Choix de page

8 mythes sur la fertilité passés au crible

Pour beaucoup, concevoir un enfant n’est finalement pas aussi facile que ce qui était prévu au départ. Pour ajouter à la confusion, il existe des tonnes de mythes, des contes de vieille femme en passant par toutes sortes de mauvais conseils, qui finissent par rendre folle les aspirantes à la maternité.

Lorsqu’il est question de rumeurs et de mythes, la recherche et les opinions des spécialistes sont souvent les meilleures sources pour les confirmer ou les infirmer. Voici le point de vue médical sur certains « mythes ».

Les repas sans gluten améliorent les chances de succès de la FIV

C’est un mythe

La plupart du temps, ces rumeurs ont tendance à se focaliser sur le régime alimentaire idéal ou sur les restrictions spécifiques qui seraient bénéfiques pour la fertilité, comme adopter un régime sans gluten.

Les inquiétudes soulevées par ce type d’aliments reposent sur la présence d’inflammations chez les femmes qui y sont intolérantes ou allergiques.

Il a été constaté qu’une alimentation saine, incluant un régime à faible teneur en glucides, faisant partie d’une approche globale est fondée sur des preuves pour traiter les patients atteints d’infertilité. En revanche il a été montré que se lancer dans un régime sans gluten n’avait pas d’impact sur l’augmentation de la fertilité chez les femmes en parcours FIV.

Les repas sans produit laitier peuvent être bénéfiques pour la fertilité

Ça dépend

Sur ce sujet, les données sont contradictoires.

Chez les femmes qui souffrent d’une dysfonction ovulatoire, une étude montre que le taux de fertilité est amélioré lorsque leur régime comprend du lait entier.

Cependant, chez les femmes intolérantes au lactose ou particulièrement réactives à la caséine, les produits laitiers peuvent causer des inflammations et des ballonnements conséquents dans le système digestif.

Il faut se comporter comme si on était enceinte durant les fameuses deux semaines d’attente

Vrai

Durant la période connue dans les pays anglo-saxons sous le nom de Two Weeks Wait (deux semaines d’attente, c’est-à-dire la période entre le transfert et l’éventuel test de grossesse positif), il est recommandé de se comporter comme si on était enceinte, parce que vous pourriez bien l’être. Il serait donc idéal d’éviter l’alcool, les excès de caféine, les poissons et les viandes crues ou les poissons qui ont une forte teneur en mercure.

Mieux vaut prendre des vitamines avant même d’être enceinte

Vrai

Les femmes qui cherchent à concevoir devraient prendre des vitamines dès que possible.

Le développement des organes du fœtus commence dès le premier mois de la grossesse, à un moment où vous pourriez même ne pas encore savoir que vous êtes enceinte. L’un des compléments les plus importants est l’acide folique, qui peut aider à prévenir les lésions du tube neural. L’idéal serait ainsi d’avoir un stock suffisant d’acide folique avant que la conception n’ait lieu.

Avoir trop de rapports sexuels peut diminuer les chances de concevoir

Mythe

Penser qu’avoir trop de rapports sexuels diminue les chances de concevoir n’est rien d’autre qu’un mythe. En fait, les chances de concevoir augmentent avec la fréquence des relations sexuelles.

Les personnes souffrant d’allergies ont plus de mal à concevoir

Vrai

Les femmes qui souffrent d’une allergie sévère ou présentent une réponse immunitaire à des allergènes peuvent avoir plus de difficultés à concevoir.

Ce fait a été démontré chez les personnes asthmatiques ainsi que chez les femmes souffrant d’une maladie auto-immune comme la rectocolite hémorragique .

Pour les femmes chez lesquelles le diagnostic est sous-jacent, mieux vaut commencer un traitement de fertilité lorsque la situation est le plus possible sous contrôle et que les symptômes ne risquent pas de resurgir.

Pour qu’une Insémination Intra Utérine fonctionne, il faudra moins de trois essais

Vrai

Pour un couple, c’est lors des trois premiers cycles de traitement que les chances de concevoir en insémination sont au maximum. Après le troisième essai, les chances de réussite s’effondrent significativement.

 

Les  sous-vêtements masculins ont un impact sur la fertilité

Ambigu

En réalité, il n’existe pas d’étude qui compare directement l’impact des boxers (coupe large) et les slips (serré/ajusté). Il peut néanmoins se révéler bénéfique de porter des vêtements amples et d’éviter les saunas et les jacuzzis.

Laissez un commentaire !

Share This