Choix de page

Le témoignage de Claudia : 4 FIV, une rupture et un bébé

Au début

Tout a commencé comme dans un conte de fée. C’était lui, mon évidence, celui qui serait mon mari, le père de mes enfants et une fin digne des Disney, « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ».

Les examens

J’avais des antécédents de nodules recto vaginale, donc une implantation d’endométriose. Du coup on a pu vite faire des examens pour savoir si nous aurions des difficultés.

Le coup de massue est venu le jour du fameux test de Hühner. Pas glam cet examen en y réfléchissant mais qui a montré peu de spermatozoïdes et tous morts.

Les examens se sont donc enchainés ne montrant aucun problème de mon côté. Un souvenir de l’hystérosalpingographie :  ce fut la première fois que j’ai dit une injure à un médecin lors de l’examen.  Mais le verdict tomba : OATS chez monsieur.

Début de parcours en PMA

Nous avons alors été dirigés vers des inséminations qui n’ont donné aucun résultat mais au bout de la 3ème insémination le biologiste nous oriente sur les FIV, qui s’avère nécessaire dans notre cas.Pleins d’espoir nous entamons donc des traitements que nous savons beaucoup plus longs.

Notre amour était grand, nous étions ensemble soudés face à ce combat.

C’est difficile pour un homme de pouvoir se confier autour de lui et je pense que la communication est importante pour la personne et pour le couple.

Nous voici donc à la 1ère fiv et la fiv bis car ding dong ce n’est pas magique un ovocyte un spermatozoïde puis le bébé est là, et bien non ! Les larmes, l’incompréhension se sont invités dans notre foyer : 0 embryon à l’issue de ces FIV !

Le parcours se complique

De nouveaux tests encore plus pointus sont prescrits à Monsieur : Fragmentation de l’ADN décondensation de la chromatine. Conséquence : direction la FIV IMSI, et en ce qui me concerne, il s’avère que mes ovocytes ne sont pas de super qualité.

Nous allons consulter à Paris. On congèle des paillettes car il y a un syndrome obstructif et plus le temps passe moins il y a de spermatozoïdes.

Je vois dans ses yeux une ombre, celle d’un homme déchiré car c’est son souhait le plus cher et je sais qu’on ferait de magnifiques parents et qu’on ne méritait pas ça. Personne ne mérite ces périples, ce combat pour donner la vie qui est si simple en soit…faire l’amour dans la bonne période et boum enceinte.

FIV1 ter et miracle, pleins d’ovocytes, des embryons et à J3, transfert de 2 embryons. Pas d’autres de congelés car la qualité est moyenne. On couve, il est aux petits soins, nous parlons à bibiou. Nous rêvons et qu’est-ce que j’ai aimé ces quelques jours. Pour beaucoup ce ne sont que des cellules mais pour nous c’était nos bébés…. Malheureusement la prise de sang est négative, je ne suis pas enceinte, ils n’ont pas évolué ou pas tenu.

Et la tristesse envahit notre quotidien

On pleure, on s’est toujours dits on peut pleurer mais pas plus d’une journée.

Nous commençons à avoir des rituels… triste quand il y a les mauvaises nouvelles, s’allonger se prendre dans les bras, se faire un resto le soir et on est repartis.

Les piqûres…il y a eu tellement de protocoles de fiv 2 puis bis, il me les faisait car c’était sa participation et j’aimais ce partage.

Les jours de ponction, la petite boulangerie au coin de la rue du centre Cherest, il prenait du sucré, du salé. On se mettait bien, tant qu’à faire autant joindre l’utile à l’agréable.

Chaque couple vit ces expériences différemment mais nous on faisait de ces petits moments, de bons moments et de bons souvenirs car si j’y pense et si je pense à lui c’est avec le sourire sur les lèvres.

La dernière FIV

Nous voilà à la dernière FIV, je sens qu’il est à bout, la dépression est venue toquer à notre porte et je peux comprendre que ça le mine que c’est dur, il se sent coupable mais comme je lui disais toujours, je ne t’ai pas épousé pour tes spermatozoïdes.

La der, on a espéré jusqu’ au dernier jour, test du blastocyste, le seul et unique a duré 6jours, le jour où nous étions sensés te rencontrer tu as fini ta fragmentation.  L’épée de Damoclès est tombée et les annonces des grossesses autour de nous se sont multipliées.

Je pense à moi

Je décide de me recentrer sur moi, sur nous. J’avais entendu parler d’une cure thermale a Salie de Bearn. 3 mois plus tard j’y suis et ça me fait un bien fou, que ce soit aussi bien psychologiquement que physiquement. Je me sens ressourcée mais il ne me rejoint pas lors de ces 3 semaines.

Je reviens encore plus déterminée avec des plantes, des choses plus naturelles à tester et peut être aller en République Tchèque, là où les FIV sont encore plus poussées. Il refusera toujours le don ou l’adoption.

La rupture

Un jour il voudra discuter un soir, il s’est perdu, il s’est posé longtemps des questions mais le fil de notre amour s’est cassé. Ce combat a cassé sa lumière, notre lumière. Je le voyais, je me voilais la face mais je savais au fond de moi que cette fin se dessinait.

Il avait besoin de temps pour savoir s’il pouvait accepter le don ou l’adoption. Non et l’amour a fait place à de l’affection.

Nos chemins se sont séparés même si ce genre de séparation fait beaucoup de dégâts et je me demanderai toujours si une part de lui a fait en sorte que je refasse ma vie et me laisse une chance d’avoir un bébé. Il restera celui qui était l’élu mais le destin en a décidé autrement.

Une nouvelle histoire et un bébé

J’ai refait ma vie, un homme adorable et qui m’a acceptée avec mon passé pas évident à vivre tous les jours, et j’ai maintenant un fils de 13 mois qui est arrivé quelque mois après l’arrêt de la pilule. Un émerveillement, j’ai tremblé et je n’ai pas pu aller travailler le jour du test. J’ai rêvé que j’avais la nausée et en me réveillant je l’avais dans la réalité.

J’ai vécu 9 mois avec un peu de stress car pour moi c’était le miracle tant attendu et ce que j’ai idéalisé pendant toutes ces années beh je le vis et je remercie Dieu de m’avoir offert ce cadeau de la vie.

Il y a cette différence de vécu, ces idéalisations que j’ai pu avoir pendant 5 ans qui sont perçus différent avec l’homme qui partage ma vie.

Justement la vie se conçoit de différente manière, se vit différemment et nous composons au fur et à mesure de la vie.

Conclusion

En conclusion de mon témoignage pour les futurs fivettes et celles en cours qui ont besoins d’y croire :  -Gardez en tête que chaque couple, chaque histoire est différente.

-Laissez-vous du temps dans ces épreuves car on a tendance à courir après le temps, ne pas vouloir lâcher prise.

-Vivez car malgré que la vie soit difficile à donner elle mérite d’être vécue à son maximum et le jour tant attendu lorsqu’ il viendra…la vie aura un autre goût et le temps différent.

Claudia

Laissez un commentaire !

Share This