracle. Apres 7 ans et demi d’essai,6 IAC, 7 ponctions, et 3 transferts. Elle était enfin là. Il m’a fallait beaucoup de temps pour m’en rendre compte et complètement réaliser que j’avais enfin mon bébé.

 

Notre deuxième bébé : retour aux FIV

Bb2 fut très difficile à avoir aussi. J’avais le secret espoir que cela prenne rapidement après la 1ère mais nous n’avions pas autant de chance que ça.

Quand Lena a eu 3 ans, nous sommes donc répartis en PMA.

FIV 1 ICSI : 2j3 de transférés et 1J5 CONGELÉ !
C’était trop beau surtout que 12 jours après test positif mais saignements et progestérone plutôt basse… Le jour de l’écho de datation, la fausse couche est évidente. Je suis triste mais n’abandonne pas. Lena veut absolument un petit frère ou une petite sœur et même si je n’y arrive pas je pourrais lui dire que j’ai tout essayé pour le lui donner.

Transfert de notre J5 mais négatif. On recommence la stimulation.

FIV 2 : Pas d’embryon
FIV 2 bis : 1 embryon J5 de transféré mais négatif

FIV 3 : 2 embryons J3 transférés et 2 autres laissés à maturation. Test positif.  Je suis enceinte. Mais à 1 mois et demi :  hospitalisation pour hyperstimulation sévère. J’avais un kyste hémorragique de 15 cm. Je souffre bien plus que pour la 1ère hyperstimulation. Je n’ai jamais eu aussi mal. Trois semaines d’hospitalisation. La suite de la grossesse se passe super bien.

Nelia a 6 mois aujourd’hui.  Apres 5 ans d’essai, 4 ponctions, 3 transferts frais et 1 transfert congelé.

Elles sont juste magnifiques.

Les miracles existent les filles en sont là preuves.

Courage à toutes

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This