Sélectionner une page

Enceinte après un parcours de PMA : 4 sentiments auxquels je n’avais pas été préparée

Texte écrit par Constance, fivette qui a eu un bébé après 6 ans de PMA

J’écris ce texte pour partager avec vous les sentiments que j’ai ressentis suite à ma grossesse.

J’ai toujours imaginé que le moment où je découvrais que j’étais enceinte serait un pur bonheur et à bien des égards, ce l’était. Mais après le premier élan de joie et d’enthousiasme, d’autres sentiments sont apparus, des sentiments auxquels je ne m’attendais pas.

Je savais qu’au fond de moi, l’infertilité vous changeait et que tomber enceinte n’effacerait pas miraculeusement tous les dégâts causés par un parcours de PMA. Et bien sûr, même si j’étais très heureuse de tomber enceinte, mon infertilité a créé des sentiments très inattendus, pour ne pas dire dérangeants.

LE DOUTE DE SOI

Certaines femmes ont des plans élaborés pour informer leurs proches de leur grossesse : test de grossesse positif dans une boîte, message gravé dans un biscuit, chasse au trésor…

Après avoir reçu un appel du laboratoire avec mes résultats positifs, voici comment je l’ai annoncé à mon mari : « Alors… il semblerait qu’il y ait une chance que je sois enceinte. Mais nous ne le saurons avec certitude qu’après la 2ème prise de sang ».

Nos prochaines semaines ont été une série de « nous ne saurons avec certitude qu’à partir » :

De la visibilité du sac gestationnel à l’échographie

Du moment où nous entendrons les battements de son cœur

Du moment où les symptômes de la grossesse se manifesteront.

Lorsque vous êtes habituée aux déceptions, il est vraiment difficile de se permettre un bonheur simple et sans arrière-pensée. Vous essayez de vous protéger du chagrin potentiel de fin de votre grossesse en niant même son existence.

La CULPABILITÉ

J’adore la communauté des pmettes sur les réseaux sociaux : ces femmes (et occasionnellement des hommes) sont le meilleur groupe de soutien que je puisse espérer. Ils sont toujours là les uns pour les autres, pour encourager, pour répondre aux questions et pour faire un câlin virtuel quand les choses tournent mal.

D’une certaine manière, tomber enceinte donne presque l’impression de les trahir. Nous avons souvent discuté ensemble de nos problèmes d’infertilité et du fait qu’il est très pénible de voir toutes ces annonces de grossesse, et maintenant, je suis soudain de l’autre côté. Il est injuste que tous ne reçoivent pas leur bonne nouvelle maintenant, en même temps que moi.

L’ANXIÉTÉ

Un autre effet secondaire de la participation à la communauté des pmettes est de savoir trop bien comment les choses peuvent mal tourner.

Fausse couche, œuf clair, arrêt de grossesse – vous voyez ces termes trop souvent et vous savez que cela pourrait vous arriver aussi. Chaque fois que l’un de mes symptômes de grossesse disparaissait, même pour un court instant, je craignais que cela ne signifie que la grossesse disparaîtrait avec.

Il est 22h et je ne suis pas épuisée ? J’espère que ce n’est pas un mauvais signe. Mes seins ne me faisaient pas mal quand je me suis réveillée le matin ? Mon corps doit essayer de me dire quelque chose. Au cours de mon combat contre l’infertilité, j’ai souvent mal interprété les effets secondaires des médicaments en tant que symptômes de grossesse, seulement pour découvrir qu’ils ne l’étaient pas. Maintenant, j’avais enfin des symptômes de grossesse et je ne faisais que penser à la manière dont ils pourraient partir. C’est vraiment très contradictoire, comme si je n’avais pas le droit de savourer ma grossesse.

Et il y avait un dernier sentiment auquel je n’étais pas préparée, mais alors pas du tout.

 

Le remord de l’acheteur

Oui le titre est provocateur et j’en ai conscience.

Mais connaissez ce sentiment de regret au moment où vous avez fait un gros achat ? « Attendez une minute, peut-être que ce n’était pas la bonne maison à acheter ou une offre d’emploi à accepter après tout ? »

Eh bien, il s’avère qu’après que vous ayez essayé de tomber enceinte pendant si longtemps, un succès soudain peut vous procurer ce sentiment. Une spirale de peur qui vous dit que vous avez peut-être fait le mauvais choix.

J’ai eu plus de temps que prévu pour m’habituer au style de vie confortable d’un couple sans enfants et, au cours de ce parcours, je ne pouvais m’empêcher de me demander parfois s’il s’agissait du seul style de vie que je connaitrai.

Maintenant que j’ai vu deux lignes sur le test de grossesse, les points d’interrogation n’arrêtaient pas d’arriver sans avoir été invités.

Est-ce que je veux vraiment remplacer mon style de vie actuel par une routine de changement de couches et d’allaitement ? Cela pourrait-il ruiner ma relation, ma carrière, mon corps ? Et si je devenais un mauvais parent ? Ce sont probablement des pensées que beaucoup de gens ont quand ils se rendent compte du changement radical qui va se produire dans leur vie, mais je pense que l’infertilité pourrait les exacerber, car la période précédant la grossesse est beaucoup plus longue.

Maintenant, ne vous méprenez pas, ce n’est pas moi qui me plains de ma grossesse. Je suis très heureuse que cela se produise et je sais que j’ai fait le bon choix. Cependant, je pense qu’il est important de reconnaître le « côté obscur » de la grossesse après l’infertilité et les émotions négatives qu’elle peut engendrer.

 

Conclusion

Je crois qu’être préparée à ces sentiments inattendus peuvent nous aider infertiles à sentir qu’il n’y a rien qui cloche chez nous si notre bonheur s’accompagne de beaucoup d’inquiétude. Après tout, il faut du temps pour surmonter le traumatisme qu’est l’infertilité. Et voici la bonne nouvelle : chaque jour qui passe, j’ai le sentiment que je deviens vraiment plus forte et moins traumatisée. Oui, ces sentiments sont toujours là, mais ils sont moins présents qu’ils ne l’étaient il y a quelques semaines et je trouve de plus en plus de place pour l’anticipation, la joie et l’espoir.

Je sais que je ne pourrai jamais prendre cette grossesse pour acquise ni me sentir complètement rassurée, mais j’ai la ferme intention de l’apprécier et de la chérir quand même. Et après tout, c’est peut-être la meilleure préparation que je pourrais demander à la parentalité, car c’est quoi la parentalité si ce n’est la préoccupation constante du bien-être de votre enfant ? Je ferais mieux de commencer à s’y habituer maintenant !

Constance

1 commentaire

  1. Cams

    Je me retrouve tellement dans cet article! Surtout les 3 premiers points! Ça fait du bien de le lire car ces sentiments peuvent surprendre négativement ..

    Réponse

Laissez un commentaire !

Share This