Sélectionner une page

Une FIV à moins de 200 euros

billet 200Une équipe belge a réussi à mettre au point une technique de FIV  « low-cost », avec un coût de revient par cycle estimé à 200 €, soit dix fois inférieur à celui de la technique classique, a-t-elle annoncé lors du congrès annuel de la Société européenne de reproduction humaine et d’embryologie (ESHRE) qui s’est tenu à Londres du 7 au 10 juillet 2013.

Un formidable espoir pour les pays en voie de développement

Contrairement à la France, les couples infertiles vivant dans les pays en développement n’ont  pas la chance d’avoir une prise en charge totale. Or, au-delà des difficultés psychologiques qui s’ensuivent, ne pas avoir d’enfant peut avoir des conséquences sociales terribles dans certaines contrées, a souligné le Dr Elke Klerkx, du Genk Institute for Fertility Technology en Belgique, à l’origine de la nouvelle technique.

Et ce dernier de citer l’exhérédation (le fait de déshériter un proche), le viol, l’ostracisme ou encore l’abandon. « La prise en charge de l’infertilité est probablement le problème de santé publique le plus négligé dans les pays en développement, alors qu’il touche plus de 2 millions de couples selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) », a-t-il déploré.

Sensible à cette inégalité majeure « en termes de droits humains, d’équité et de justice sociale », le chercheur belge et son équipe ont mis au point une technique de FIV largement simplifiée et surtout nettement moins onéreuse.

La technique en pratique

 Désignée sous le terme de tWE, la technique à bas coût nécessite juste deux éprouvettes ! Fini l‘incubateur hyper technique et les infrastructures hors de prix nécessaires au développement de l’embryon avant son implantation dans l’utérus maternel : grâce au dioxyde carbone (CO2) généré par la réaction chimique entre l’acide citrique (du citron) et le bicarbonate de sodium contenu dans le premier tube, l’intérieur du second tube auquel il est relié a une acidité similaire à celle de l’utérus, constituant ainsi un milieu de culture favorable au développement d’un embryon. Il suffit alors d’injecter les ovocytes et les spermatozoïdes dans ce milieu à l’aide d’une seringue (FIV classique)

Les résultats de la technique tWE

Les chercheurs ont mené une étude en 2012 après de patientes âgées de moins de 36 ans et disposant d’au moins 8 ovocytes. Avec comme critère d‘évaluation principal la qualité de l’embryon au 3ème jour, et comme critères secondaires le taux d’implantation de l’embryon et le taux de grossesse.
Selon les premiers résultats de l’étude qui ont été présentés au congrès de l’ESHRE, les taux de fécondation avec la technique à bas coût étaient similaires à ceux obtenus par la technique conventionnelle. Mieux, dans les deux-tiers des cycles évalués, les embryons de meilleure qualité sélectionnés par un embryologiste indépendant étaient issus de la technique tWE, a précisé le Dr Klerkx. Par ailleurs, le taux d’implantation embryonnaire atteignait 34,8 % (8/23), celui de grossesse 30,4 % (7/23). Au total, 12 bébés sont nés de cette technique.

Laboratoire de FIV

Laboratoire de FIV

Combinée au transfert unique d’embryon et à des protocoles de stimulation ovarienne légère, le Dr Klerkx estime le coût d’un cycle de traitement à moins de 200 €. A condition toutefois de disposer de laboratoires également « low-cost ». Or, aujourd’hui, le coût d’un laboratoire pratiquant des FIV avoisine les 1,5 à 3 millions d’euros. « Mais nous envisageons de mettre en place un laboratoire à bas coût pour moins de 300 000 € », a-t-il indiqué, précisant qu’un tel laboratoire allait ouvrir ses portes à Gand en novembre 2013.

Pour le chercheur belge, ces résultats prouvent « qu’un système de culture simplifié créé pour les pays en développement peut offrir des alternatives thérapeutiques abordables et efficaces à la FIV », constituant en cela « une avancée majeure pour la prise en charge universelle de l’infertilité ».

Sources :

« First pregnancies with a simplified IVF procedure: a crucial step to universal and accessible infertility care », E.P.F. Klerkx et al. – Résultats presentés au congrès de l’ESHRE, le 8 juillet 2013.

Doctissimo

1 commentaire

  1. Anne Flora Any

    Très belle réussite nous sommes fiers de ce projet.

    Réponse

Laissez un commentaire !

Share This