Choix de page

Témoignage PMA : 4 ans pour avoir une petite fille

Début des tentatives

Nous décidons en juin 2014 avec mon conjoint d’essayer d’avoir un bébé. On y pensait depuis 2013. J’avais été voir un gynécologue pour en parler, j’ai fait les examens, tout allait bien. Il me dit revenez si au bout de 2 ans, il n’y a rien. Nous sommes jeunes en 2013 (25 ans et 29 ans), c’est pour cela les 2 ans d’essai.

Notre médecin traitant me dit au bout d’un an, il ne faut pas attendre, il me prescrit les examens pour les deux membres du couple (bilan hormonal, spermogramme…).

Premiers examens et orientation vers la PMA

En juin 2015, nous faisons les examens. Au retour de nos vacances en Pays de la Loire, le verdict tombe pour mon conjoint, tératospermie (10 % de spermatozoïdes typiques). Le médecin nous dirige alors vers la PMA. En septembre 2015, nous avons nos 1ers rendez-vous, échographie début de cycle pour moi et la gynécologue m’annonce le 1er octobre 2015 qu’il y a un problème chez moi. Elle ne sait pas ce que c’est, je retourne à l’échographie milieu de cycle, elle a trouvé mon problème, l’hymen est trop épais, ce n’est donc pas possible d’avoir un enfant naturellement pour l’instant. Par chance, une opération est possible, une hymenectomie faite le 28 avril 2016. En mai 2016, rdv post opératoire, tout va bien.

Mon conjoint avait fait un nouveau spermogramme en novembre 2015 et sa tératospermie s’est améliorée (14 % de spermatozoïdes typiques) dans le laboratoire de la PMA plus sévère. On nous dit donc qu’il n’y a plus aucun souci et d’essayer naturellement 6 mois puis de revenir. Le gynécologue m’avait dit que je devrais consulter un psychologue car les femmes qui ont ce souci se sentent coupables de cette malformation. Je vais donc en septembre 2016, voir une psychologue car cela n’allait pas dans ma tête. Celle-ci me dit de demander à mon médecin de me prescrire des séances de rééducation du périnée avec une sage-femme. Ce que je suis.

Stimulation ovarienne

Puis en janvier 2017, nous y retournons. On nous dit qu’il faut également qu’on consulte un sexologue et de continuer encore les essais naturellement pendant un an puisqu’il n’y a plus de souci. Nous sommes en infertilité inexpliquée.  On consulte donc une sage-femme sexologue en mars 2017.

On continue nos essais, puis nous prenons rdv en septembre 2017 car la prise en charge des 2 ans se termine. Nous refaisons nos examens qui ne sont plus valables. J’aurais éventuellement une phase lutéale courte, donc duphaston pendant 2 cycles puis stimulations simples avec Clomid sur 3 cycles avec des contrôles échographie et prise de sang de novembre 2017 à janvier 2018. Je réagis bien, 1 follicule le 1er cycle, 2 le 2ème cycle et 3 follicules le 3ème cycle. On nous dit risque de triplés au dernier cycle, on nous dit vous faites ce que vous voulez tenter ou non. On hésite, on tente et rien.

Première insémination

Mon conjoint me dit s’il te demande un autre cycle, tu demandes les inséminations, ce que la gynécologue avait préconisé. On me dit on retente un 4ème cycle, je parle donc des inséminations, les internes demandent à la gynécologue et accord pour insémination.

Repos de mon corps en février 2018, le temps d’avoir les rdv PMA pour que la gynécologue nous explique le protocole et avec le biologiste également et pour faire aussi les examens avant de passer aux inséminations (spermoculture pour monsieur et hystérosalpingographie pour moi). L’accord pour les inséminations est donné le 15 mars. Notre 1ère insémination se fait sur le cycle de mars (je suis sous Gonal pour stimuler, dose de 37.5 ui), la gynécologue me dit de commencer à j6 même si l’hystérosalpingographie est faite le lendemain. Ce sont des piqures à faire tous les jours. Contrôle échographie et prise de sang pour voir les follicules. Tout va bien pour moi au niveau des trompes et de l’utérus donc toujours pas de cause. 2 follicules et ovulation spontanée le 27 mars, déclenchement avec ovitrelle à faire tout de suite dès que je peux. La pma me dit cela le midi et je n’ai pas le produit avec moi. Je l’ai fait que le soir et toute seule car les infirmiers n’étaient pas disponibles et sûrement mal. Insémination le 28 mars. Puis duphaston pendant la phase lutéale. Prise de sang 14 jours après, négatif puis un nouveau cycle commence le 13 avril.

