Choix de page

Statistiques

Deux intervenants :

1.Le registre national de l’association FIVNAT (1986-2005)

Un recueil des données organisé par les centres eux-mêmes

Jusqu’à la création de l’Agence de la biomédecine et ce, malgré les demandes réitérées de nombreux praticiens, il n’existait pas de statistiques officielles de l’AMP en France. À défaut, un grand nombre de centres (les trois quarts d’entre eux environ) se sont rassemblés pour créer l’association FIVNAT. Depuis 1986, l’association s’est donné pour mission de rassembler et d’analyser, en partenariat avec l’INSERM, les données qu’elle recevait.

Bien qu’il soit difficile de comparer des centres qui n’utilisent pas les mêmes méthodes statistiques, FIVNAT a été la meilleure source d’information sur le sujet jusqu’à la création de l’Agence de la biomédecine. Entité indépendante, cette dernière, a pris le relais du recueil des données en novembre 2006.

Liens rapports bilan de l’AMP en France : bilans de 1995 à 2002 :

Les Bilans annuels de FIVNAT

Les Bilans annuels de FIVNAT

2.L’ Agence de Biomédecine : le registre national des FIV (2006 à nos jours)

A repris le relais de recueil des données en créant le registre national des FIV

La loi de bioéthique de 2004 a confié à l’Agence de la biomédecine la mission de suivre et d’évaluer qualitativement et quantitativement les activités cliniques et biologiques d’AMP.

Depuis novembre 2006, l’Agence a donc repris l’activité de recueil des données individuelles relatives aux tentatives de fécondation in vitro (FIV) en France, auparavant assurée par l’association FIVNAT.

Dans le cadre du partenariat étroit qu’elle a établi avec l’association FIVNAT, l’Agence de la biomédecine a assuré la continuité de la réalisation des rapports annuels en contribuant au recueil des années 2003, 2004 et 2005 : les années 2003 et 2004 ont été traitées par FIVNAT, 2005 par l’Agence de la biomédecine.

L’Agence a mis également en place un nouveau registre national défini comme “le recueil continu et exhaustif de données nominatives” concernant le couple, le déroulement de la tentative de FIV, le suivi de la grossesse et l’accouchement jusqu’à la naissance du ou des enfants.

Les rapports annuels d’activité des centres d’AMP n’autorisent, en effet qu’une analyse statistique succincte. Le recueil de données individuelles peut, lui, permettre une analyse plus approfondie, notamment en ce qui concerne les taux de succès des fécondations in vitro (FIV) en fonction de différents facteurs dont l’âge.

Plus d’infos sur le registre national des FIV

Afin de faire des recommandations

L’Agence dispose donc chaque année des données agrégées exhaustives des centres d’AMP mais elles ne permettent pas de prendre en compte les spécificités liées aux patients et à la stratégie de prise en charge des couples propres à chaque centre d’AMP. L’Agence a donc souhaité créer un registre national des FIV qui permettrait de recueillir de façon exhaustive des données relatives au couple, au déroulement de chacune de ses tentatives de FIV afin d’analyser son parcours en AMP. Elle a donc souhaité collaboré avec l’association professionnelle FIVNAT qui a constitué le premier registre épidémiologique de FIV au monde.

Les objectifs de ce registre sont  de décrire de façon exhaustive les activités de FIV en France (rapport annuel d’activité de l’Agence, analyses régionales…), d’évaluer les résultats en prenant en compte l’ensemble des facteurs liés:

–  à  la femme (âge consommation de tabac, indication de l’infécondité,…)

–  à l’homme (consommation de tabac, indication de l’infécondité,…)

–  à la tentative elle-même (rang de la tentative, origine des gamètes, technique utilisée, qualité des embryons…)

Elle permettra de connaître le parcours de soins suivi par un couple donné, sur plusieurs années, tentatives par tentatives, dans différents centres si nécessaire et de proposer des recommandations en vue de l’amélioration de la pratique clinique pour le bénéfice du patient.

Lien chiffres et bilans :

Activité d’Assistance Médicale à la Procréation 2012 sur l’année 2011

Cliquez pour y accéder

resultats 2011 abm

 

Activité d’Assistance Médicale à la Procréation 2011 sur l’année 2010

Cliquez pour y accéder

Activité d'Assistance Médicale à la Procréation 2010

Activité d’Assistance Médicale à la Procréation 2010

Activité d’Assistance Médicale à la Procréation 2010 sur l’année 2009

Cliquez pour y accéder

Activité d'Assistance Médicale à la Procréation 2009

Activité d’Assistance Médicale à la Procréation 2009

Les résultats de chaque centre

C’est le sujet qui divise la classe médicale et fait polémique.

