Choix de page

Le spermocytrogramme

Le bilan du sperme intègre le spermocytogramme. Il s’agit de l’analyse de la morphologie des éléments constituant un spermatozoïde.

L’analyse de la forme du spermatozoïde

Trois éléments constituent les spermatozoïdes : le flagelle, la tête et la pièce intermédiaire. Le spermocytogramme permet d’analyser la constitution des spermatozoïdes de manière à constater d’éventuelles anomalies.

La tête est de forme ovale et doit être dotée d’un contour régulier. Les deux parties qui constituent la tête du spermatozoïde sont l’acrosome et le noyau. L’acrosome se situe dans la partie distale est mesure environ un tiers de la tête. Le noyau devra occuper les deux tiers de l’espace restant.

Le flagelle, qui est en réalité la queue du spermatozoïde, est aussi sa partie la plus fine. Il mesure environ 50 micromètres et lui permet de se mouvoir. La pièce intermédiaire lie la tête au flagelle par la partie axiale. Elle est linéaire et représente une fois et demie la taille de la tête. L’épaisseur de la pièce intermédiaire se situe idéalement entre celle du flagelle et celle de la tête.

La classification de Kruger

Recommandée par l’Organisation mondiale de la santé, la classification de Kruger est généralement employée pour décrire les anomalies présentes sur les spermatozoïdes, que l’on appelle aussi « atypies ». Une autre classification –celle de David modifiée- est encore souvent utilisée.

La classification de Kruger regroupe quatre classes d’anomalies selon leur ordre d’importance :

  • Les anomalies de l’acrosome ;
  • Les anomalies de la tête ;
  • Celles de la pièce intermédiaire ;
  • Les anomalies du flagelle.

Pour chaque spermatozoïde, l’absence ou la présence d’anomalies de chaque classe est recensée. Lorsqu’on remarque une absence totale d’anomalies, on qualifie le spermatozoïde de typique ou de normal. Au contraire, une seule anomalie suffit à définir le spermatozoïde d’atypique.

 

La classification de David modifiée

La classification de David modifiée ne fonctionne pas de la même manière. L’ensemble des anomalies qui peuvent être observées pour un spermatozoïde sont recensées. Celle-ci comptabilise sept anomalies de la tête, trois de la pièce intermédiaire et cinq du flagelle.

L’analyse des spermatozoïdes

Le sperme humain présente une absence d’homogénéité dans sa forme. Compte tenu de la faible fréquence des anomalies, l’observation de cent spermatozoïdes est nécessaire au minimum. Cela permet de produire une évaluation représentative des spermatozoïdes typiques et atypiques, et d’établir leur profil.

Il peut être difficile de respecter cette recommandation notamment lorsque l’éjaculat présente de faibles concentrations en spermatozoïdes. Dans ce cas, la classification est faite sur la base de l’observation d’une cinquantaine d’unités. Les conclusions des analysent tiendront compte de la fiabilité diminuée du test réalisé dans ces conditions particulières.

Les résultats et leur interprétation

La morphologie du sperme est considérée comme normale dès lors que la présence d’au moins 4 % de spermatozoïdes typiques est relevée (en fonction des critères de la classification de Kruger). Elle sera de 15 % si l’analyse porte sur une classification de David modifiée. Lorsque la morphologie du spermatozoïde est altérée, on parle alors de tératospermie.

Enfin, si le nombre de spermatozoïdes typiques atteint les 14 % (toujours selon les critères Kruger), il représente un excellent pronostic. En dessous de la barre des 4%, les taux de fécondation s’amenuisent  tout comme les chances de démarrer une grossesse.

Sperme anormal

Chaque anomalie du spermogramme dans le cas d’un sperme anormal pourra exister de manière indépendante ou au contraire, s’associer avec d’autres anomalies. La combinaison de plusieurs anomalies est souvent observée : l’OATS (oligoasthénotératospermie). Elle correspond à une combinaison entre une oligospermie (faibles quantités de spermatozoïdes), une asthénospermie (mobilité insuffisante des spermatozoïdes) et une tératospermie (morphologie altérée des spermatozoïdes).

Laissez un commentaire !

Share This