Sélectionner une page

Le témoignage de Claire : 5 FIV et une petite fille

Le désir d’enfant

Moi c’est Claire.

En 2014 avec mon compagnon, nous décidons de tenter d’avoir un enfant : je me doutais qu’on risquait d’avoir des difficultés vu que monsieur a été opéré étant petit d’une cryptorchidie droite (testicule non descendu) et que ça n’avait pas fonctionné.

La consultation avec ma gynécologue

Au bout de 6 mois je décide d’aller voir ma gynécologue : heureusement pour nous, elle avait travaillé auparavant en PMA.

Elle nous fait faire tous les examens : de mon côté tout va bien, par contre du côté de mon compagnon, c’est la douche froide, il fait de l’azoospermie (2 spermogrammes à 0 spermatozoïdes).

Direction la PMA

Elle nous envoie directement en centre PMA à 90km de chez nous.

1er rdv PMA en juin 2015 : Monsieur est invité à faire une écho urogénitale et rencontrer l’andrologue. On voit donc ce spécialiste : il nous explique qu’il peut tenter de faire une biopsie testiculaire pour récupérer les spermatozoïdes directement à la source.

Avant ça il faut faire le caryotype pour estimer les chances de réussite : il nous prévient dès le départ que si tout est normal on fera la biopsie, mais si ce n’est pas le cas il faudra se tourner vers le don de sperme ou adoption.

Heureusement pour nous, le caryotype revient normal : biopsie testiculaire réalisée en octobre 2015. 8 paillettes prélevées hourra ! On se dit que ça y est, c’est parti on sera parents rapidement…

Les FIV

FIV 1 : Arrive décembre 2015 on me fait un protocole long : je réagis bien et la ponction se fait. Malheureusement à j2 6 embryons mais 4 éliminés car fragmentés et les 2 autres en retard. A j5 aucun embryon transférable. La douche froide… La seule chose qui nous console c’est que la tentative n’est pas comptabilisée.

FIV 1bis : Au rdv d’échec, ma gynécologue décide de me passer en protocole court et double déclenchement : on part sur fiv icsi 1bis en mars 2016. Un j2 moyen transféré : sans surprise c’est négatif.

FIV 2 : Aller on repart sur fiv icsi 2 : on change de produit de stimulation. 2j2 très beaux transférés : et encore négatif…

FIV 3 : Donc on se remet à nouveau en selle pour fiv icsi 3 : cette fois-ci gygy me fait faire une hystéroscopie diagnostique avec biopsie de l’endomètre sur le cycle précédent la FIV pour favoriser les chances d’accroche des embryons. 2j5 très beaux transférés : hourra c’est positif !

Sauf que le matin de la 2ème prise de sang (48h après) j’ai des saignements : je comprends de suite que ça ne se passe pas bien. La prise de sang le confirme, le taux a quasiment stagné. Je fais une 3ème prise de sang 48h plus tard qui confirme la grossesse biochimique.

FIV 4 : Bon bah il faut repartir sur fiv icsi 4 : on se dit c’est bon on a le traitement qui me convient, ça va fonctionner. De nouveau hystéroscopie et biopsie puis transfert d’un j5 : yes c’est positif.

Mais je préfère me protéger et ne pas trop y croire : les taux augmentent très bien. On programme l’écho de datation à 8sa : et là ce qui aurait dû être le plus beau jour de notre vie se transforme en cauchemar. Il n’y a pas d’activité cardiaque et l’embryon a arrêté son développement à 6sa…

S’en suit l’attente d’une semaine pour confirmer le diagnostic de grossesse arrêtée : c’est confirmé mais je ne m’étais pas fait d’illusions. Je choisis de passer par l’aspiration qui du coup a lieu le 4 décembre 2017 à 10sa. On décide avec monsieur de faire le rdv d’échec mais qu’on fait une pause pour souffler.

La reprise après une pause

On voit donc la gynécologue en février 2018 : elle nous propose directement de tenter fiv icsi 5 que je décide qu’on ne fera qu’après l’été 2018 (en espérant que la Sécurité sociale accepte la prise en charge).

On envisage déjà qu’en cas d’échec on passe aux IAD. On obtient l’aval de la Sécurité sociale, je fais un bilan complet de fausse couche qui revient vierge.

Cette pause nous permet de nous retrouver en tant que couple et de ne plus vivre en fonction des rdv PMA.

 

FIV 5 : Arrive septembre, on me fait l’hystéroscopie et la biopsie de l’endomètre. Je commence la stimulation mi-octobre 2018 : ponction le 29 octobre. Transfert de deux j5 le 3 novembre.

Prise de sang 7 jours plus tard : c’est positif. Je n’arrive pas à me réjouir. La 2ème et la 3ème prise de sang augmentent très bien. On programme l’échographie de datation à 8sa. Je n’en parle à personne cette fois ci.

Une grossesse stressante

A 6sa+4 saignements… Je file aux urgences maternité : à l’écho j’apprends que le bébé a un cœur qui bat (je n’ai pas regardé l’écran tant que la gynécologue ne m’avait pas rassuré) et qu’il y a un petit décollement. Repos strict. A 8sa +4 échographie de datation : bébé va très bien et le décollement a disparu.

Je décide de faire l’annonce à Noël et puis tant pis si ça ce casse à nouveau la figure : j’avais trop eu de mal à garder pour moi l’échec de fiv icsi 4…

Le 4 janvier arrive la T1 : le bonheur est là, papa ne réalise pas. Le suivi mensuel de grossesse commence : je ne peux pas m’empêcher d’appréhender à chaque rdv.

La T2 en mars nous apprend que nous attendons une petite fille. Mais je n’arrive toujours pas à réaliser ni à faire le moindre achat.

La T3 en mai : tout va toujours très bien.

L’accouchement

La fin de la grossesse est assez compliquée entre les œdèmes suite à la chaleur et ma tension qui fait des siennes : je fini par être déclenchée à 38sa pour prééclampsie.

Emma est née à 38sa +2 à 3,100kg pour 48cm. Elle fait notre bonheur depuis juillet 2019.

Conclusion

La seule chose que j’ai à dire c’est de persévérer jusqu’au bout : on a tenté 5 fiv icsi pour ne pas avoir de regrets avant de passer aux IAD ou l’adoption et on a bien fait.

Laissez un commentaire !

Share This