Sélectionner une page

PMA Info : le transfert embryonnaire

En collaboration avec le laboratoire Gedeon Richter France, nous vous présentons la série de vidéos « PMA Info » , série de vidéos faites par des experts de la PMA et qui vous permettront d’y voir plus clair.

Le Docteur Vanessa Gayet, gynécologue en Médecine de la Reproduction (Paris) vous explique tout sur le transfert embryonnaire :

Bonjour je m’appelle Vanessa Gayet et je travaille au centre de médecine de la reproduction de la clinique Pierre Cherest à Neuilly-sur-Seine et donc aujourd’hui je vais vous parler du transfert embryonnaire qui est la dernière étape du processus de Fécondation in vitro et qui consiste dans le replacement d’un embryon dans la cavité utérine.

Présentation du principe de transfert embryonnaire

Le transfert embryonnaire peut être réalisé dans les jours qui suivent la ponction, il est le plus souvent réalisé entre J2 et J6 post
ponction. On peut également effectuer un transfert à J1 au stade zygote, mais à ce stade on ne pourra pas sélectionner morphologiquement les embryons.

A J2 on va pouvoir replacer un embryon,on aura environ 4 cellules. Quand on décide de faire une culture un peu plus prolongée, on peut
transférer donc au stade J5, éventuellement à J6 mais il est déconseillé de transférer ses embryons dans le cycle qui suit la ponction car l’endomètre risque d’être asynchrone par rapport à l’embryon c’est-à-dire qu’on aura un endomètre un peu trop mature donc on va plutôt
privilégier une congélation des embryons.

Dans certains cas on va congeler tous les embryons après la ponction notamment quand il y a une hyperstimulation ovarienne ou un endomètre inadéquat ou une progestérone élevée, on parle alors de freeze-all ou de transfert différé.On peut également congeler les embryons surnuméraires, ces embryons seront donc congelés entre J2 et J6 et ils pourront être transférés lorsque la patiente le désire, il n’y a pas de durée maximale de congélation.

 

Comment choisit-on l’embryon à transférer ?

C’est le biologiste qui va choisir l’embryon à transférer, en effet ces embryons sont conservés dans des incubateurs à 37 degrés au laboratoire. Une toute première lecture est faite à 24 heures afin de voir combien d’ovocytes ont été fécondés, ensuite le jour du transfert soit à J2-J3 ou J5 on va relire les embryons et faire une évaluation morphologique qui va permettre de choisir l’embryon en fonction de son nombre de cellules attendu, du degré de fragmentation, de la régularité des cellules. Plus on attend, plus l’embryon va s’être sélectionné naturellement et aura plus de chances d’implantation, doncforcément à J5 vous aurez moins d’embryons mais ces embryons auront plus de chances de s’implanter.

On a également le timelapse ou embryoscope qui est dans certains laboratoires, qui permet une surveillance continue des embryons avec des photos prises au différents stades de développement. L’amélioration de ces techniques permet de mieux sélectionner les embryons et de ne transférer qu’un embryon, ceci éviteles grossesses gémellaires.

Comment bien se préparer pour le transfert ?

Le plus important c’est de venir relaxée, il faut savoir que le transfert embryonnaire c’est un geste qui est délicat puisque c’est le processus final de la Fécondation in vitro mais c’est un geste qui est simple, qui est indolore donc surtout pas de stress. Il est important d’avoir la vessie pleine afin de faciliter le transfert car il existe un angle entre l’utérus et le col de l’utérus et parfois le passage du cathéter est légèrement difficile et avec une vessie pleine ça diminue cette angle et ça rend les choses plus faciles.

De plus on aime bien faire un contrôle échographique pendant le transfert pour visualiser l’endroit où on positionne l’embryon dans l’utérus et c’est important d’avoir la vessie pleine, ça facilite l’échographie. Dans les jours qui précèdent il faut être reposée, mais on peut mener une vie normale il faut éviter le tabac, l’alcool, la caféine mais je dirais que de manière globale de toute façon c’est à éviter faut avoir une vie la plus saine possible. Il n’y a pas de contre-indication à avoir des rapports sexuels sauf si la ponction ovocytaire a été douloureuse et qu’il y a eu une stimulation importante, dans ces cas-là on recommande le repos.

Quelles recommandations après le transfert ?

Après le transfert, il est important de mener une vie normale, en effet aucune étude n’a montré que le fait de s’arrêter de travailler ou de rester alitée n’améliorait l’implantation.

Par contre l’attente va être longue, donc il est important de se distraire car 2 semaines avant le résultat de grossesse, c’est souvent la période la plus difficile pour les patientes. Concernant le port de charges lourdes, le ménage, le sport intensif, on déconseille surtout pour les patientes qui ont eu une hyperstimulation ovarienne où on peut avoir un risque de torsion d’ovaire, par contre dans le cadre d’un transfert d’embryon congelé on peut avoir tout à fait une activité normale, on évitera par contre le sauna, la piscine, les bains chauds, en plus on a souvent des ovules de progestérone à mettre donc ça peut rendre l’absorption de la progestérone moins bonne.

Surtout il est important de bien respecter les consignes qui vous ont été données notamment dans la prise du traitement de progestérone qui est très important dans les résultats de l’implantation.

Quelles différences y a t-il entre un TEC et un transfert frais ?

Alors le geste du transfert est le même qu’il s’agisse d’un embryon congelé ou d’un embryon frais, lors d’un transfert d’embryon congelé celui-ci va être décongelé le jour même. Concernant la préparation, celle-ci est différente lorsque il s’agit d’un embryon frais on introduit la progestérone le jour ou le lendemain de la ponction et on la continue ensuite jusqu’au test de grossesse.

En cas d’embryon congelé on peut le transférer soit sur un cycle dit substitué avec des œstrogènes en première partie de cycle puis ensuite de la progestérone. On peut également le transférer sur un cycle naturel, on va regarder la fenêtre naturelle d’implantation, le moment de l’ovulation ou en cycle stimulé où on fait des injections afin d’obtenir un follicule mature.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This