Choix de page

Comment arrêter le tabac avant une FIV ?

Si la cigarette est désormais perçue par tous comme une cause majeure de cancer du poumon, les personnes qui connaissent ses effets sur la fertilité sont encore rares. Selon l’Inpes, 30% des femmes et 44% des hommes entre 20 et 34 ans sont fumeurs. Or, la fumée du tabac touche directement la fertilité des hommes comme des femmes.

Les méfaits du tabac sur la fertilité féminine

Fumer a des conséquences importantes sur la reproduction humaine, à de nombreux niveaux. Ainsi, chez les femmes fumeuses :

  • La paroi utérine et le flux sanguin dans l’utérus sont de moins bonne qualité. Tous deux sont indispensables à la nidation de l’embryon. Les femmes qui fument peuvent avoir besoin de trois à quatre fois plus de temps pour concevoir que les non-fumeuses.
  • La ménopause survient précocement, en moyenne deux à trois ans plus tôt.
  • Les composés nocifs du tabac (environ 4000 !) peuvent altérer l’ADN du fœtus et ainsi augmenter le risque de fausse-couche.

Les chances de grossesse diminuent donc considérablement chez la femme fumeuse. Le tabac touchant à la nidation, il en découle que l’arrêt de la cigarette doit se faire avant de chercher à tomber enceinte.

Le tabac est aussi nocif pour la fertilité masculine

Chez l’homme, la toxicité du tabac impacte directement les spermatozoïdes :

  • Ils sont moins rapides
  • Ils sont moins nombreux
  • Ils présentent une forme atypique qui complique l’étape de la fécondation

Comme du côté féminin, mieux vaut donc arrêter de fumer avant les essais bébé.

La FIV fonctionne moins bien chez les fumeuses

Dans le cadre d’une FIV, les chiffres apportés par de nombreuses études contribuent à mettre en évidence le caractère nocif du tabac :

  • A chaque nouvelle tentative de FIV, une fumeuse perd 15 % de chance de tomber enceinte.
  • Chez les non-fumeuses, l’étape de la ponction après la stimulation ovarienne donne en moyenne 10 ovocytes, contre 7 pour les fumeuses qui dépassent les 15 cigarettes journalières.
  • Les trompes sont atteintes par les effets du tabac : 34% des non-fumeuses, 5% des anciennes fumeuses et 62% des fumeuses souffrent d’infertilité tubaire.

Par ailleurs, le tabac est un facteur d’échec de FIV plus important encore que l’âge. En effet, une étude a montré que des femmes jeunes et fumeuses rencontraient plus de difficultés lors de la nidation de l’embryon que des femmes moins jeunes mais non-fumeuses.

L’écart à l’égard de la FIV entre fumeuses et non-fumeuses devient particulièrement flagrant à partir de dix cigarettes par jour.

Trouvez votre solution pour arrêter de fumer

Plusieurs méthodes existent pour arrêter de fumer, et chaque personne y est plus ou moins sensible et doit trouver celle qui fonctionne le mieux pour elle :

  • Remplacer la nicotine à l’aide de patchs, pastilles, chewing-gums, cigarette électronique… Leur efficacité étant similaire, le choix est basé sur votre mode de vie. Comptez environ douze semaines pour le sevrage, que vous avez trois fois plus de chances de réussir avec un substitut nicotinique que par un arrêt brutal de la cigarette. Et c’est sans accoutumance !
  • Passer par une séance de vingt minutes d’acupuncture : c’est en général le temps qu’il faut pour mettre fin à votre addiction au tabac ! Après un entretien avec l’acupuncteur, qui relève vos différentes habitudes de vie et éventuelles contre-indications à cette méthode, le médecin insère des aiguilles de chaque côté du nez ou passe par le pavillon de l’oreille.
  • Accéder à votre inconscient par l’hypnose pour éliminer les habitudes inutiles qui vous gênent, comme l’addiction à la cigarette. Selon sa méthode, le praticien peut utiliser la suggestion pour vous pousser à changer de comportement, vous faire imaginer ce que serait la vie sans tabac ou vous faire voir la cigarette sous un nouvel angle. Une séance en plus de la rencontre préalable avec l’acupuncteur suffit généralement.
  • Recevoir une piqûre homéopathique grâce à la mésothérapie pour mettre fin à votre envie de fumer, de grignoter et à la sensation de manque. Ce mélange introduit directement dans le sang rend moins irritable et dégoûte proprement de la cigarette. La mésothérapie est remboursée par la Sécurité Sociale si elle est effectuée par un professionnel qui détient le diplôme correspondant (DIU).

Dans tous les cas, même en cas d’arrêt, il faut toutefois garder en tête que votre corps a déjà été impacté par votre tabagisme au cours des années précédentes et que votre appareil reproducteur garde des séquelles. Cependant, les chances de grossesse augmentent à nouveau dès l’arrêt du tabac.

 

Article sur les conséquences du tabagisme sur la fertilité

 

Laissez un commentaire !

Share This