Choix de page

FIV : le poids à la naissance semble plus élevé en TEC qu’en Transfert d’Embryon Frais

Le transfert d’embryons congelés est associé à un poids de naissance plus élevé que le transfert d’embryons frais lors des traitements de fécondation in vitro (FIV), confirme une étude  publiée en Août 2016 dans Fertility and Sterility.

De nombreuses études observationnelles ont constaté que les enfants issus du transfert d’embryons frais avaient un plus petit poids de naissance que ceux issus d’embryons congelés. L’une des explications régulièrement avancée est que l‘environnement utérin n’est pas optimal lors du transfert d’embryons frais, étant donné l’exposition aux hormones de stimulation ovarienne. Avec la cryoconservation, le transfert est différé lors d’un cycle où l’endomètre n’a pas subi l’effet des hormones de stimulation, et l’environnement utérin est donc potentiellement plus favorable.

Pour la première fois, cette question est évaluée chez des patientes  entre transfert d’embryons frais et transfert d’embryons congelés. Les embryons ont tous été obtenus via FIV ICSI, et transférés au stade blastocyste. La congélation embryonnaire a été effectuée à J1, puis la culture a été prolongée après décongélation jusqu’au stade blastocyste. L’étude a inclus 134 patientes réalisant leur premier cycle de FIV, âgées de 18 à 40 ans, et qui ont obtenu une naissance vivante.

Le poids de naissance moyen parmi les grossesses avec un seul foetus était de 3.076 g dans le groupe transfert d’embryons frais et de 3.242 g dans le groupe transfert d’embryons congelés. La différence n’était pas statistiquement significative.

Mais après une analyse statistique prenant en compte plusieurs variables affectant le poids de naissance, dont l’âge gestationnel, les auteurs ont identifié plusieurs facteurs prédictifs significatifs du poids de naissance, dont le transfert d’embryons congelés.

Il s’agissait d’une analyse post-hoc de deux essais randomisés identiques ayant inclus initialement 130 patientes assignées au transfert d’embryons congelés et 129 patientes assignées au transfert d’embryons frais. Le taux de naissance vivante par transfert était significativement plus élevé avec les transferts d’embryons congelés (74,7% contre 57,1%).

Les auteurs estiment que les mécanismes responsables de l’altération de la réceptivité endométriale sont probablement liés à ceux affectant le poids de naissance.

Ils notent toutefois que, bien que les taux de naissance vivante par transfert soient significativement différents entre les deux groupes, les taux de naissance vivante par patiente ne l’étaient pas. Davantage de preuves sont nécessaires pour déterminer si la congélation de toute la cohorte d’embryons améliore les chances de naissance vivante, estiment-ils.

En revanche « les différences de poids de naissance rapportées ici et dans de nombreuses études de registres restent un facteur significatif à prendre en considération », concluent-ils.

Etude de Aout 2016 : Comparison of birth weights in patients randomly assigned to fresh or frozen-thawed embryo transfer

 

Télécharger l’étude (en anglais) ICI :

 

Pour en savoir plus :

Le transfert d’embryons congelés TEC

Laissez un commentaire !

Découvrez le carnet FIV Colibri

Nous vous conseillons ;

Tout savoir sur la PMA

Share This