Faut il ou non rendre disponible les résultats pour chaque centre comme le fait par exemple le Royaume Uni  ou les Etats Unis ?

Voici les arguments des pour :

– Disparité importante du taux de succès en fonction des centres

– Disparité dans le traitement et le process des laboratoires

– Soutien aux plus mauvais élèves

Et les arguments des contre :

– Sur quels critères présenter les résultats ? Sur les ponctions ? Les transferts ? Chaque cas est unique.

– Va fragiliser les centres les plus mauvais

Accéder aux classements de Juin et Juillet 2013 de l’Express et de l’ Agence de Biomédecine

Un seul classement a été publié par Science et Avenir et est complètement obsolète puisqu’il date d’octobre 1998.

Le voici, mais il n’a pas grand intérêt en 2013 :

Classement Science et avenir octobre 1998

En couverture Sciences & Avenir- 10/1998- N°620 – page 54

 

Le Palmarès de la fécondation in vitro

Rang Etablissement Nombre de ponctions Nombre de grossesses Taux de réussite

1er Clinique Belledonne, Saint-Martin-d’Hères (Isère) 261 85 32,6%

2e CHU de Besancon (Doubs) 248 75 30,2%

3e Polyclinique (CHU), Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) 409 120 29,3%

4e Hôpital Antoine-Béclère (AP-HP), Clamart (Hauts-de-Seine) 390 111 28,5%

5e CHU de Caen (Calvados) 267 75 28,1%

6e Polyclinique Courlancy, Reims (Marne) 298 80 26,8%

7e Hôpital de la Conception (APM), Marseille (Bouches-du-Rhône) 419 108 25,8%

8e CHU de Grenoble (Isère) 113 29 25,7%

9e Clinique Pierre-Cherest, Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) 1127 289 25,6%

10e Institut mutualiste Montsouris, Paris XIVe 232 59 25,4%

11e Clinique de la Dhuys, Bagnolet (Seine-Saint-Denis) 345 87 25,2%

12e Clinique Saint-Antoine, Bois-Guillaume (Seine-Maritime) 526 131 24,9%

13e Hôpital Edouard-Herriot (HCL), Lyon (Rhône) 321 78 24,3%

14e Clinique Michelet*, Saint-Etienne (Loire) 149 36 24,2%

15e Clinique Sainte-Marie-Thérèse (Irerh), Bron (Rhône) 670 151 22,5%

16e Hôpital Saint-Joseph, Marseille (Bouches-du-Rhône) 264 59 22,3%

16e Clinique Saint-Jean-Languedoc, Toulouse (Haute-Garonne) 273 61 22,3%

16e Hôpital américain*, Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) 776 173 22,3%

19e Maternité hôpital Sainte-Croix, Metz (Moselle) 321 71 22,1%

20e Polyclinique de l’Atlantique, Saint-Herblain (Loire-Atlantique) 274 60 21,9%

21e CH de Poissy (Yvelines) 335 73 21,8%

22e Clinique Pasteur Saint-Esprit, Brest (Finistère) 235 51 21,7%

23e Polyclinique du Bois (Eparp), Lille (Nord) 480 102 21,3%

24e CH de Sèvres (Hauts-de-Seine) 377 80 21,2%

24e Hôpital Tenon (AP-HP), Paris XXe 520 110 21,2%

26e Clinique Wulfran-Puget (Imr), Marseille (Bouches-du-Rhône) 772 163 21,1%

27e Maternité Adolphe-Pinard, Nancy (Meurthe-et-Moselle) 243 51 21,0%

28e CHU de Tours (Indre-et-Loire) 371 77 20,8%

28e Polyclinique Notre-Dame, Valence (Drôme) 212 44 20,8%

30e Ifreares, Bordeaux (Gironde) 481 98 20,4%

31e Hôpital Saint-Vincent-de-Paul (AP-HP), Paris XIVe 182 37 20,3%

32e CHU de Montpellier (Hérault) 360 72 20,0%

33e Hôpital de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP), Paris XIIIe 337 66 19,6%

