Sélectionner une page

De la colle pour favoriser la nidation de l’embryon

Dans le cadre d’un transfert d’embryon, une britannique a réussi à tomber enceinte grâce à l’ajout de colle, qui a permis à l’embryon de se fixer sur l’utérus.

Une augmentation potentielle des chances de grossesse de 8 %

Tout commence fin 2012, lorsque le couple décide de s’inscrire pour bénéficier d’une FIV « de la dernière chance ». Après la ponction et la fécondation, trois embryons viables sont obtenus. Les médecins lui proposent de n’en réimplanter qu’un seul, mais, pour mettre toutes les chances du côté des futurs parents, ils décident de fixer l’embryon sur les parois de l’utérus en utilisant de la glu.

Ou plus précisément de la « colle embryonnaire« . Celle-ci est composée d’acide hyaluronique, substance collante et naturellement présente dans les trompes de Fallope et l’utérus. Elle a notamment la faculté d’aider l’embryon à se fixer davantage dans l’utérus.

Outre cette substance, la colle chimique contient également des nutriments tels que l’albumine. Ces derniers nourriront le fœtus à partir du moment du transfert jusqu’à l’implantation. L’utilisation de cette colle maximise ainsi les chances de mener à bien une grossesse. Ce procédé augmenterait même les chances de grossesse de 8 %, selon le Daily Mail.

La nidation, une étape clé de la grossesse

Après avoir été fécondé dans les trompes et avoir migré dans l’utérus, l’embryon adhère à la muqueuse utérine. Cette adhésion, appelée « nidation », a lieu environ six jours après la fécondation chez l’humain. Celle-ci permettra à l’embryon de développer son placenta. Il restera ainsi fixé au corps de la muqueuse utérine pendant toute la période de gestation.

Cette étape clé de la grossesse ainsi que l’utilisation de la colle embryonnaire sont à découvrir dans la vidéo ci-dessous.

La recherche s’est penchée sur le sujet depuis 2003

La « colle embryonnaire » est étudiée depuis 2003, année où l’on a découvert comment l’embryon, après avoir été fécondé dans les trompes et avoir migré dans l’utérus, adhérait à la muqueuse utérine. La colle qui permet naturellement cette adhésion n’est pas l’acide hyaluronique mais une autre substance bien proche, la L-sélectine.

Sources : http://rmc.bfmtv.com/emission/la-colle-embryonnaire-le-fil-d-842797.html

Laissez un commentaire !

Share This