Sélectionner une page

FIV: un délai de 6 à 18 mois entre une naissance et une nouvelle tentative optimise les chances de succès

Après une naissance issue de fécondation in vitro (FIV), un délai de plus de 6 mois mais de moins de 18 mois avant d’entamer un nouveau cycle de FIV semble associé aux meilleures chances de grossesse clinique et de naissance, selon une étude américaine de 2017 présentée au congrès de l’American Society for Reproductive Medicine (ASRM).

Pour les grossesses spontanées, un intervalle court entre 2 grossesses est associé à davantage de complications maternelles et néonatales. Mais aucune donnée n’existait concernant l’intervalle entre une naissance par FIV et un nouveau cycle de FIV, en termes d’optimisation des chances de succès, soulignent M. Quinn de l’université de Californie à San Francisco et ses collègues, dans le résumé de leur communication orale.

Or les patientes de FIV peuvent souhaiter initier le plus tôt possible un nouveau cycle de FIV après une naissance, du fait de leur infertilité et en particulier dans le contexte d’un âge maternel avancé, notent-ils.

Ils ont analysé rétrospectivement les données de la cohorte nationale SARTCORS concernant les cycles de FIV frais réalisés après une naissance vivante obtenue par assistance médicale à la procréation (AMP) entre 2004 et 2013, soit 51.997 cycles. Ces cycles ont résulté en 21.141 grossesses cliniques et 17.536 naissances vivantes.

 

La probabilité d’une grossesse clinique (42,4%) et d’une naissance vivante (35,5%) était la plus élevé lorsque l’intervalle entre la précédente naissance et le début du cycle de FIV était compris entre 12 et 18 mois.

Par rapport à ce délai de référence, les chances de grossesse clinique et de naissance vivante étaient significativement réduites lorsque le délai était de moins de 6 mois (36,7% et 30,4%, respectivement) ou lorsqu’il était de 18 à 24 mois (41,1% et 34,2%) ou de 24 mois et plus (39,0% et 32,3%).

Entre 6 et 12 mois de délai, les chances de grossesse clinique (42,2%) et de naissance vivante (34,6%) étaient légèrement diminuées mais pas de manière statistiquement significative.

« Les patientes revenant pour une AMP après une naissance vivante devraient envisager de cibler un délai de plus de 6 mois mais moins de 18 mois afin de maximiser les chances de grossesse clinique et de naissance vivante », concluent les auteurs.

Lien de l’étude : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6012664/

Laissez un commentaire !

Share This