34e Clinique Francheville, Périgueux (Dordogne) 187 36 19,3%

35e CHU de Rennes (Ille-et-Vilaine) 255 49 19,2%

36e Hôpital Cochin (AP-HP), Paris XIVe 477 91 19,1%

37e Clinique mutualiste La Sagesse, Rennes (Ille-et-Vilaine) 390 74 19,0%

38e Hôpital européen la Roseraie, Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) 257 48 18,7%

39e CHU de Brest (Finistère) 159 29 18,2%

39e CHU de Reims (Marne) 220 40 18,2%

41e CHU d’Angers (Maine-et-Loire) 155 28 18,1%

42e Centre de Recherche et d’Etude de la Stérilité, Lyon (Rhône) 162 29 17,9%

42e CHU d’Amiens (Somme) 319 57 17,9%

44e Polyclinique Urbain V, Avignon (Vaucluse) 129 23 17,8%

44e Clinique Saint-Georges* (Anets), Nice (Alpes-Maritimes) 219 39 17,8%

44e Clinique Lagrange, Pau (Pyrénées-Atlantiques) 236 42 17,8%

47e CMC-Obstétrical, Schiltigheim (Bas-Rhin) 726 128 17,6%

48e Centre d’AMP du Val-d’Oise (cl. du Parisis), Cormeilles-en-Parisis (Val-d’Oise) 315 55 17,5%

49e Hôpital Jean-Verdier (AP-HP), Bondy (Seine-Saint-Denis) 302 52 17,2%

50e CH du Havre (Seine-Maritime) 166 28 16,9%

51e Clinique de Montplaisir, Lyon (Rhône) 219 36 16,4%

52e CHU de Nîmes (Gard) 191 31 16,2%

52e CMC Parly II, Le Chesnay (Yvelines) 228 37 16,2%

52e Hôpital des Diaconesses, Paris XIIe 185 30 16,2%

55e CHU de Nantes (Loire-Atlantique) 251 38 15,1%

55e Hôpital Jeanne-de-Flandres (CHU), Lille (Nord) 543 82 15,1%

57e CHU de Poitiers (Vienne) 148 22 14,9%

58e Clinique Jeanne-d’Arc, Le Port (la Réunion) 288 42 14,6%

59e Clinique de la Muette, Paris XVIe 591 85 14,4%

60e CHU de Bordeaux, service de Gynécologie-obstétrique B et C (Gironde) 157 22 14,0%

61e Clinique du Parc, Chambray-les-Tours (Indre-et-Loire) 121 16 13,2%

61e CHU de Toulouse (Haute-Garonne) 517 68 13,2%

63e Clinique du Tertre-Rouge, Le Mans (Sarthe) 282 36 12,8%

63e CHU de Nice (Alpes-Maritimes) 290 37 12,8%

65e CHU de Bordeaux, service de Gynécologie-obstétrique A (Gironde) 231 25 10,8%

66e Clinique les Rosiers, Les Abymes (Guadeloupe) 127 9 7,1%

 

Le Palmarès de l’ICSI

Rang Etablissement Nombre de ponctions Nombre de grossesses Taux de réussite

1er Clinique Saint-Antoine, Bois-Guillaume (Seine-Maritime) 295 101 34,2%

2e Maternité Adolphe-Pinard, Nancy (Meurthe-et-Moselle) 205 69 33,7%

3e Clinique Belledonne, Saint-Martin-d’Hères (Isère) 148 48 32,4%

3e Polyclinique du Bois (Eparp), Lille (Nord) 216 70 32,4%

5e Institut mutualiste Montsouris, Paris XIVe 254 81 31,9%

6e Ifreares, Bordeaux (Gironde) 308 97 31,5%

6e Hôpital de la Conception (APM), Marseille (Bouches-du-Rhône) 162 51 31,5%

8e Clinique Pierre-Cherest, Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) 1207 371 30,7%

9e CHU de Bordeaux, service de Gynécologie-obstétrique A (Gironde) 147 42 28,6%

10e Clinique de la Dhuys, Bagnolet (Seine-Saint-Denis) 283 80 28,3%

11e CH de Poissy (Yvelines) 200 54 27,0%

11e Clinique mutualiste La Sagesse, Rennes (Ille-et-Vilaine) 315 85 27,0%

13e Hôpital Edouard-Herriot (HCL), Lyon (Rhône) 292 77 26,4%

14e Hôpital Américain*, Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) 849 218 25,7%