Deuxième insémination

J’appelle, contrôle le 14 avril pour vérifier s’il n’y a pas de kystes aux ovaires et retenter une nouvelle tentative. Je commence le même protocole et la même dose de gonal à j4 du cycle avec un contrôle échographie et prise de sang à j9 pour éviter ovulation spontanée. J’ai plein de petits follicules et des contrôles tous les 2 jours car aucun ne grossit. Le dernier contrôle à j13 du cycle, les internes m’envoient avec ma gynécologue référente et là follicule de 18 mm. Elle me dit déclenchement ce soir et insémination sûrement vendredi. Nous sommes le 25 avril. Le midi, on me dit de déclencher avec ovitrelle à 20h et insémination le 27 avril 2018. On me propose de l’acupuncture pour me détendre. Je me dis que cela ne peut pas faire de mal. Je ne croyais pas du tout à ce cycle. Je parle à mon conjoint de la 3ème puis après les FIV. Il me dit de ne pas penser à après. Une amie a accouchée le soir. Je ne croyais pas du tout à ce cycle. Le lendemain, je lui dis tu m’as bien dit qu’elle a accouchée car j’étais à moitié endormie quand il me l’a dit. Le lendemain, je lui dis ça va peut-être nous porter chance. Il y a beaucoup de jours fériés en mai donc repos. Le 30 avril, on va voir cette amie et son bébé, d’habitude j’étais malheureuse de ne pas y arriver même si j’étais heureuse pour les parents. Ce jour-là, cela ne m’a rien fait. Duphaston pendant la phase lutéale et à continuer si grossesse et prise de sang à faire le 12 mai. Pendant la phase lutéale, mon conjoint me dit tu as un bébé dans le ventre, je lui dis que je ne peux pas savoir avant la prise de sang avec les effets secondaires de la progestérone. Prise de sang le 12 mai et c’est positif mais je n’y croyais pas malgré que j’avais un doute car le 10 mai j’étais fatiguée à 17 h alors que j’avais été en repos la semaine. Le 11 mai, j’avais un symptôme bizarre (des remontées). C’est le 12 mai que j’ai pris conscience que c’était des signes. Le taux était de 232 ui. J’ai montré à mon conjoint pour voir si je n’hallucinais pas et je m’énervais car je n’arrivais pas à aller sur mes résultats au départ. J’appelle la pma le 14 mai, on me dit recontrôle le 16 mai, la grossesse évolue bien puisque le taux a triplé 1698 ui. Je rappelle la pma et on me dit vous êtes bien enceinte. Dur d’y croire, de penser que tout va bien se passer après tant d’attente.

La grossesse

Elle me dit d’arrêter le duphaston le lendemain et de prendre un rdv pour l’échographie 1 mois après insémination pour vérifier l’implantation de l’embryon et l’évolution. Le 29 mai, embryon bien placé et activité cardiaque (5mm). Un contrôle 2 semaines après doit être fait, comme nous habitons loin de la pma et que j’avais pris un rdv le 11 juin avec un gynécologue. C’est bon. Le 11 juin, la grossesse évolue bien, j’entends le coeur du bébé, cest émouvant.  Les 2 premiers mois ont été très fatigants, le le temps que bébé s’accroche. Tous les rdv sont pris jusqu’à la fin de la grossesse. Le 6 juillet, la 1ère échographie, tout va bien, un bébé de 52 mm et un battement cardiaque de 169 battements par minute. C’est le jour de nos 8 ans. Ce bébé est prévu pour le 27 janvier 2019. Nous partons en vacances serein et nous reposons. Le 25 août, j’ai des mini échographies, tous les mois, le gynécologue me demande si je veux savoir le sexe, c’est une petite fille. Ce sera confirmée à la 2ème échographie le 17 septembre, toujours une petite fille qui va bien, 464 g pour 23 cm pile dans la moyenne des courbes. Le 1er octobre, visite du 6ème mois mais je suis anémiée donc traitement tardyferon + acide folique. Le 29 octobre, visite du 7ème mois, avec les mini échographies, elle est estimée à 1kg-1kg 200. L’acide folique plus la peine. Tardyferon je passe à 1 comprimé au lieu de 2 et j’ai un complément en vitamine b12 dû à une carence. Prise de sang à faire et vérification le 16 novembre à la 3ème échographie. On attend maintenant avec impatience cette petite fille. Le dernier trimestre va être long !

1 Commentaire

  1. Sara

    Je suis contente pour vous car moi je suis dans le même parcours,de 2014 jusqu’à 2016 pas de bb,décembre 2016 première insémination négative,ensuite la 2eme,la 3eme etla 4eme idem negative,je suis passé à la fiv icsi ponction de 10 ovules,sur les 10il reste 7 premier transfert de 2 embryons résultat négatif,le deuxième transfert 2 embryons résultats négatifs et aujourd’hui transfert des 2 embryons qui me reste je dois attendre encore 12 jours pour la prise de sang,c’est trio dure j’espère que ça marchera pour cette fois ci.

    Réponse

Laissez un commentaire !

Share This