Sélectionner une page

Immunologie et PMA

L’immunologie en PMA occupe une place de plus en plus importante et de nombreux centres se dotent d’unités spécialisées qui permettent une exploration de beaucoup de pathologies. En tant que discipline nouvelle, de nombreuses recherches sont faites dans le domaine.

Zoom aujourd’hui sur celle de Ginemed à Séville, créée en 2017, ou un bâtiment entier lui est dédié. Ce qui est une spécificité car toutes les cliniques ne le proposent pas.

Quels sont les objectifs du service en immunologie ?

Résoudre les cas les plus complexes :

-Défauts d’implantation ( transfert d’au moins 4 embryons de bonne qualité, en au moins 3 transfert avec au moins un transfert au stade blastocyste).

-Fausses couches à répétition (patientes ayant fait 3 fausses couches consécutives ou présentant des altérations déjà diagnostiquées suite à la seconde fausse couche)

-Stérilité d’origine inconnue (patientes qui après avoir fait les examens classiques n’ont pas trouvé de cause à l’infertilité).

Les facteurs pris en compte en immunologie

-Phases pro-inflammatoires, qui déséquilibrent les mécanismes de tolérance pour l’implantation (Th1/Th2).

-Déséquilibres des proportions adéquates des cellules NK permissives et cytotoxiques (CD56,CD16,CD69).

-Combinaison HLA/KIR qui déclenchent très facilement le rejet immunitaire

-Déséquilibre des facteurs de régulation chargés de contrôler ou d’intervenir dans le processus immunologique.

-Maladies systémiques ayant un impact direct sur le contrôle immunologique.

-Situations psychologiques avec stress aigu ayant un impact direct sur le contrôle du système immunologique.

 

Examens à faire

Les examens sont personnalisés pour chaque patiente

Etudes immunologiques

-Etude des cellules NK endométriales

-Altération des auto-anticorps et immunoglobulines sériques.

-Cytokines et interleukines liées à la réponse lymphocitaire (Quotient Th1/Th2)

-Etude du système du complément

-Etude de comptabilité foeto-maternelle

Etudes non immunologiques

-Etude de thrombophilie

-Altérations de la cascade coagulation

-Mutations des facteurs de coagulation

Etudes de l’endomètre

-Etude de la contractilité utérine

-Prélèvement de tissu endométrial

-Etude des cellules NK endométriales

-Etude de l’anatomie pathologique

-Test de synchronisation endométriale + immunologique, réceptivité et micro biote (Pronacera)

Approche de la clinique

Cette approche a lieu en 3 étapes :

1.Etude du dossier

2.Mise en place d’un diagnostic

3.Proposition d’un traitement pluridisciplinaire

Nous avons interviewé le spécialiste  à propos de ce service d’immunologie :

  • Pour quelle raison ce service a été créé ?

L’unité a été créée pour  des femmes qui malgré plusieurs tentatives se sont retrouvées en échec sans explication.

Si le diagnostic de défaut d’implantation est posé (femme sans problème qui a fait plusieurs tentatives, pas de problème ovocytaire, plusieurs transferts, au moins 5 embryons J5 de qualité et échec total) ou bien fausse couche à répétition.

  • Quelle est la démarche ?

Cela consiste en une palette d’analyses et une étude sur les antécédents personnels et familiaux avec questionnaire sur les habitudes de la patiente : activité sportive…

  • Quels sont concrètement les tests à faire ?

– Systématiquement une prise de sang (thrombophilie) pour contrôler l’auto-immunité.

-Réceptivité endométriale (l’endomètre est un organe immuno-privilège, il n’a pas les mêmes caractéristiques que le système immunitaire)

  • Combien de temps prend le diagnostic ?

Il est conseillé de venir en Espagne pour certains tests.

Les résultats des anti-corps dans le sang prennent de 5 à 7 jours.

Le test HLA-C prend 12 jours.

Le test Pronacera mesure la fenêtre endométriale et les cellules, cela donne des indications sur l’endomètre et sur l’activité immunologique de l’endomètre.

  • Que se passe-t-il après les analyses ?

Tout dépend des résultats.

En fonction des résultats des test HLA-C et KIR, nous  pouvons proposer un traitement, voire une sélection spécifique de la donneuse.

Par exemple dans le cas d’un endomètre réfractaire cumulé avec un problème d’allo-immunité, le traitement sera avec des colonnes de granulocytes et/ou facteurs de croissance et injections dans l’endomètre.

  • Quel est le coût ?

Un diagnostic à distance coute 150€ ou 200€ par Skype.

Les analyses seront faite en France ou en Espagne, et le coût dépend de la nature des analyses faites.

Le test Pronacera qui correspond à l’ERA test + le matrice lab.

Plus d’informations sur la plaquette Immunologie de Ginemed :

Immunologie_pma_fr_ginemed

Pour toute question ou pour solliciter un rdv par skype avec le Dr Jimenez , vous pouvez contacter directement Sophie Berton :

sberton@ginemed.fr

Laissez un commentaire !

Share This