Sélectionner une page

Le témoignage de Cathy 1FIV 1TEC et un magnifique petit Loïs

La rencontre

Un jour on rencontre LA bonne personne et tout devient plus logique, plus clair et les envies de famille forcement s’intensifient. J’ai toujours su que je serai maman un jour et depuis mes 18 ans je savais qu’un jour quand j’aurais trouvé le père de mes enfants tout serait plus simple.

Je m’appelle Cathy et mon conjoint Jonathan. Nous nous rencontrons en 2013 et très vite tout s’accélère. Nous nous lançons dans un projet maison avec bien évidement l’idée en tête de la trouver assez grande pour y accueillir le fruit de notre amour.

Maison trouvée, travaux lancés, nous décidons que c’est le moment, ce moment c’était en décembre 2015.

Dès l’arrêt de la contraception, j’ai su. J’ai su que ce ne serait pas aussi facile que pour tout le monde et que le problème venait de moi.

Je me décide à consulter et je prends les premiers traitements

Après des cycles très longs, trop longs je me décide à consulter dès le mois de mars 2016 car je suis inquiète d’être parfois dans l’attente plus de 80 jours de mon retour de cycle. Cette attente aussi stressante qui m’a ruinée en tests de grossesse…

Le médecin commence par me prescrire une échographie pelvienne qui fera apparaître un SOPK.  Le mot tombe mais je suis confiante.

Je trouve une gynéco spécialisée qui me donne un premier traitement de stimulation sous clomid avec contrôle écho etc… premier mois de traitement et POSITIF, joie et bonheur nous sommes aux anges, mais pas très longtemps puisque à 6SA je fais une fausse couche précoce.

A ce moment je suis toujours confiante car comme on a su me le dire : « ça a marché une fois, il n’y a pas de raison que ça ne remarche pas ». A ce moment je ne savais pas que nous mettrions encore 4 ans en passant par des étapes toutes plus compliquées les unes que les autres avant d’avoir enfin notre bonheur.

Pendant 6 mois j’enchaine les traitements sans résultats, et plus j’enchaine et plus mon corps souffre, j’ai de plus en plus mal, je fais de plus en plus de malaises. Mon conjoint ne sait plus s’il doit me laisser au sol ou me relever. J’ai des douleurs tellement violentes au volant de ma voiture que j’essaie de ne pas écouter que j’en ai la nausée….

Décembre 2016 après une IRM demandée par ma gynéco qui suspecte un kyste ovarien, on me diagnostic un kyste dermoïde sur l’ovaire gauche de près de 5cm. Ma gynéco me transfère en centre de PMA en me précisant que je dois voir un chirurgien afin de faire retirer ce kyste et voir pour qu’il me fasse un drilling permettant la libération de mes ovocytes.

Direction la PMA, j’ai de l’endométriose, il faut m’opérer

Chirurgien trouvé, je prends RDV avec lui et avec la PMA.

Mars 2017, le fameux rdv chirurgien qui bouleversera mon parcours en entier, après un examen gynécologique et après avoir appuyé plus intensément que d’autres médecins, il commence à me poser LES BONNES questions, les questions que personne ne m’avait posées jusqu’alors. « Avez-vous mal lors de vos règles et lors de vos rapports ? « 

Endométriose le mot est lancé, rdv IRM pris pour connaitre l’étendue des dégâts.

Avril 2017 à Juin 2017 j’ai dû subir une IRM qui a révélé une endométriose digestive de stade 4 avec atteinte du rectum et un nodule de 3cm, salpingographie deux fois, écho endoscopie rectale, coloscanner…. des noms barbares et des examens qui le sont aussi. Mais la seule chose à laquelle je pense à ce moment, c’est que je le veux cet enfant, et je ferai tout jusqu’à ce qu’on me dise que ce n’est plus possible.

En Octobre 2017 après avoir trouvé le meilleur chirurgien, l’opération est planifiée. Je sais que ma convalescence ne sera pas facile et c’est le cas de le dire mais je m’accroche, me voilà partie pour près de 5 mois de cohabitation avec Mme la sangsue, autrement appelée, ma colostomie.

Une étape très compliquée mais avec un pilier à la maison qui ne s’est même pas rendu compte à quel point sa présence m’a aidé.

Mars 2018 retrait de la fameuse copine avec feu vert des médecins pour relancer les essais bébés 2 mois après. Malheureusement les examens hormonaux ne sont pas très bons et la PMA décide de ne pas me faire patienter plus et nous entrons directement en FIV.

Nous commençons les FIV

Je suis toujours confiante et mon conjoint quand je ne le suis plus, l’est pour deux. C’est notre force.

Avec mon sopk le réglage des dosages fut long et compliqué, nous avons commencé notre première FIV en Juillet 2018 pour enfin arriver à une ponction seulement en Mars 2019 qui nous donnera 15 ovocytes mais seulement 2 embryons de bonne qualité mais qui seront congelés suite à une hyperstimulation. Je suis un peu déçue d’avoir si peu d’embryons mais je me dis que dans ces 2 embryons notre bébé nous attend bien sagement.

Avant d’avoir mon transfert d’embryon j’ai tout essayé, sophrologie, ostéopathe, jus d’ananas bio et jus de raison blanc bio, recette arabe à base de gelée royale, miel et pollen de palmier, bracelet en pierre de lune …. superstition ? hasard ?

Le 1er juillet 2019 rdv est pris à 11h30 pour enfin avoir mon transfert d’embryon après un premier traitement qui n’aura pas abouti. Le stress monte, en repartant de la PMA nous sommes 3… en espérant que notre bébé warrior va s’accrocher.

Et il s’est accroché, première prise de sang, puis deuxième, troisième et quatrième le taux grimpe parfaitement, nous commençons à y croire. Une grossesse avec quelques douleurs, des appréhensions, du stress, mais je fabrique un bébé, je suis en train de jouer le meilleur rôle de ma vie.

La naissance de Loïs et ma conclusion

Notre petit Loïs est né à 4gk150 pour 48.5cm le 12 mars 2020, après des années à l’attendre, à l’espérer il est plus que parfait, et c’est le « plus beau de tous les plus beaux », comme j’aime lui répéter chaque jour.

Après ces 5 années passés dans la tempête, nous avons enfin le droit à beaucoup de bonheur.

La leçon que nous pouvons en tirer c’est que notre couple est encore plus uni par les épreuves passées, je suis enfin complète et si tout était à refaire, je referai tout exactement pareil.

L’espoir et la confiance en notre couple nous a permis de tout surmonter, alors un conseil à toutes celles qui comme moi ont un jour envié la femme enceinte ou la jeune maman à coté, ayez confiance en votre couple et en vos médecins, écoutez votre corps et surtout pour ne pas perdre pied écoutez-vous dans votre couple. Car comme j’ai pu le dire à la maternité, ici nous ne sommes pas dans une maternité mais dans une parentalité nous voulons bien souvent un bébé à 2 et nous apprenons à être parents à 2 également, alors la communication et l’entraide c’est le plus important dans nos parcours.

Cathy

1 commentaire

  1. Valérie

    C »est émouvant de lire ton témoignage, même si je connais bien ton combat , votre plus beau combat pour votre très belle réussite…. qui reçoit un amour inconditionnel !!!
    Pleins de belles choses dans votre vie à 3 et 5 😉😉

    Réponse

Laissez un commentaire !

Share This