Sélectionner une page

Le témoignage de Carine : enceinte après une opération de son endométriose et une FIV

Notre désir d’enfant et nos essais bébé

Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours voulu avoir des enfants mais la vie fait qu’on ne trouve pas forcément la bonne personne au bon moment et surtout ma maladie ne m’a pas du tout aidé.

Je suis atteinte d’endométriose (stade IV) et d’adénomyose depuis l’âge de mes 18-19 ans, du moins c’est la période où j’ai été diagnostiquée (j’ai maintenant 29 ans).

A l’âge de 24 ans, mon médecin me dit qu’il ne faudrait pas tarder à faire un enfant car je pourrais avoir du mal à en faire plus tard mais le compagnon que j’avais à l’époque n’était pas prêt et m’a quitté.

Et il y a 4 ans de ça, je rencontre un homme, qui est mon mari actuellement, je lui parle de ma maladie dès le début de notre relation et les problèmes de fertilité qui peuvent suivre et à ma surprise il me dit d’arrêter la pilule et d’essayer à avoir un enfant ensemble.

Mon opération de l’endométriose

Une année est passée sans qu’un bébé pointe le bout de son nez et l’endométriose gagnait du terrain, je souffrais de plus en plus, jusqu’à devoir prendre de la morphine aux urgences pour me calmer.

Le verdict du médecin est tombé, l’opération est inévitable.
Nous prévoyons donc une panoplie d’examens et la date d’opération, il m’explique les risques, notamment ma copine la stomie que j’ai bien eu durant 2 mois, une trompe en moins et me laissera 1 ans d’ essais naturels après.

En janvier 2018 a lieu mon opération, pose de la stomie et d’une sonde urinaire ( on m’enlèvera celle-ci au bout d’une semaine ).
Je rentre chez moi en HAD ( hospitalisation à domicile) mais revins quelques jours plus tard pour complications post opératoire à 3 reprises.
En Avril, on me retire ma stomie et on me dit d’attendre 3-4 semaines avant de recommencer les essais.

Nous allons en PMA

Les mois passèrent et toujours rien … au bout de 10 mois les douleurs commençaient à revenir petit à petit donc le médecin décida de m’envoyer en PMA.

En janvier 2019, rdv avec le médecin de la PMA pour nous expliquer que nous passerons par la FIV et que nous devons faire un tas d’examens et nous débuterons le protocole en avril.
Les piqûres se passent, je me les fais moi-même (moins contraignant surtout si on doit sortir) et vient le jour de la ponction. Tout se passe à merveille et le médecin me dit que le biologiste m’appellera pour savoir quand on fera le transfert.

Trois jours post ponction, j’avais toujours des douleurs dans le ventre, ça venait par pics de douleurs et mon ventre était très gonflé. Je me décide d’aller à mon centre de PMA et de demander si c’était normal et là le médecin me dit que je suis en train de faire une hyper stimulation ovarienne et qu’on doit repousser le transfert frais.

On me congèlera 4 beaux embryons (2 J5 et 2 J6) et on me fera un transfert (TEC) en juillet qui se révélera négatif.

En septembre, vint mon mariage donc nous avons attendu pour mon deuxième transfert et décidons de le faire le 10 Octobre 2019.

 

Je suis enceinte

Au bout de 8 jours, je me décide de faire un test d’urine qui se révèlera à ma plus grande joie positif, confirmation à la prise de sang au bout de 10jours.
A ce deuxième transfert, j’avais décidé de faire tout l’inverse de ce que j’avais fait à mon premier transfert. Mon premier TEC, j’avais repris le travail normalement, attendu la prise de sang pour les résultats et je ne me mettais pas en situation de grossesse alors qu’à mon 2ème tec je m’étais mise en arrêt, je parlais à mon ventre et test d’urine.

Aujourd’hui je suis enceinte de 28 SA +1 et je suis une des plus heureuses des futures mamans. Mon bébé est prévu pour bientôt et tout se passe à merveille.
Je ne remercierai jamais assez la médecine mais surtout mon centre de PMA pour m’avoir permis de vivre cette grossesse que je croyais impossible. Merci la FIV.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This