Sélectionner une page

Don d’ovocytes en France ,un CECOS à deux pas et une envie de donner

CECOS : Centre d’Etude et de Conservation des Oeufs et du Sperme humains, CHU qui s’occupe d’organiser le don d’ovocytes en France

Fée : Donneuse d’ovocytes qui permet à une receveuse en attente d’avancer les délais dans la « file d’attente » (principe du don relationnel »

Châtaigne : La receveuse qui remontre dans la file d’attente et qui attend des ovocytes d’une autre donneuse

Comment j’ai connu le don ?

Bonjour,
Je pensais déjà au don d’ovocytes suite à mes grossesses, j’avais vu des affiches d’information dans le cabinet du gynécologue, mais je n’avais pas franchi le cap car le protocole me semblait lourd.

Puis j’ai vu un appel au don sur un forum, d’une personne qui recherchait une donneuse sur le CECOS de ma ville. Renseignements pris, il s’avère que j’habite à 20min à pied du CECOS! C’est le moment ou jamais de concrétiser ce projet. J’ai donc répondu à cette personne, que j’ai rencontrée depuis, et j’ai pu parrainer sa demande de don d’ovocyte.

Cela lui a permis de réduire les délais de plusieurs années à 6 mois, car en France on manque beaucoup de donneuses.

J’ai donné mes ovocytes récemment et voici à peu près comment cela s’est déroulé pour moi :

Préparation

Mon premier rendez-vous avec le médecin s’est très bien passé.
Elle était super sympa, elle m’a bien décrit en détail le protocole, apparemment ça peut aller plus vite que je ne le pensais puisqu’elle prévoit un délai de 4 mois environ au lieu des 6 moi auxquels je m’attendais!
Je lui ai posé la plupart des questions qui m’étaient venues à l’esprit en attendant ce rendez-vous:
– les ovaires micropolykistiques ne posent pas de problème, en plus j’avais remis la main sur une échographie donc elle a pu voir ça par elle-même.
– J’ai eu une première prise de sang (amh, oestradiol et un 3ème truc je crois),

Elle m’a dit qu’avec des ovaires polykystiques (opk) il est possible que j’ai un taux d’amh élevé (supérieur à la normale qui se situe entre 2 et 6).
– et puis surtout, le protocole à suivre n’est pas trop lourd car: pas de ménopause artificielle comme j’avais pu le lire chez d’autres donneuses, ils vont juste me mettre un mois sous pilule « classique » (rapport à mes cycles totalement imprévisibles, de 1 à 2 mois), et ensuite on commence la stimulation,
– stimulation: une première phase de 5 jours (piqûres sous cutanées), puis 5 à 8 jours avec en plus une échographie tous les 2 jours afin de surveiller l’évolution des follicules,
– ensuite ponction: pas d’anesthésie générale a priori, mais de médoc3, comme avec mes ovaires polykistiques cela risque d’être long j’aurais probablement droit à une dose de médoc3 plus importante (ou administrée tout au long de l’opération, enfin je ne me souviens plus des mots exacts), suite à la ponction je reste en observation jusqu’en fin d’après-midi et après je sors.
Rendez-vous psy généticienne : pris pour bientôt.
Peu après, j’ai eu les résultats de la prise de sang, ils ne m’ont pas donné les chiffres mais juste leur interprétation: « réserve folliculaire excellente, ovulation de qualité tout à fait correcte »

C’est cool, j’espère que ça permettra de faire plein de beaux « brybry », et de rendre 2 ou 3 couples heureux parents!
– ah oui j’oubliais un dernier point: j’ai demandé si on pouvait savoir le nombre d’ovocytes qu’on avait prélevé, elle m’a dit que non, car en fait certaines donneuses ont très mal réagi (déprimées, désespérées de ne pas avoir fourni beaucoup d’ovocytes!) que maintenant ils préfèrent ne pas le dire.
– pour l’instant j’en ai parlé à très peu de monde, je n’ai pas envie que mes proches s’inquiètent ni de rencontrer de l’incompréhension donc je n’en parle pas. Pas envie d’avoir des discours dubitatifs pour me décourager, vu que ma décision est prise de toute façon, cela ne servirait qu’à m’énerver.
Mais quand j’aurais franchi le pas j’en parlerai!

Voilà la suite et la fin de l’aventure

J’ai donc commencé le traitement MÉDOC1 à J5, avec le stylo c’est très facile de se piquer! nickel!
Pas eu d’effet secondaires à part une légère prise de poids (finalement niveau effets secondaires c’est la pilule qui était vraiment pourrie, pas le traitement de stimulation’!).
Ensuite j’ai commencé les rendez-vous de contrôle 3 jours après le début de la stimulation, ça progressait bien, j’ai pu voir qu’il y avait pas mal de follicules. Ce n’était pas trop contraignant dans mon cas car j’étais tout près.
J’ai eu le bloquant pendant 2 jours, puis la date de ponction a été fixée. Pour la piqûre de médoc2, mon conjoint m’a aidée à faire le mélange poudre / solvant qui était un peu délicat, mais sinon je me suis piquée aussi, sans problème
La ponction c’est très bien passée, rendez-vous à 7h, ils m’ont donné des cachets pour me relaxer et un autre truc et fait une piqûre de médoc3 dans la fesse, et 1h après (le temps que ça fasse effet) ils sont venus me chercher pour la ponction (anesthésie locale donc, avec les cachetons et la piquouse de médoc3 + un peu de gaz hilarant pendant mais j’en ai presque pas pris).
Du coup j’ai bien vu ce qui se passait, j’ai entendu les « pfffhuit » à chaque fois que la gynéco aspirait un follicule, donc même s’ils ne disent pas le nombre de follicules prélevés j’ai pu constater un nombre assez impressionnant de » pfffhuit » (50??? )
Voilà, niveau douleurs ça va, c’est très supportable, douloureux quand elle a été cherché les derniers follicules qui étaient planqués mais sinon ça allait.
Mon conjoint est venu me chercher à 15h (ma sœur était venue pour nous aider à garder les enfants)
Des tiraillements dans la soirée, j’ai pris un anti inflammatoire, le lendemain, nickel, je n’aurais pas couru un marathon mais je pouvais marcher bouger sans problème!
J’ai été contente de pouvoir l’aider, de rencontrer une personne dynamique et persévérante, son mari très gentil, et j’ai trouvé le protocole médical beaucoup plus léger que je ne l’appréhendais !

laisser le votre

Laissez un commentaire !

Share This