Choix de page

FIV-DO en Espagne : 5 promesses des cliniques espagnoles de PMA analysées

Pour attirer les patientes, les cliniques de PMA espagnoles annoncent des garanties alléchantes… et parfois abracadabrantes. Certaines sont même devenues de véritables mythes qui se sont installés dans l’imaginaire de toutes celles qui espèrent un enfant grâce aux ovocytes d’une donneuse espagnole : 80 % de réussite, prix bas, grossesse garantie… Petite analyse de ces promesses en regard avec la loi espagnole pour y voir plus clair et ne pas se laisser berner.

Promesse 1 : transfert de 2 embryons

Une clinique de PMA espagnole qui affiche une telle garantie ne prend pas de risques : deux jours après la FIV, presque tous les ovocytes donnent naissance à un embryon. La vraie question réside un peu plus tard, lorsque l’embryon est âgé de 3 jours, car ce n’est qu’à partir de ce stade de développement qu’on en apprend un peu plus sur sa qualité : nombre de noyaux par blastomère, clivage précoce, taille (nombre de cellules), etc. S’il est possible de transférer des embryons à J2, l’opération est déconseillée : le peu d’éléments connus empêche un tri efficace des embryons selon leur qualité. L’idéal est le transfert d’embryons à J5. Ils sont alors appelés blastocystes et ont atteint un développement qui permet d’estimer plus précisément leur qualité.

 

Promesse 2 : garantie de grossesse

En Espagne, de nombreuses cliniques proposent des packs de 3 tentatives de FIV accompagnés d’une garantie de grossesse. Leur coût est élevé et la promesse ne relève que du marketing. Il est en effet impossible de garantir 100 % de grossesses, même sur 3 essais. En réalité, il faut plutôt lire à travers ce type d’annonces : « enceinte ou remboursée ». En effet, le prix important de ces packs permet de rembourser celles qui ne sont pas tombées enceintes grâce aux traitements qui ont fonctionné du premier coup.

 

Promesse 3 : 80 % de réussite

Seuls les traitements cumulés permettent d’atteindre de tels taux de réussite. Méfiez-vous donc des chiffres époustouflants clamés par certaines cliniques de fertilité espagnoles et rendez-vous sur le site de la Société Espagnole de Fertilité (SEF) pour obtenir les véritables résultats des cliniques de fertilité homologuées.

 

Promesse 4 : transferts d’embryons de qualité A ou B

Toute clinique de FIV sélectionne les meilleurs embryons avant de les transférer à la receveuse. Toutefois, il faut savoir que la législation espagnole interdit la destruction des embryons qui continuent leur développement. Par conséquent, si vous n’obtenez que des embryons de qualité C par exemple, et d’autres de qualité inférieure, la clinique est dans l’obligation de vous les transférer. S’ils constituent les meilleurs embryons du groupe et qu’ils sont viables, vous ne pouvez pas refuser leur transfert. Attention donc aux cliniques qui s’engagent à transférer des embryons A ou B ! Il existe plusieurs façons de classer les embryons en fonction de leur qualité, renseignez-vous sur celle utilisée par votre clinique…

 

Promesse 5 : « le plus large choix de donneuses de toute l’Espagne ! »

Vous avez déjà lu ce genre de garanties quelque part ? Méfiance ! Car la plupart des cliniques de PMA disposent de plusieurs filiales à travers tout le pays. Elles en profitent alors pour additionner toutes leurs bases de donneuses pour afficher des chiffres attrayants. Or, une clinique de FIV basée à Salamanque ne fera pas venir une donneuse de Valence… C’est pourquoi, en dépit de la large palette de donneuses annoncée par certaines cliniques, il vaut mieux opter pour un centre de PMA situé dans une grande ville, comme Barcelone ou Madrid. Le cosmopolitisme de ces métropoles permet de pouvoir cibler davantage la donneuse voulue, en fonction de la ressemblance de son phénotype et de son système immunitaire avec celui de la receveuse. Ce choix reste cependant du ressort de l’équipe médicale et non de la patiente.

Laissez un commentaire !

Share This