Sélectionner une page

Les FIV ont fait augmenter le nombre de jumeaux

Mariah Carey, Céline Dion ou Roger Federer n’ont rien d’exceptionnel. En tout cas, en qui concerne leur descendance. Les heureux parents de jumeaux (deux fois pour le tennisman suisse ) seraient en effet de plus en plus nombreux, selon une étude franco-néerlandaise, relayée par de nombreux médias.

Le constat

jumeaux fiv pma

Pour mener à bien ces travaux, publiés fin 2015 dans la revue Population and Development Review, les scientifiques ont comparé les statistiques d’état civil disponibles depuis 1970, dans pas moins de 32 pays. Du Canada au Japon, en passant par l’Europe, la tendance se confirme. C’est un véritable « boom » des jumeaux qui s’est produit ces quarante dernières années.

Le chiffre est frappant. En 40 ans, le taux de naissances de jumeaux a presque doublé dans les pays développés. Cette révolution n’est pas naturelle : elle est liée au développement de la PMA.

Bien sûr, dans ces pays, les femmes font des enfants de plus en plus tard. Or, les poly-ovulations sont fréquentes chez les femmes après l’âge de 35 ans.

Les chercheurs ont tenté de quantifier la part de chacun de ces facteurs et, en moyenne, le poids de la PMA serait 3 fois plus important que l’âge des mères dans ces naissances gémellaires. « Toutefois, cette moyenne recouvre une grande diversité de situations », précise Gilles Pison.

Qui se confirme dans tous les pays

 

Pour l’affirmer, ils s’appuient sur la base des données de 32 pays, dont une majorité de pays européens mais aussi l’Australie, le Canada, les États-Unis, la Nouvelle-Zélande, etc. « Toutefois, cette moyenne recouvre une grande diversité de situations », a souligné Gilles Pison, l’un des auteurs de l’étude.

En Hongrie et en Nouvelle-Zélande, le poids des deux paramètres sont égaux, alors qu’au Japon, la PMA est responsable de 10 fois plus de naissances de jumeaux que le retard des maternités.

En Pologne au contraire, l’âge des mère est le facteur explicatif prépondérant ; en cause un accès encore restreint à la PMA.

. Les chercheurs se sont aussi demandé si ce boom des naissances de jumeaux allait se poursuivre.
« Dans un pays sur quatre, le taux de gémellité a cessé d’augmenter. On constate un plateau, suivi d’une diminution », a détaillé le Pr Pison.

Pour autant, dans trois pays sur quatre, il continue d’augmenter comme en France, aux États-Unis ou au Royaume-Uni.

Qui n’est pas sans conséquences sur la santé

 

Les chercheurs soulignent tout de même que cette croissance exponentielle du nombre de jumeaux ne devrait pas durer. Une amélioration des techniques de PMA et une diminution des embryons implantés expliquent que dans un quart des pays concernés, les naissances gémellaires ont atteint un plateau au tournant des années 2000, et diminuent depuis.
Une bonne nouvelle puisque, comme le rappellent les auteurs, ces naissances sont plus à risque, (entre autres risque de diabète gestationnel et dépression post-natale pour la mère).

Les accouchements sont souvent déclenchés et les jumeaux naissent souvent prématurés avec des taux de mortalité infantile plus élevé. Face à ces risques, la pratique recommande l’implantation d’un seul embryon.

Télécharger le rapport :

La fréquence des accouchements gémellaires en France,La triple influence de la biologie, de la médecine et des comportements familiaux de Gilles PISONet Nadège COUVERT

Laissez un commentaire !

Share This