Tout savoir sur la Fécondation In Vitro

La FIV ICSI

 

L’innovation qui a véritablement révolutionné la pratique de la FIV est connue sous le sigle ICSI (Injection intra-cytoplasmique).

Cette technique consiste à injecter un spermatozoïde unique directement dans le cytoplasme de l’ovule. La fécondation est donc forcée, le spermatozoïde étant amené directement là où il doit aller.

Rapide historique

Ovocyte et avancée des techniques

Les travaux ayant conduit à la mise au point de cette technique ont débuté dès la fin des années 1980, des scientifiques ayant développé et amélioré des méthodes de micromanipulation des gamètes.

Au début, les chercheurs n’avaient pas grande idée de la quantité de manipulations que l’ovule pourrait supporter. Les premières tentatives furent donc réalisées avec une certaine prudence et restèrent en dehors de la précieuse cellule reproductrice.

La première méthode mise en œuvre fut la PZD (Partial Zona Drilling) : elle consistait à ouvrir dans la zone pellucide une petite brèche de façon mécanique ou chimique.

Un pas de plus fut franchi avec la méthode SUZI (Subzonal Insertion) : là, quelques spermatozoïdes étaient directement instillés sous la zone pellucide au contact de la membrane plasmique.

La première ICSI est due à un geste fortuit d’un jeune médecin italien. Giancarlo Palermo était venu compléter sa formation au Centre de médecine reproductive de l’université libre de Bruxelles. En 1991, à l’occasion d’une tentative de SUZI, il perfore accidentellement la membrane plasmique d’un ovocyte et injecte involontairement un spermatozoïde dans le cytoplasme.

Après avoir obtenu ainsi quatre grossesses, Palermo et ses collègues publient, en juillet 1992 un article fondateur, la nouvelle technique est alors baptisée ICSI.

Avantages

Les avantages de cette nouvelle technique réside dans le taux beaucoup plus élevé du taux de fécondation. L’annonce de cette nouvelle technique a alors été perçue avec méfiance par la communauté scientifique.

 

L’ICSI est dorénavant pratiquée en France par tous les centres d’AMP. Elle se justifie notamment dans les situations où il est difficile d’obtenir du partenaire masculin une quantité de spermatozoïdes suffisante et de qualité.

En pratique

Il s’agit d’une intervention très délicate, même entre des mains très expertes.

La différence avec une FIV classique se fait au moment du processus de fécondation.

icsi-micro

En effet, dans l’ICSI, on injecte directement un spermatozoïde unique dans chaque ovocyte. Cette micro-injection est faite sous microscope extrêmement puissant avec un dispositif de grande précision (deux micromanipulateurs).Ces micromanipulateurs qui sont en réalité deux grandes aiguilles de verre (micropipettes) retranscrivent les gestes du laborantin à l’échelle de la cellule.

 

 

 

 

 

 

ICSI2

La première est une pipette de contention (par aspiration) qui a pour rôle de maintenir fermement l’ovocyte pendant l’injection.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

etape 4 ICSI

La seconde est une pipette d’injection, laquelle immobilise le spermatozoïde en appuyant sur sa flagelle, puis elle l’aspire pour venir dans un deuxième temps l’injecter à l’intérieur de l’ovocyte, le plus délicatement possible.

 

 

Le choix de ce spermatozoïde se fait sur plusieurs critères, l’essentiel étant sa mobilité et sa morphologie.

 

 

 

 

 

L’IMSI

IMSI (2)Il est à noter qu’est apparue il y a quelques années une variante de l’ICSI : l’IMSI  (Injection Magnifiée de Spermatozoïde). Le principe de fécondation est le même, la différence réside dans le grossissement du microscope qui est jusqu’à x10000 fois pour l’IMSI contre x2000 à x4000 pour l’ICSI. A ce grossissement, il est possible de  voir certaines structures de la tête du spermatozoïde alors qu’elles ne l’étaient pas.

Par exemple, la structure de la tête. Si elle présente des vacuoles (sortes de petits cratères), cela laisse supposer qu’il est probable que la fragmentation de l’ADN du sperme soit trop importante pour permettre un embryon viable à terme.

 

La technique d’après les dernières études publiées semble augmenter le taux d’implantation et diminuer le taux de fausses couches.

Cette technique est recommandée dans des cas de forte altération du sperme, laquelle se matérialise via un taux élevé de fragmentation de l’ADN (supérieur à 30%) et un test préliminaire (Pré IMSI) dénombrant de nombreuses formes atypiques. Cette technique n’est pas pratiquée par tous les centres et le surcout (environ 250 euros) n’est pas remboursé par la sécurité sociale.

Les premières équipes utilisant maintenant ces techniques en routine obtiennent des résultats intéressants

Le terme "SICSI" est aussi appliqué à cette technique : (Scored Intra Cytoplasmic Sperm Injection).

A.ICSI B. IMSI C. IMSI sans vacuole D. IMSI avec vacuole

A.ICSI
B. IMSI
C. IMSI sans vacuole
D. IMSI avec vacuole

Les spermatozoïdes sont analysés un par un, on leur attribue un score en fonction d'un certain nombre d'anomalies. Seuls les spermatozoïdes de score élevé sont alors micro injectés.

 

 

Les questions posées par la FIV ICSI

  • L’ICSI a permis de résoudre certains problèmes d’infécondité jusque-là sans solution. Comme il s’agit d’une technique récente, on manque toutefois de recul pour en mesurer tous les avantages… et les inconvénients éventuels.
  • Etant donné qu’elle améliore le taux de fécondation, certains cèdent à la facilité et la proposent en première intention alors que les paramètres spermatiques sont normaux.
  • Un tel forçage de la nature n’aurait-il pas des conséquences délétères sur l’état de santé des enfants ? Pour l'heure, les médecins ne peuvent pas répondre clairement à cette question. Les travaux sur ce sujet manquent encore de recul faute  et suscitent des interprétations diverses. .
  • Un enfant né d’ICSI sera-t-il lui aussi stérile et devra t-il lui aussi recourir à cette technique ?

Plus d' informations sont disponibles dans la rubriques les effets à long terme

Fiv.fr est un site d’agrégation d’informations médicales sur la Fécondation In Vitro et par conséquent se dégage de toute responsabilité médicale, merci de consulter votre médecin pour toute question.

Laissez un commentaire !