Sélectionner une page

Étude : les enfants nés par FIV s’épanouissent très bien à l’âge adulte

Autour de la trentaine, les enfants nés grâce à une FIV  seraient en meilleure santé, sauraient mieux gérer leurs relations sociales et auraient une meilleure qualité de vie que leurs homologues nés naturellement. C’est ce que révèle une étude australienne parue dans la revue Human Fertility au mois de mars.

Des études plus nombreuses sur les enfants nés par PMA que sur les adultes

Les enfants nés par PMA font l’objet d’études régulières qui montraient jusqu’à présent, qu’en général, leur santé est quelque peu plus problématique que les enfants nés naturellement en raison d’un risque plus élevé de :

  • Prématurité ;
  • Anomalies congénitales ;
  • Faible poids à la naissance.

Autant de problèmes qui peuvent conduire à des retards de développement neurologique. Au contraire, les études sur les adultes sont encore rares. C’est pourquoi l’étude australienne a un tel retentissement dans le monde de la PMA, d’autant plus que les nouvelles sont bonnes.

Comparer des adultes nés naturellement et par un protocole de FIV

Pour mener à bien cette étude sur la qualité de vie des adultes nés grâce à une FIV, le panel choisi comptait :

  • 193 personnes conçues par PMA ;
  • 86 personnes conçues naturellement.

Toutes avaient entre 22 et 35 ans, étaient nées dans l’État de Victoria en Australie et devaient répondre à un questionnaire au protocole standardisé par l’OMS permettant d’évaluer leur qualité de vie entre 18 et 28 ans puis 22 et 35 ans. Quatre domaines étaient étudiés :

  • La santé physique ;
  • La santé mentale ;
  • Les relations sociales ;
  • L’environnement.

Dans le détail, les scientifiques se sont particulièrement penchés sur :

  • Le mode de conception ;
  • L’âge de la mère à la naissance ;
  • L’orientation sexuelle ;
  • La situation financière de la famille pendant la période du collège ;
  • Leur perception personnelle de leur poids ;
  • La fréquence de leurs activités physiques intenses ;
  • La qualité de leur relation avec leurs parents ;
  • Le nombre d’amis proches.

Les résultats ont été publiés après quelques ajustements statistiques afin de prendre en compte des facteurs psychosociaux supplémentaires.

Des conclusions positives pour les jeunes adultes nés d’une FIV

Il ressort de cette étude menée par Karin Hammarberg, de l’université Monash, qu’être né par PMA peut conduire à l’épanouissement d’adultes qui présentent :

  • Moins de détresse psychologique ;
  • Une meilleure relation avec les parents ;
  • Une meilleure situation financière ;
  • Une meilleure perception de leur poids entre 18 et 28 ans.

Pour expliquer ces résultats, les chercheurs avancent l’hypothèse d’un investissement parental plus important dans le cas des enfants nés par PMA. En effet, les parents qui passent par la science pour concevoir un enfant ont davantage tendance à adopter une éducation dite « autoritaire », qui implique une plus haute exigence envers les enfants mais aussi davantage de soutien apporté par les parents que par rapport à une éducation dite « libertaire ». Or, il est déjà établi dans le milieu de la recherche que ce type d’éducation conduit les enfants à prendre moins de risques et à faire preuve d’une meilleure adaptation psychosociale en grandissant.

Télécharger l’étude au format pdf

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Découvrez le carnet FIV Colibri

Le kit de survie à la PMA

Share This