Sélectionner une page

Le témoignage de Cynthia, 1 FIV classique, 1 FIV ICSI et une petite fille

Notre situation au commencement (Mars 2018)

Voici un résumé de ma situation et de mon traitement FIV, j’ai 35 ans (mon homme 46) et nous sommes en essais bébé depuis plus de 2 ans, nous avons donc consulté et découvert que je suis atteinte d’endométriose (1 kyste à l’ovaire gauche et 2 nodules avec adhérences au niveau de la vessie et du rectum), il y a également de l’adénomyose (endométriose interne à l’utérus) grosse surprise pour moi car je suis totalement asymptomatique, aucune douleur.

Du côté de mon homme spermogramme ok. Sinon mon bilan hormonal est ok, une prolactine un tout petit peu élevée mais rien d’inquiétant.
Notre spécialiste de la fertilité nous oriente directement vers la FIV, selon lui, pas la peine de perdre du temps avec des inséminations à mon âge (à l’entendre parler on aurait dit que j’avais 45 ans, bref), nous l’écoutons et décidons de tenter l’aventure.

La 1ère FIV classique

Mon traitement : 2 mois de pilule contraceptive pour « mettre mes ovaires au repos », spray nasal Synarel pour éviter une ovulation spontanée et stimulation de 11 jours avec piqures de 300 UI de Merional (je crois que ça s’appelle Menopur en France, je précise que nous habitons et sommes suivis en Suisse).

La ponction sous anesthésie générale (à cause de l’endométriose) se passe très bien, pratiquement aucune douleur au réveil, et juste un mini saignement de rien du tout.

La gynécologue et la biologiste nous annoncent que « bonne nouvelle » la ponction s’est super bien passée et que nous avons 10 ovocytes, du côté du sperme tout est ok, bonne mobilité etc.

Ma gynécologue me dit tout de suite qu’avec un tel nombre d’ovocytes nous allons pouvoir planifier un transfert d’un blastocyste à J5.
Bref nous sortons de l’hôpital tout contents et hyper positifs.

Le lendemain matin grosse déception, la biologiste nous appelle et nous dit qu’elle a une mauvaise nouvelle. Sur les 10 ovocytes ponctionnés aucun n’a été fécondé, que c’était très rare, qu’elle ne comprenait pas car la qualité du sperme est bonne et que c’est pour cela qu’ils avaient procédé à une FIV « normale » et non pas ICSI.

Elle penche plutôt pour un souci au niveau des ovocytes même s’ils sont d’apparence tout à fait normale.

Je suis très triste et déçue, heureusement que mon homme est là pour me remonter le moral, me dire qu’on retentera notre chance (sûrement avec ICSI) mais je pense que je vais avoir du mal à être positive la prochaine fois.

J’avais tellement l’impression d’avoir tout fait pour que cela marche, j’avais arrêté de fumer plusieurs mois auparavant, fait du sport, pris toutes les vitamines qu’il faut, de l’acide folique, bu du jus d’ananas, arrêté le café, fait de l’acupuncture, de la méditation (oui oui j’ai passé ma vie à taper sur google « que faire pour augmenter les chances de réussite d’une FIV »).

2ème FIV : La FIV ICSI

Après avoir laissé mon corps se remettre un petit peu, nous avons fait une FIV ICSI au mois de mai 2018.

La ponction a très bien fonctionné puisque nous avons obtenu 19 ovocytes, dont 17 ont été fécondés, quelle joie à l’annonce de ce résultat puisque nous n’avions eu aucune fécondation lors de la première ponction.

Après 5 jours il nous reste 6 blastocystes de bonne qualité et notre gynécologue et nous-mêmes sommes ravis. Comme la gynécologue craint une hyperstimulation elle décide de ne pas faire de transfert tout de suite et nous congelons tous les blastocystes.

Je ne suis pas enchantée par cette décision car une fois de plus cela repousse mon rêve, mais elle m’explique qu’une grossesse après une hyperstimulation peut être risquée.

Nous décidons donc d’attendre sagement jusqu’au mois de juillet 2018, date fixée par la gynéco pour que nous puissions faire le transfert d’embryon.

Entretemps nous avions réservé un voyage au Japon, pour le mois de juillet, on s’était dit que c’était le moment ou jamais de faire ce grand voyage avant de devenir parents… sans toutefois trop oser y croire.

Je n’arrivais jamais à me dire que ça allait marcher, qu’il devait y avoir un truc qui clochait et que pour nous ça ne fonctionnerait jamais.

16.07.2018 Jour du transfert, tout va bien, je suis heureuse, ce jour tant attendu arrive enfin. Avec mon mari nous sommes un peu surpris par la simplicité de ce transfert. Je suis juste installée sur une chaise gynécologique, on me fait une échographie en même temps et la gynécologue insère le cathéter, ça prend 30 secondes, elle me montre ou elle le place et je vois vaguement un micro point blanc.

Puis, elle retire le cathéter et me dit en rigolant que la biologiste va rapidement contrôler au microscope que l’embryon soit bien sorti du cathéter et qu’il n’ait pas été « réaspiré », ce qui peut arriver « rarement » selon elle.

Et BIM il fallait que cela nous arrive ! La biologiste hurle STOP il est encore dans le cathéter. Je suis catastrophée je me dis qu’il a pu être « abimé » par cette manipulation, c’est que j’y tiens comme à la prunelle de mes yeux à ce petit tas de cellules.

La gynécologue me rassure et recommence la procédure, la 2ème fois est la bonne et l’embryon se place au bon endroit.

 

Le test de grossesse

Elle me dit de revenir 10 jours plus tard pour faire la prise de sang et voir si je suis bien enceinte, je lui dis que nous ne serons pas là puisque nous partons au Japon quelques jours plus tard, elle me regarde avec de gros yeux. J’ai un peu mauvaise conscience mais je me dis que si ça doit marcher, ça marchera et que ces vacances nous ferons le plus grand bien.

J’attends sagement 13 jours pour faire un test de grossesse, il aurait fallu que j’attende 14 jours mais le 29.07 est le jour de mon anniversaire alors je me dis que si c’était positif ça serait le plus beau des cadeaux.

Et effectivement nous avons eu la magnifique surprise de découvrir 2 barres après avoir fait ce test dans la chambre de notre hôtel à Kyoto. Je n’y croyais pas, j’ai même racheté un test avec une notice entièrement en japonais mais qui affichait lui aussi 2 barres qui ne laissaient plus de doute.

Nous avons continué de profiter de nos vacances avec un sourire aux lèvres qui ne nous quittait plus.

La grossesse

J’ai vécu une très belle grossesse, sans soucis particulier, ma petite fille a juste décidé de pointer le bout de son nez avec 1 mois d’avance début mars 2019, elle se portait très bien et est aujourd’hui une adorable petite chipie de bientôt 2 ans.

Je veux dire à toutes celles pour qui cela ne fonctionne pas qu’il faut garder espoir, particulièrement à toutes celles qui sont atteintes d’endométriose et pour qui le parcours peut être encore plus difficile.

Nous ne saurons jamais pourquoi il n’y a eu aucune fécondation lors de notre 1ère tentative de FIV « classique » et finalement peu importe. Le fait d’avoir changé de méthode et d’être passés par une FIV ICSI a finalement donné un résultat au-delà de toutes nos espérances. Nous avons encore 5 blastocystes congelés et nous nous lancerons peut-être bientôt dans une nouvelle aventure.

 

Retrouvez 25 témoignages inédits sur notre livre  » FIV : 25 témoignages qui redonnent espoir »

Cliquez sur l’image pour y accéder :

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This