15e Maternité hôpital Sainte-Croix, Metz (Moselle) 215 55 25,6%

16e Hôpital Jeanne-de-Flandres (CHU), Lille (Nord) 294 70 23,8%

16e Clinique Sainte-Marie-Thérèse (Irerh), Bron (Rhône) 248 59 23,8%

18e Hôpital Cochin (AP-HP), Paris XIVe 350 81 23,1%

19e Clinique Wulfran-Puget (Imr), Marseille (Bouches-du-Rhône) 646 147 22,8%

20e Polyclinique (CHU), Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) 213 48 22,5%

21e CHU de Montpellier (Hérault) 128 28 21,9%

22e Clinique Pasteur Saint-Esprit, Brest (Finistère) 147 31 21,1%

23e CH de Sèvres (Hauts-de-Seine) 224 47 21,0%

24e Polyclinique Courlancy, Reims (Marne) 152 31 20,4%

25e Clinique du Tertre-Rouge, Le Mans (Sarthe) 263 53 20,2%

26e CHU de Tours (Indre-et-Loire) 185 35 18,9%

27e Hôpital Antoine-Béclère (AP-HP), Clamart (Hauts-de-Seine) 282 52 18,4%

28e CMC-Obstétrical, Schiltigheim (Bas-Rhin) 405 74 18,3%

29e CHU de Toulouse (Haute-Garonne) 192 35 18,2%

30e Centre d’AMP du Val-d’Oise (cl. du Parisis), Cormeilles-en-Parisis (Val-d’Oise) 114 20 17,5%

31e CHU de Rennes (Ille-et-Vilaine) 255 43 16,9%

32e Hôpital Tenon (AP-HP), Paris XXe 217 36 16,6%

33e Clinique de la Muette, Paris XVIe 281 44 15,7%

34e CHU d’Amiens (Somme) 283 39 13,8%

35e CHU de Nantes (Loire-Atlantique) 249 33 13,3%

 

Comment lire les tableaux

 

« Notre analyse porte sur les 88 centres cliniques de Procréation médicalement assistée (PMA) de métropole et des Dom-Tom ayant adressé à l’association Geff-Fivnat leurs résultats pour l’exercice 1996. Pour tenir compte des fluctuations statistiques, nous avons retenu uniquement les centres dont les taux de succès avaient une précision suffisante (« intervalle de confiance » de + ou

-8 %). Nous publions les résultats des 66 centres pratiquant la Fiv et des 35 centres pratiquant l’ICSI répondant à ce critère. Toutefois les données contenues dans ces deux tableaux reflètent de façon incomplète le degré d’évaluation des centres cliniques de Fiv et d’ICSI. Ces résultats dépendent de nombreux paramètres liés tant aux caractéristiques des couples (leur âge, la cause de leur infertilité) qu’à la pratique des centres.

Les comparaisons entre centres cliniques pratiquant l’une ou l’autre de ces techniques de PMA doivent donc être entreprises avec précaution. Beaucoup de facteurs qui contribuent au taux de réussite peuvent avoir changé, pour le meilleur ou pour le pire, entre 1996 et 1998. Le personnel peut être différent, l’équipement peut ou non avoir été mis à niveau. Le taux de réussite pour 1996 peut donc ne pas refléter celui de 1997 ou de 1998.

Certains centres cliniques prennent en charge un nombre plus élevé que la moyenne de patients ayant des problèmes difficiles de stérilité. Certains centres sont volontairement désireux d’offrir les techniques de PMA au plus grand nombre d’usagers, même ceux qui présentent une faible probabilité de succès. D’autres découragent de tels patients ou au contraire les encouragent à utiliser des embryons de donneurs, qui offrent des possibilités de succès plus élevées chez les femmes de plus de 35 ans. Les centres qui acceptent un pourcentage plus important que la moyenne de femmes ayant subi des échecs répétés de fécondation artificielle antérieure ont en général un taux de réussite plus bas que ceux les refusant. Enfin certains centres peuvent augmenter leur taux de réussite en offrant des techniques de PMA à des patientes qui seraient devenues enceintes avec des traitements de la stérilité plus simples. »

Source : bilan Geff-Fivnat 1996, centres cliniques.

Laissez un commentaire !

Share This