Choix de page

Le kit de survie à la FIV : 10 conseils à connaitre

Le kit de survie à la FIV : 10 conseils à connaitre

Article rédigé et proposé par une fivette de forum.fiv.fr

Je n’oublierai jamais quand je me suis réveillée le premier matin de mon traitement de FIV. C’était comme le matin de Noël et la pire journée de ma vie en même temps !
S’il est possible d’être accablée, nauséeuse, terrifiée, excitée et nerveuse à la fois, alors c’est ce que j’étais. J’étais allongée sur le lit et je sanglotais pendant que mon mari préparait ma première injection de Puregon. Il y avait tellement d’espoir en jeu. Mais j’ai fait cette injection et toutes celles qui ont suivi . Et neuf mois plus tard, j’ai mis au monde un bébé en bonne santé.

Je ne suis pas une experte, mais grâce à notre expérience de la FIV, j’en connais maintenant un rayon. J’ai déjà partagé mon parcours sur le forum, exposant la réalité de ce traitement souvent isolant et dans l’espoir de pouvoir aider d’autres femmes et d’autres couples dans leur parcours.

Les jours et les semaines avant la date de début de votre traitement, faites-vous plaisir et soyez aussi prêts que possible ! Si vous vous lancez dans un traitement de FIV pour la première fois, il est difficile de savoir ce qui vous attend, mais je peux en tous cas partager mon expérience et vous donner quelques conseils qui nous ont aidé et qui vous aideront certainement aussi !

1. Un partenaire qui vous soutient

Je ne vais pas vous en faire tout un roman à l’eau de rose, mais sérieusement, la FIV peut vous rendre plus forts ou vous détruire. Je n’aurais absolument pas pu faire tout cela sans mon mari. Il m’a laissé pleurer, être en colère, de mauvaise humeur, triste, ou stressée ou peu importe, ce dont j’avais besoin certains jours afin de simplement pouvoir aller mieux. Il est venu à tous les rendez-vous, a géré chaque injection et m’a dit plusieurs fois « merci » « on peut arrêter si tu veux » et m’a répété combien il était fier de moi. Je ne crois pas qu’ils en vendent des comme ça à tous les coins de rue, mais si en plus il vient avec vous pour les courses, c’est une raison de plus pour le garder ! Si vous n’avez pas de partenaire dans ce parcours, trouvez un ami ou un membre de votre famille qui peut vous apporter l’amour et les mots  réconfortants dont vous aurez besoin.

compagnon

2. Un ventilateur

Pour l’amour de Dieu, achetez un ventilateur ! Et veillez à ce que la clim dans votre maison et votre voiture fonctionne correctement. Vous aurez envie de beaucoup d’air frais. Quand vous aurez ces bouffées de chaleur (pour moi c’était à partir du septième jour de Puregon) vous aurez envie d’être nue comme un ver et d’un ventilateur aussi près que possible de votre lit, mais pas au-dessus. Il m’est même arrivé de me mettre sous le flux d’air de la clim du bureau !

3. Des siestes

J’espère que vous travaillez dans un environnement flexible ou que votre chef est compréhensif. Essayez de travailler de chez vous quelques jours (le télétravail se développe à ce qu’il parait) ou d’ajuster vos horaires pour venir plus tôt ou rester plus tard (en veillant à ne pas changer votre horaire d’injection). Les jours où vous aurez besoin de faire une sieste (et vous en aurez !) vous serez bien contente de pouvoir la faire. Ne luttez pas contre ce besoin. Votre corps est mis à rude épreuve et il vous hurle qu’il a besoin d’une pause. J’ai aussi dormi environ 30 minutes de plus chaque matin et ça a fait une énorme différence ! Donnez à votre corps le repos dont il a besoin, dès que vous pourrez.

sieste

4. Des pédicures

J’ai me suis fait une soirée pédicure le 10ème jour et c’était la meilleure chose que j’ai pu faire pour moi-même. J’ai savouré chaque minute de la pédicure, j’étais juste assise en arrière et j’ai laissé l’anxiété glisser sur moi. Remplacez la pédicure par un massage, un soin du visage, un nouveau livre, un cours de yoga ou quoi que ce soit qui puisse vous faire plaisir.

