Sélectionner une page

Le témoignage de Marie, 41 ans, 2 IAC, 4 FIV IMSI et une petite fille

Il y a 3 ans, je suis beaucoup venue sur le forum de fiv.fr lors de mes premières tentatives, pour essayer de comprendre et aussi pour partager mes doutes, mes moments de tristesse, mes espoirs. J’ai beaucoup lu les témoignages qui m’ont beaucoup aidé. Alors à mon tour, j’ai envie de partager avec vous mon/notre parcours.

Une rencontre tardive avec mon conjoint, le projet d’un bébé se concrétise alors que je viens d’avoir mes 39 ans. Une première gynéco me dit « pas de panique, vous avez encore le temps ». Nous attendons donc 4 mois avant que je commence à insister auprès de mon conjoint pour que nous consultions un spécialiste de la fertilité.

DEUX IAC ET LES 3 PREMIERES FIV IMSI

Début 2017, nous rencontrons pour la première fois un grand spécialiste parisien. Après la batterie d’examens classique, qui ne révèle pas grand-chose, nous enchainons 2 IAC en juillet et octobre. Sans succès.

A ce moment-là, le médecin préconise de passer à la vitesse supérieure… la FIV. Et vu mon âge et les antécédents de mon conjoint, nous passons directement en FIV IMSI.

1ère tentative, 4 embryons, pas de grossesse.

2ème tentative, pas de transfert.

3ème  tentative, 3 embryons, transférés en même temps (!!). Pas de grossesse.

Après cette tentative, nous revoyons le médecin qui nous dit, texto, « moi je vous conseille de passer à autre chose »… en clair, il nous conseille de nous tourner vers le don d’ovocytes et nous transmet les coordonnées d’un centre en Espagne. Et il ajoute quand même que, si on veut tenter une dernière FIV, il est prêt à nous accompagner… très engageant.

C’est un gros choc pour nous. Le moment est très dur à vivre. Cela fait maintenant 2 ans que nous enchainons les tentatives, avec tout ce que cela comporte au quotidien de contraintes, de mise entre parenthèses de nos vies personnelles et professionnelles (notamment pour moi au moment des traitements). Sans parler de la vie de couple qui prend également un sacré coup.

Je passe le très gros manque de tact du médecin qui, après avoir passé 2 ans à me répéter que « l’âge de madame (moi donc) est un problème », détruit en une phrase le peu d’espoir et de forces qu’il peut encore nous rester.

Ne voulant pas nous laisser abattre, nous prenons immédiatement rendez-vous avec la clinique IVI de Barcelone. Un désistement nous permet d’y aller 10 jours après notre rendez-vous avec notre médecin. La clinique est top, le médecin (français !) aussi. Et nous rentrons à Paris presque convaincus que la solution est peut-être là pour nous !

CHANGEMENT DE MEDECIN…

Malgré tout, il nous « reste » une tentative possible en France. Et pour ne rien regretter, nous décidons de prendre rendez-vous avec un autre grand spécialiste de la place parisienne, qu’une amie me conseille. (Pour être très honnête, on a pas eu envie de retenter avec notre premier médecin, vu son enthousiasme quant à nos chances de succès…)

Je ne sais pas si je peux donner son nom, mais ce professeur est top ! Ce n’est pas un grand bavard, certes, mais le contact est parfait et il arrive, par quelques mots à nous remotiver. Je n’oublierai jamais sa phrase, devant nos mines abattues : « il ne faut pas y aller battus, il faut y aller avec un espoir raisonné ».

Noël 2018, nouveau traitement, la ronde des échos et prise de sang reprend. Cette fois, mon conjoint décide de m’accompagner à tous les rendez-vous (même pour les prises de sang !).

C’est top, je me sens moins seule et lui, beaucoup plus impliqué !

Janvier 2019, nouvelle ponction, la 4ème donc. Le professeur décide de congeler les 3 embryons (blasto J5) pendant un mois. Selon lui, cette méthode permet à mon corps de se reposer et favorise l’implantation. Je suis malade en février, le transfert a donc finalement lieu en mars.

Et là, le miracle se produit !!! Je suis enceinte !!!!!!!!!!!!! 9 mois partagés entre la peur de perdre ce petit miracle et la joie que cela arrive enfin ! Et en décembre 2019, une merveilleuse, merveilleuse, merveilleuse petite fille voit le jour !

CONCLUSION

Je ne vais pas dire qu’il faut absolument s’accrocher et qu’un jour, ça finira forcément par arriver (parce que je connais les statistiques et que ça m’agaçait beaucoup qu’on me dise ça après chacun de nos échecs), mais malgré tout, voilà, parfois ça arrive. Et je suis heureuse qu’on ait eu le courage, individuellement et en tant que couple, de se laisser cette dernière chance.

Pourquoi ça a marché à ce moment-là et pas avant ? Quel alignement des planètes ? Quel état d’esprit ? La méthode du praticien ? Ses mots ? Ou tout simplement, la chance, le hasard.

Je ne sais pas. Mais ça a marché ! Et notre fille est absolument merveilleuse !

3 commentaires

  1. Sara

    Bonjour,
    Merci pour votre témoignage très touchant et intéressant ! Puis je avoir le nom du médecin qui vous a aidé ? Le dernier ☺️!
    Merci beaucoup !
    Profitez bien avec votre petite
    Sara

    Réponse
  2. Portet

    Bravo ! C’est rassurant merci pour votre témoignage

    Réponse

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This