Choix de page

Echec après une tentative de FIV

Ou comment gérer un résultat négatif

Quand on sait que même lorsqu’un embryon est jugé parfait, le taux de grossesse ne dépasse pas 30%, il est donc malheureusement très courant de se retrouve en situation d’échec après une tentative de FIV.

Seules deux questions se posent :

Pourquoi cela n’a pas marché ?

echec-fiv2Il est utile de rappeler que les biologistes n’ont aucun moyen certain afin de déterminer si un embryon est capable d’aboutir à une grossesse. Ils peuvent seulement définir des critères qui leur permettent d’avoir une idée de leur probabilité de s’implanter (en fonction de scores morphologiques). Au regard de ces critères, il leur est possible de dire si un embryon a une bonne chance de donner une grossesse ou non.

Quand il n’y a pas de grossesse après un transfert, cela signifie que les embryons replacés dans l’utérus ne se sont pas implantés. L’implantation ou nidation est un phénomène qui a lieu normalement vers le 6ème jour après la ponction des ovocytes, soit au 4ème jour après le transfert.
A ce stade, les embryons ne mesurent qu’un 1/10ème de millimètre. Dans la plupart des cas, les embryons qui ne s’implantent pas ne sont déjà plus vivants à cette date. Ils sont éliminés spontanément dans les jours qui suivent le transfert, et comme il s’agit de cellules microscopiques, il est impossible de se rendre compte de leur élimination. Ce phénomène n’a rien à voir avec une fausse-couche.

Comment réagir ?

Si le résultat du test est négatif, ne désespérez pas.

N’essayez pas de faire bonne figure : acceptez le fait que vous soyez effondrée.

Beaucoup de patientes ressentent cette tentative ratée est comme une mini fausse couche, accompagné des mêmes sentiments de perte et de chagrin. Prenez le temps de faire le deuil de votre rêve brisé d’avoir un enfant ce mois-ci. Prenez des jours de congé si nécessaire et ne vous forcez pas à être sociable. Même si vous n’y croyez pas, ça ira mieux dans quelques semaines.
Même si vous êtes au creux de la vague à cet instant, l’expérience que vous venez de vivre n’a été en aucun cas une perte de temps. Votre centre de PMA a appris beaucoup de choses sur vous et votre physiologie qui lui permettront de faire des ajustements pour le prochain cycle s’il y en a un.

Si vous désirez profondément réessayer, prenez rendez-vous avec votre gynécologue et évoquez les choses acquises et ce qu’il faudra modifier. Beaucoup de femmes tombent enceinte lors d’une tentative ultérieure, après trois mois passés à se reposer et à récupérer, aussi bien physiquement que mentalement. Néanmoins si vous pensez avoir atteint le bout du parcours et être incapable de recommencer, discutez d’autres options avec votre médecin tout en restant ouverte. Vous pourriez en effet changer d’avis.

En résumé

Ne prenez aucune décision hâtive ! Si une nouvelle FIV vous tente, vous voudrez peut-être recommencer à zéro dans un nouveau centre de PMA. Écoutez votre gynécologue analyser votre échec avant de prendre une décision et rappelez-vous tous les facteurs que vous avez dû prendre en considération avant de pouvoir faire un choix. Il est primordial de prendre le temps de la réflexion.

Si vous vous demandez si il faut arrêter ici votre parcours : Renoncer définitivement aux FIV

Articles en relation :

L’AMP reste une éprouvant marathon pour les couples qui ont des difficultés à avoir un enfant. A la suite de notre appel à témoignages, de nombreux Internautes ont accepté de raconter leur parcours du combattant. Voici une sélection de leurs réponses.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/03/02/fiv-a-chaque-echec-un-chagrin-sans-nom_1650816_3224.html

Silvana, brésilienne, vit en France. Avec Alain, son époux, elle tente depuis plus de dix ans d’avoir un enfant, en recourant à la fécondation in vitro (fiv). Après plusieurs échecs, elle continue sans relâche, afin de satisfaire son désir d’enfant. Sans jamais, à 48 ans, perdre espoir.

http://www.marieclaire.fr/,apres-onze-fiv-j-y-crois-encore,20258,687091.asp

Share This
f5379263a6e41f09a404dea897162d01kkkkkkkkkkkk