Sélectionner une page

Le témoignage d’Evy, 4 ans d’essais, 2 FIV et une grossesse miracle

Notre désir de bébé

En mai 2017 la décision est prise, nous allons habiter ensemble alors pourquoi pas tenter l’aventure bébé. Nous avons 29ans tous les deux et 4 ans de vie amoureuse. Je prends rdv avec mon gynécologue et je fais enlever mon stérilet. Celui-ci rit un bon coup en me disant « on se voit le mois prochain pour une échographie de datation ! » si seulement il avait eu raison. Les mois passent et mes règles sont toujours au rdv.

Les premiers examens

Avril 2018, je consulte ce même gynécologue qui me donne des examens à faire. RAS niveau ovulation ou hormonologie mais au mois de mai, l’hystérosalpingographie, l’examen bien sympathique, révèle que mes deux trompes sont bouchées. Enfin une réponse au problème ! Le mois d’août arrive et une radiologue réussit avec ce même examen sympathique à me déboucher mes deux trompes. « Si toujours pas de grossesse dans 6 mois vous pouvez consulter en PMA, mais cela m’étonnerait, ça va marcher !  » si seulement elle avait eu raison.

Direction la PMA et les FIV

En prévision nous avions prévu un rdv en PMA et nous avons bien fait car au bout de 6 mois mes règles étaient toujours au rdv et en plus le spermogramme de chéri ne révélait que 1% de spermatozoïdes normaux, c’était le choc pour nous !

Chéri arrêta donc de fumer et notre premier rdv PMA se passe en Janvier 2019. On nous propose une FIV ICSI qui est validée par le biologiste. Début du protocole au mois d’avril. Ma réponse est parfaite avec une bonne récolte en prévision mais le jour de la ponction seulement 4 ovocytes immatures sont ponctionnés.

J’ai ovulé avant la ponction et tous mes ovocytes mûrs étaient perdus. Encore la douche froide !!!
Juin 2019, nous repartons pour la FIV 2.

Le protocole est différent, mes ovaires sont mis au repos plus longtemps et je réponds encore une fois parfaitement à ce nouveau protocole. Le jour de la ponction arrive et avec bonheur nous avons 25 ovocytes matures qui vont nous donner 4 beaux et « parfaits embryons » de 5 jours et un de 6 jours.

Nous profitons de notre été en étant rassurés et sûrs d’avoir un beau test positif à la rentrée. Si seulement nous savions.

La grossesse biochimique

18 septembre 2019, notre magnifique J6 est transféré et 10 jours après plusieurs tests de grossesses négatifs nous perdons espoir. C’est la grande surprise quand le 26 septembre la prise de sang est positive à 63ui !!! Enfin nous l’avons notre beau +. Cette joie est de courte durée, 48h plus tard, la prise de sang indique 13ui. C’était une grossesse biochimique et je fais une fausse couche.

Nous pleurons toute le nuit dans notre lit, blottis l’un contre l’autre.
Avec cette lueur infime d’espoir, nous repartons au mois de novembre plus déterminés que jamais. Cette fois c’est la bonne !! Notre motivation déchante vite, la prise de sang est négative.

Des examens plus poussés et le 4ème transfert

Notre gynécologue PMA est très à l’écoute et nous propose de faire un bilan d’échec d’implantation complet. Cette période sera la plus douloureuse pour moi. avec une vingtaine de tubes à remplir et des veines très fines qui ne tiennent pas en place, les infirmières peinent à faire les prélèvements.

Au 1er essai, j’en ressors en pleurs avec 6 piqûres infructueuses sur les deux bras. Le 2ème rdv est assuré par une infirmière spécialisée dans les prélèvements auprès de patients hémophiles. Elle est douce, comprend ma peur et l’angoisse qui me ronge, au bout d’environ 15 tubes ma veine lâche ! « Ne vous en faites pas, je vais contacter le laboratoire personnellement, ils devront faire avec ce qu’il y a ! « .

Elle me prend dans ses bras et cet instant de réconfort est encore ancré en moi même à l’instant où j’écris ces lignes.