5. Un endroit dédié

Je ne voulais pas que la FIV envahisse toute notre maison. Je travaille à la maison, et je travaille uniquement dans mon bureau. Je n’en emmène jamais dans ma chambre, ni dans mon salon ou n’importe quel autre endroit où je veux me sentir « chez moi ». J’ai appliqué le même fonctionnement pour la FIV. J’ai gardé un panier avec toutes notre matériel (médicaments, tampons imbibés d’alcool, pansements, stylos, aiguilles, etc.) sur une étagère de notre salle de bains. Les injections étaient UNIQUEMENT préparées dans notre salle de bains et faites seulement sur le lit. J’avais l’impression de garder la situation sous contrôle comme ça.

6. Le matériel pour les injections

J’ai commencé à rassembler du matériel des semaines avant que les injections pour la FIV ne commencent. J’ai fait quatre magasins avant de trouver les pansements que je voulais (des petits carrés d’environ 1 cm, parfaits pour les injections). J’ai acheté un paquet de boules de coton, pour appuyer et nettoyer après les injections. J’ai acheté une boîte de tampons imbibés d’alcool. J’ai mis tout cela dans notre panier. Quand j’ai récupéré nos boites de médicaments, je les ai ajoutés au panier et ai mis le planning prévisionnel juste à côté.

panier

7. De quoi grignoter

Je ne savais pas si j’aurais envie de grignoter ou pas, alors j’ai fait le plein de mes sucettes bios préférées et de quelques barres de chocolat noir bio. Je voulais juste avoir un petit quelque chose que j’aimais sous la main au cas où j’en aurais besoin, mais je ne voulais pas sacrifier ma santé pour de la malbouffe. Les sucettes l’on carrément fait !!

8. Du paracétamol

Et beaucoup. J’étais tellement endolorie, assommée et courbaturée certains jours, que le paracétamol m’a un peu soulagée. Je ne dirais pas que ça a tout réglé, mais ça m’a aidé à ne pas sauter à la gorge de quelqu’un ! Assurez-vous néanmoins que c’est compatible avec le protocole que votre médecin vous a prescrit.

9. Des feutres

Quand les injections ont commencé (des aiguilles parfois très longues et épaisse) mon mari a mal visé plusieurs fois et s’est plus approché de mes hanches que du centre de ma fesse Notre infirmière a tracé un cercle sur chacune de mes fesses pour servir de cible. Il n’a plus mal visé par la suite. J’espère que cette astuce vous évitera du temps de perdu et de la douleur inutile.

10. Le dîner

Que vous ayez des plats de prêts au frigo, des amis qui vous organisent des livraisons de repas, ou juste l’intention d’aller voir votre vendeur de sushis préféré régulièrement, n’oubliez pas de prévoir ce que vous allez manger. Je vous promets qu’il y aura des nuits où vous vous aurez envie de manger un bœuf, d’autres nuits où la nourriture vous dégoûtera et d’autres où vous aurez envie que quelqu’un d’autre cuisine… peu importe.

diner

2 Commentaires

  1. Celine

    Bonjour Aurelie 🙂
    Je fais aussi ma premiere fiv, j’ai commencé les injection hier.
    Tout devrais se dérouler 2eme semaine de novembre pour la ponction et le transfert.
    Quesque ça a donné pour ta deuxième fiv ?

    Réponse
  2. Aurélie

    Merci pour ces précieux conseils qui me parlent beaucoup surtout après une 1ère FIV !! (qui a malheureusement été un échec mais je suis à présent en attente d’un transfert d’embryon)

    Réponse

Laissez un commentaire !

Share This
ae124cfa24fe588efd4de74d87524cddO