Choix de page

Un bébé ou remboursée ! Qu’est-ce qu’un programme de partage de risques ?

Parler d’argent lorsque la création d’une vie est en jeu peut sembler inconfortable. Pourtant, les couples qui se rendent à l’étranger afin d’avoir recours à un don d’ovocytes pour avoir un enfant le savent : il n’est pas possible de mettre de côté l’aspect financier.  Le tarif des traitements est souvent un des premiers critères lors du choix de sa clinique.

Et si on vous promettait un remboursement partiel ou total dans le cas où vous n’auriez pas un bébé à l’issue du ou des traitements ?

Certaines cliniques européennes, dans la majorité des cas les cliniques à fort potentiel (avec un nombre de cycles par année et des taux de réussite élevés), disposent ce qu’on appelle des « programmes de partage de risques » (PPR). Outil marketing ou réelle valeur ajoutée ?

Tout d’abord, de quel risque parle-t-on ?

 Il s’agit ici du risque financier.

Les programmes de partage de risques ont pour but de répartir le risque financier potentiel de l’échec des traitements entre les patients et la clinique. D’une certaine manière, ils peuvent être considérés comme de « mini-assurances » : les patients paient une prestation plus chère avec l’assurance d’être remboursés en cas d’issue défavorable. De leur côté, les cliniques assument le risque de devoir rembourser leurs clients dans le cas où la « promesse » convenue dans le contrat (cela peut-être la grossesse, un certain terme de grossesse ou la naissance d’un bébé) ne se concrétise pas.

 

Un bébé « garanti » ?

Prenons l’exemple du programme « Baby guarantee » de la clinique Reprofit International en République tchèque. L’établissement propose de rembourser le tarif du programme après un seul cycle de FIV avec don d’ovocytes comprenant un transfert frais et les TEC (transfert des embryons congelés) des embryons restants si le couple ne donne pas naissance à un enfant.

En d’autres termes, le couple paie le traitement de FIVDO a un tarif plus élevé mais sera « gagnant » quel que soit l’issue du traitement : il donnera naissance à un bébé ou recevra la somme engagée en retour. Trop beau pour être vrai ?

 

Qu’est-ce qui motive les cliniques à proposer ce type de solution ?

 

Seules les institutions sûres de leur savoir-faire et de leur taux de succès élevés peuvent proposer ce type de prestation. Une clinique n’accepterait jamais de partager le risque de l’échec avec ses patients si la probabilité de celui-ci était grande.

Et quel meilleur moyen de communiquer sur sa réussite que de la promettre contre remboursement ?

Les centres de fertilités doivent néanmoins prendre en compte que le succès n’est pas de 100% (même les meilleurs centres n’y parviennent pas) et que dans certains cas, ils devront rembourser leurs patients. C’est pour cette raison que le coût du traitement est plus élevé.

 

 

Quels sont les avantages pour les patients ?

 

En partant du principe qu’une clinique qui dispose d’un plan de partage des risques a des taux de succès élevés, l’existence d’un tel programme peut être un critère de choix de l’établissement où effectuer son traitement.

Il est important de se renseigner néanmoins sur les critères exclusifs. En effet, une clinique qui n’inclurait dans son PPR que des patients au profil « parfait » ne serait pas crédible.

Outre l’aide au choix, signer pour un programme de partage des risques donnent l’assurance au patient « de ne pas perdre son argent pour rien ». Certes, il dépensera plus, mais le résultat sera de toute façon à son avantage : un bébé ou un remboursement. Ce remboursement pourrait par exemple lui permettre d’effectuer un nouveau traitement.

 

Pour conclure :

Opter pour un plan de partage des risques est un investissement :  un coût plus élevé au départ et une grosse somme d’argent à sortir d’un coup. Néanmoins, s’engager dans un tel programme offre trois garanties essentielles : le choix d’une clinique de qualité, l’assurance que la clinique fera son maximum pour vous délivrer la promesse, votre bébé, et enfin que quel que soit l’issu du traitement, vous serez gagnant : un bébé ou le remboursement !

 

Adva Grundman, votre coach FIV @maFIV

 

Laissez un commentaire !

Share This