Le résultat de ce bilan est sans appel, tout est normal ! Nous repartons alors pour un 3ème transfert qui sera négatif ! La pandémie du covid nous permet de prendre une pause dans l’acharnement que devient notre combat en PMA et au reconfinement nous sommes contactés par la gynécologue qui nous suit car nous sommes prioritaires pour tenter notre 4ème transfert.

Le protocole change, mon cycle est mis à l’arrêt pendant 3 mois par une ménopause artificielle et tous les maux que cela implique avant de tenter un transfert au mois d’août qui lui aussi sera négatif !

Nous ne nous en remettons pas. Je pleure pendant des jours et chéri tente tant bien que mal de faire bonne figure en prenant soin de moi.
Le mois de septembre 2020 arrive, j’ai quitté mon boulot et repris mes études en alternance. J’ai 32ans.

Avec l’accord de notre gynécologue, nous décidons de tenter l’examen Matricelab avant de faire une pause en PMA et me laisser finir tranquillement mon année de formation.
Le jour de notre départ pour les vacances de fins d’année, nous recevons les résultats de cet examen. Encore normal ! Les spermatozoïdes de chéri sont de plus en plus costauds depuis plusieurs mois, tous les signaux sont aux vert pour nous, mais toujours pas de grossesse en vue !

Les fêtes de fin d’année… et la grossesse surprise

Nous profitons des retrouvailles en famille à Noël, lassés d’avance du réveillon du nouvel an où je me force à sourire à tous nos copains, qui depuis le début de nos essais sont devenus parents, me souhaitant « un bébé dans l’année !  » , alors que je retiens mes larmes. je pars seule fêter le nouvel an avec ma meilleure amie qui vit au Portugal. Je bois, je danse, je profite de la liberté lisboète face au covid avant une reprise du combat de la PMA dans quelques mois qui j’espérais ferait de moi une maman en 2021.

C’était mon meilleur réveillon depuis plusieurs années, pas besoin de cacher mon mal être, juste profiter de la soirée !!!

De retour en France, je reprends ma routine, période de cours, période en entreprise, mes jours passent sans même que je ne me rende compte que mon cycle n’était pas de retour. Après 37 jours sans règles, je me décide un samedi matin à faire un test de grossesse me disant que comme toujours il sera négatif et cela déclenchera mes règles mais si seulement je savais ! Pas cette fois, le test était bel et bien positif !!! Je réveille chéri en pleurs, nous pleurons ensemble, je fonce au laboratoire, les résultats arrivent à 16h. je suis enceinte !!!! Ce jour-là il neigeait, nous sommes restés au chaud chéri et moi pétrifiés de ce qui nous arrivait.

La grossesse

Les mois suivant furent longs, nous avons eu très peur que notre petit miracle s’en aille. A 8 SA, j’avais un décollement sur la moitié du sac gestationnel, j’ai été alitée dès le retour à la maison et chéri a géré comme un chef en prenant soin de moi. A 14 SA j’ai eu un épisode de contractions très douloureuses qui m’ont mené aux urgences en pleine nuit mais heureusement notre bébé n’était pas impacté par ces douleurs.

Du fait de notre parcours, nous vivons constamment dans la peur de perdre cette petite vie qui grandit en moi et qui maintenant se fait sentir. Malgré cette grossesse spontanée, nous n’arrivons pas à lâcher prise.

Aujourd’hui je suis dans mon 5ème mois de grossesse, et je suis encore chamboulée par l’arrivée prochaine de ce bébé dans notre vie. En tant que pmette, j’ai toujours entendu cette histoire de la voisine, d’une cousine qui n’arrivait pas à tomber enceinte jusqu’à ce que le miracle arrive quand elle baissait les bras mais je n’imaginais pas du tout être à la place de celle-ci, celle qui avait la chance d’avoir son miracle !!!!

Apres presque 4 ans, deux FIV et 4 transferts, notre aventure démontre que les miracles arrivent un jour ou l’autre, qu’il faut se battre pour le voir arriver. Grâce à la PMA ou non !

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This