Sélectionner une page

Les témoignages d’Adeline et Delphine : une petite fille après leur FIV

Témoignage Adeline :  une petite fille à la 1ère FIV

Je m’appelle Adeline, j’ai 34ans.

Avec mon conjoint, j’ai fait le choix d’attendre 4 ans avant de nous lancer dans un projet bébé. C’était mon choix car lui était prêt à devenir papa. Pas moi. Je savais qu’il y avait un cheminement à faire pour que je sois prête.

30 ans arrivent, je me décide à passer le cap. J’arrête la pilule. 6mois : pas de cycle. Examen : problème de thyroïde. On me donne le fameux levothyrox mais je comprends qu’il faut attendre que ma TSH baisse car ça ne serait pas recommandé d’être enceinte avec ce taux.

6mois plus tard : ma gynécologue accepte de me donner un traitement pour favoriser mon ovulation.

Février 2017 : première tentative d’insémination. On me demande de faire des échos de contrôle. Ok. Je me présente sans aucune appréhension…mais ce jour j’ai découvert les échographies endovaginales. L’échographiste fait son travail sans ménagement. Je suis choquée. Et malheureusement je ne savais pas qu’il faudrait que je m’habitue à ce genre d’examens.

Le verdict tombe à la veille de la St valentin : mon corps a bien réagi mais c’est trop risqué de tenter car il y a plusieurs ovocytes. Le choc. Mon conjoint était en colère et dans l’incompréhension : on me donne un médicament pour augmenter mes chances d’ovuler…pour en fait me dire « ah non c’est trop risqué il y a 3 ovocytes » !

Juin 2017 : Direction la PMA et 1er rdv en septembre 2017. Nous tombons sur le pire médecin de mon centre à tours. La médecin est réputée pour sa froideur mais quelques mois plus tard la psy aura le toupet de me dire : »mais elle a des années d’expérience »…sous entendant c’est une bonne médecin.

Nous nous lançons vers une FIV ICSI dès le départ. En effet : AmH a 0,8 pour moi et mon conjoint a des spermatozoïdes un peu lents.

Je repars avec un protocole et très peu de réponses à mes questions. Tout le long de la surveillance : le personnel est froid. J’en viens à me dire : « mais est-ce que c’est pour se protéger ? « .

Ponction : 7 ovules dont 6 fécondés.

2jours après : plus que 3. Je fonds en larmes. Nos chances me semblent tellement minimes.

Ce sont les biologistes qui ont été les plus humains en m’expliquant les choses, en me rassurant, en répondant à mes questions.

J5 : 2 beaux embryons.

Il est décidé de me transférer un.

Le jour de ce transfert a été magique. On y croyait fort.

S’en est suivi de grosses douleurs. J’ai eu une hyperstimulation. Plusieurs rdvs aux urgences à pleurer en attendant mon tour pour être surs que le petit embryon était toujours bien accroché. Une semaine de l’horreur. Pour apprendre que notre petit embryon était bien installé.

J’ai eu une grossesse très agréable. Encore aujourd’hui je ne crois pas qu »il se passe un jour sans que je mesure la chance que nous avons. Notre petite fille formidable : souriante, agréable…c’est un vrai rayon de soleil et réellement elle nous met du baume au cœur chaque jour.

Voilà notre parcours. Je sais que nous avons eu beaucoup de chance que ça marche du 1er coup.

Témoignage Delphine : 4 IAC, 3 FIV, 2 petites filles

En 2015, je rencontre mon mari, nous avons 32 et 35 ans et tout va très vite.

Dès 2016, nous essayons d’avoir un enfant et nous pensons comme tout le monde que cela va être une formalité. D’ailleurs dès le 1er mois d’essai, grossesse biochimique, donc nous nous disons que dans 1 an nous serons parents…en réalité cela prendra 4 ans…

En 2017, nous nous marions et découvrons en même temps le monde de la PMA. Notre gynécologue est très confiant au vu de nos examens, cela va être une formalité.

Nous faisons 4 IAC, toute négative.

En juin 2018, nous faisons notre 1ère FIV, sur 13 ovocytes, 8 sont fécondés mais zéro J5…1ère claque…car personne ne nous avait prévenus qu’on pouvait avoir zéro J5 ; le gynécologue et la biologiste pensaient qu’on aurait au minimum 4 J5…

En septembre 2018, nous repartons pour un deuxième essai FIV avec un autre traitement, 11 ovocytes, 7 fécondés et zéro J3…et là c’est une énorme claque…mon gynécologue me parle de don d’ovocytes.

J’étais au fond du trou…je n’y croyais plus…j’étais perdue… j’avais même proposé à mon mari de divorcer. Je culpabilisais de ne pas tomber enceinte, je cherchais en permanence sur internet des solutions/ traitements qui pourraient fonctionner.

Et le miracle a eu lieu. Ce qui a marché pour nous c’est le changement de gynécologue tout en restant dans le même centre.

En janvier 2019, nouvelle tentative de FIV avec un nouveau traitement et là miracle 2 J5. Même si le transfert n’a pas fonctionné, enfin nous avions fait un transfert.

Avril 2019, nous repartons en FIV avec le même protocole que nous poussons volontairement en hyperstimulation, nous avons 3 J5 et 1 J3.

Puis en juin 2019, c’est le transfert et neuf mois plus tard, notre princesse est née… enfin.

Puis notre âge avançant, nous nous disons avec mon mari que s’il a y un second enfant cela sera en 2021 avec un TEC de la FIV précédente, nous ne repasserons pas par une nouvelle FIV car nous trouvons que c’est trop lourd et nous sommes déjà très chanceux d’avoir notre fille.

En mars 2021, je suis à nouveau enceinte sur notre 1er TEC…et en décembre 2021 nous accueillons une nouvelle petite fille dans notre famille. Nous ne pouvons pas être plus heureux.

Avant la PMA, je ne comprenais pas les couples qui divorçaient car ils n’arrivaient pas avoir d’enfant.

Maintenant que nous avons surmonté cette épreuve, je ne retiens que le positif. Je vois mon mari d’une autre façon, il a été un véritable soutien, il m’a montré qu’il serait toujours là même quand je lui ai montré le pire en moi.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This